2e Bourse du travail, rue Désiré-Colombe
Rue de la Ville-en-Pierre

La gare de la Prairie-au-Duc est le premier projet public implanté sur cette île. Sa création témoigne de la prise de conscience du potentiel du secteur pour la ville et ses habitants. Son agrandissement ultérieur en fait un véritable interface entre le fleuve et la ville.

Un premier projet de gare refusé par la Ville

En 1844, l’État, via ses ingénieurs, commence à étudier la possibilité de faire arriver la ligne de chemin de fer de Nantes sur la Prairie-au-Duc. Ce projet plébiscité par les industriels prend corps dans un plan plus large qui comprend la création de bassins pour le déchargement des navires et la création d’une deuxième ligne de ponts entre la Prairie-au-Duc et la Fosse. Ce plan ampute le port maritime d’une partie du quai de la Fosse à la suite de la construction d’un pont mais compense le linéaire de quai perdu par celui des bassins et par la présence de la gare de la Prairie-au-Duc. L’État espère que les dispositifs créés permettront d’implanter un nouveau centre commercial sur la Prairie-au-Duc.

A causes des nombreuses inconnues qu’il soulève, ce projet est refusé par la ville en 1845. Le conseil municipal s’inquiète de l’amputation du port pour un projet de bassins qui ne seraient vraisemblablement pas accessibles aux plus grands navires puisque le chenal de la Fosse n’a pas la profondeur nécessaire. Il s’insurge également contre la création d’un nouveau quartier commercial sur la Prairie-au-Duc qui, en favorisant les grandes industries, mettrait en péril l’équilibre interne du quartier de la Fosse, le cœur du commerce nantais.

La création de la gare de Nantes-Prairie-au-Duc

En 1870, la création d’un nouveau terminus à la ligne du pays de Retz est envisagée. Sur la Prairie-au-Duc, des terrains sont encore vierges et permettent une implantation propice dans un quartier en construction. Six années de travaux sont nécessaires pour implanter les rails. La nouvelle gare, baptisée gare de Nantes-Prairie-au-Duc, est le terminus de la ligne de Nantes à la Roche-sur-Yon. Exploitée par la Compagnie des chemins de fer nantais, c’est un ensemble relativement modeste, une station parmi les autres sur la ligne des stations balnéaires. Elle est desservie par la seconde ligne du tramway et elle est reliée à la gare d’Orléans par une « navette » ferroviaire. Cet aménagement est alors complètement dissocié d’un projet d’aménagement portuaire.

Gare d’Orléans près du quai Malakoff et du canal Saint-Félix

Gare d’Orléans près du quai Malakoff et du canal Saint-Félix

Date du document : début du 20e siècle

Un nœud ferroviaire stratégique pour le port de Nantes

En 1878, la Compagnie des chemins de fer nantais est en faillite. L’État la rachète et entame de métamorphoser la gare. En 1882 le projet d’agrandissement est mis à l’étude par la société des chemins de fer de l’État qui ambitionne de faire de la gare de la Prairie-au-Duc un nœud ferroviaire, axé sur le transport des marchandises débarquées des bateaux. Ce projet replace la gare de la Prairie-au-Duc au cœur du dispositif portuaire nantais.

A partir de 1884, des édifices en pierre dont un monumental bâtiment pour les voyageurs, mais également une halle de marchandises et des installations pour le déchargement sont élevés. Tout en maintenant le trafic de voyageurs, l’État transforme la petite gare en un échangeur gigantesque où transitent toutes les marchandises chargées ou déchargées sur les quais de la Prairie-au-Duc, ceux des bassins nord et sur la boire de Toussaint au sud.

Plan général du projet d'agrandissement de la gare de la Prairie-au-Duc

Plan général du projet d'agrandissement de la gare de la Prairie-au-Duc

Date du document : 1883

Une gare aux multiples fonctions 

Véritable interface entre le fleuve, la ville et le reste du pays, la gare regroupe de nombreux équipements. 

En avant du bâtiment des voyageurs, une conciergerie et un édifice de toilettes ferment la cour d’entrée. Un second édifice de toilette est construit sur le premier quai. Trois quais desservant cinq voies de trains de voyageurs sont mis en place.

Gare de l’État

Gare de l’État

Date du document : début du 20e siècle

A l’ouest du bâtiment de voyageurs, la zone dédiée au transport de marchandises s’étend jusqu’aux quais portuaires. Trois quais découverts et deux halles – l’une pour les départs, l’autre pour les arrivées – permettent le chargement et le déchargement des wagonnets qui acheminent les marchandises depuis les quais portuaires ou les amènent directement dans les usines limitrophes. En arrière des quais, vers la rue, la cour des marchandises autorise un stockage de moyenne durée avant transport.

Intérieur d’une des halles de la gare de l’État

Intérieur d’une des halles de la gare de l’État

Date du document : 1988

La zone est complétée par un bureau des douanes, un bureau d’octroi et un réservoir.

A l’est du bâtiment des voyageurs se situe la zone dédiée aux cheminots. Le bâtiment des vestures, proche de la gare, permet de déposer les uniformes. Puis viennent les bâtiments techniques : bureau et parc des contrôleurs balanciers, parc de la brigade, maison du garde-barrière ; enfin, au sud-est, la rotonde avec les différents ateliers de réparations de locomotive et le dortoir des cheminots.

Bâtiments de la gare de l’État détruits par les bombardements

Bâtiments de la gare de l’État détruits par les bombardements

Date du document : 09-1943

Les multiples fonctions de la gare justifient également le développement des voies ferrées qui desservent la gare de voyageurs ainsi que les quais couverts spécialisés dans le chargement et le déchargement de diverses matières premières et qui se prolongent jusqu’au quai des Antilles et quai Wilson.

