A

52

Dossier : Les usages du port de Nantes

Date de publication : 12/05/2021

Depuis le « Portus Namnetum » antique, le port de Nantes et ses usages ont évolué de concert au fil des siècles. La fermeture des chantiers Dubigeon en 1987, dernière activité industrielle du port, entraîne l’abandon des équipements portuaires. De nouveaux usages sont depuis imaginés afin de requalifier cet espace ayant perdu sa vocation industrielle et commerciale.


Au Moyen Âge et au 16e siècle, les échanges commerciaux rythment la vie du port de Nantes et les premiers aménagements des rives sont entrepris. A cette époque, Port-Maillard devient le port principal de la ville. Dans l’aire du port fluvial, une première halle au blé y est édifiée au 15e siècle afin d’assurer la gestion du blé, denrée occupant une place primordiale dans le commerce local.

Au 17e siècle, le commerce transatlantique prend son essor, entraînant le développement du port maritime. Alors que Nantes est en passe de devenir le premier port d’Europe, un premier quai est construit dans le faubourg de la Fosse pour accueillir de plus gros navires. Au 18e siècle, la municipalité commence à s’impliquer dans la gestion des activités portuaires. En 1741, la charge de capitaine du port est créée. La capitainerie s’installe à la fin du siècle dans le bureau du port. La Ville entreprend aussi de lourds travaux pour aménager les rives afin de répondre aux nouveaux besoins suscités par le développement commercial de la cité. Interrompus pendant la Révolution française, ces aménagements se poursuivent au début du 19e siècle. Ainsi, le nouveau palais de la Bourse, imaginé par Mathurin Crucy, est inauguré en 1815.

Place du Commerce et la Bourse

Place du Commerce et la Bourse

Date du document : sans date

Au 19e siècle, le commerce constitue toujours l’activité majeure du port. Des entrepôts sont construits le long des quais pour permettre aux navires de charger et décharger les marchandises, à l’image de l’entrepôt de la Chambre de commerce du quai Saint-Louis. Sur l'île de la Prairie-au-Duc, la gare de l'État est mise en service afin d'assurer le transport des marchandises débarquées des bateaux. De nouveaux bâtiments publics dédiés au commerce sont inaugurés sur l’île Feydeau, la proximité du fleuve permettant de les approvisionner aussi bien par voie routière que fluviale : le marché couvert de la Petite-Hollande et la Poissonnerie. D’autres usages du port côtoient ces activités commerciales. L’accès à la Loire permet aux éleveurs d’abreuver leurs animaux, aux lavandières de laver le linge et aux Nantais de se laver.

Au 20e siècle, l’aménagement des quais se poursuit pour adapter le port aux besoins d’une industrie de plus en plus forte. Les progrès de la construction navale rendent possible l’élaboration de navires de plus gros tonnage. De nouveaux équipements portuaires sont nécessaires pour répondre aux besoins de l’industrie et du commerce, à l’image des grues aux capacités de levage accrues. La grue grise mise en service en 1966 en aval du quai Wilson, à proximité du hangar à bananes, rappelle ces mutations.

À partir des années 1960, le déclin du port de Nantes s’accélère. Malgré cela, le marché d’intérêt national ouvre sur l’île de Nantes en 1969. L’activité de vente en gros qui s’exerçait aux halles du Champs de Mars y est transférée. Devenu trop étroit, le MIN est délocalisé à Rezé en 2019. La fermeture des chantiers Dubigeon en 1987 marquera la fin de l’activité portuaire nantaise. Depuis, la requalification de cet ancien espace d’échanges commerciaux transforment les usages, à présent tournés vers les loisirs, la culture et le tourisme.

Découvrez nos autres dossiers thématiques sur le patrimoine des rives de Loire :

          > Les ports de Nantes et de la métropole nantaise
          > L'intégralité des dossiers sur l’inventaire du patrimoine des rives de Loire