Plan de la ligne de jonction entre les deux gares de Nantes

Plan de la ligne de jonction entre les deux gares de Nantes

Date du document : 1887

Après cette phase d’agrandissement, la gare ne reçoit plus de grandes modifications. Seul le réseau des rails se complexifie encore pour rejoindre le quai Wilson vers 1910.

Bâtiments de la gare de l’État détruits par les bombardements

Bâtiments de la gare de l’État détruits par les bombardements

Date du document : 09-1943

Désaffectation et réhabilitation

L’ensemble ferroviaire subit de lourds dégâts pendant la Seconde Guerre mondiale. Les bâtiments sont réhabilités et les rails rapidement remis en état de fonctionnement. Intimement liée au fonctionnement du port, elle accompagne également son déclin et fonctionne jusqu’en 1994. A cette date, elle est désaffectée.

La SNCF dépose alors un permis de démolir. Après une mobilisation de la société civile, le bâtiment est acheté par la Ville de Nantes. En 2001, le bâtiment des voyageurs est transformé en Maison des Syndicats par l’agence Forma 6.

Plan définitif de la gare de l’État

Plan définitif de la gare de l’État

Date du document : 1912

La composition architecturale de la Maison des Syndicats

A l’origine, la gare de l’État présentait une composition néo-classique à corps principal axé avec ailes basses latérales. Des constructions utilitaires en retour délimitaient une place.

Sa transformation en Maison des Syndicats a donné l’occasion de restaurer le corps central. Celui-ci a sept travées développées sur un étage carré et un comble à surcroît mansardé et couvert d’ardoise. Les niveaux sont séparés par un bandeau horizontal imitant une corniche et individualisés par des formes de baies différentes : l’arc segmentaire est utilisé pour toutes les ouvertures du rez-de-chaussée, tandis que celles de l’étage sont rectangulaires, encadrées par de fines colonnettes et d’une archivolte imitant un entablement. Une corniche à frise de glyphes somme la composition et annonce le comble. Celui-ci est éclairé de lucarnes bâties en pierre surmontées d’un fronton triangulaire et accostées de petites consoles.

Gare de l’État transformée en Maison des Syndicats

Gare de l’État transformée en Maison des Syndicats

Date du document : 20-07-2004

La travée centrale, en léger ressaut, est encadrée par deux dosserets au rez-de-chaussée et par des doubles pilastres engagés sommés de chapiteaux corinthiens à l’étage. Au rez-de-chaussée, une porte en arc plein cintre est percée, tandis qu’à l’étage, une baie rectangulaire encadrée de fines colonnettes à chapiteaux et surmontée d’un fronton triangulaire éclaire le milieu de la composition axiale. Au niveau du comble, un attique sculpté et surmonté d’un fronton en arc de cercle reçoit une horloge. Au-dessous de l’horloge, un cartouche porte la mention ETAT sur un fond rouge. Quatre personnages portant canne ou casquette sont placés, par groupe de deux, de chaque côté de l’attique.

De part et d’autre de ce corps central, deux ailes latérales sont élevées. Leurs cinq travées, séparées les unes des autres par des demi-pilastres corinthiens, sont percées de baies en arc segmentaire soulignées par de fines baguettes. Naguère couvertes par des toits mansardés, ces ailes ont maintenant un comble à surcroît en retrait de la façade dont le niveau bas est entièrement vitré. Elles sont couvertes de longs pans en ardoise. 

Gare de l’État transformée en Maison des Syndicats

Gare de l’État transformée en Maison des Syndicats

Date du document : 21-07-2004

Deux ailes contemporaines ont été construites en retour. Elles closent une vaste place plantée d’arbre et de jardins d’eau, dessinée par l’équipe Chemetov – Berthomieu. Ces ailes à deux niveaux d’élévation sont précédées par des galeries de circulation placées sous de légers portiques. Celles-ci relient les locaux de chacune des organisations syndicales. Des espaces communs enterrés y sont également regroupés. Des patios végétalisés éclairent ces locaux dans leur épaisseur. 

Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes / Nantes Métropole ; Service du Patrimoine, Inventaire général, Région Pays de la Loire
Inventaire du patrimoine des Rives de Loire
2021

Album : La gare de l'État

Gare de l’État

début du 20e siècle

Le tramway « Petit-Beurre LU » stationné à l’entrée du bâtiment des voyageurs rappelle la boîte à biscuits...

1 / 20

Construction de la gare de l’État

01-04-1886

Construction du bâtiment des voyageurs de la gare de l’État.

2 / 20

Avant-projet du plan d’agrandissement des installations de la gare de l’État

1898

Quinze année après l'ouverture de la gare de l'État, l'augmentation du trafic portuaire génère de nouveaux...

3 / 20

Plan d’ensemble du projet d‘agrandissement de la gare de l’État

1899

L'agrandissement de la gare va lancer la construction du quai des Antilles entre 1902 et 1905.

4 / 20

Plan d’avancement des travaux de terrassement exécutés par l’administration des chemins de fer de l’État

1902

Ces travaux de terrassement généreront également le comblement de la boire de Toussaint et la réunion...

5 / 20

Visite du président Gaston Doumergue

04-1930

Du 3 au 5 avril 1930, Gaston Doumergue, président de la République depuis 1924, se rend à Nantes. Arrivé...

6 / 20

Bâtiments de la gare de l’État détruits par les bombardements

09-1943

Vue des grilles de l’entrée et de la gare depuis la rue.

7 / 20

Bâtiments de la gare de l’État détruits par les bombardements

09-1943

Le 23 septembre 1943, les Américains lancent de nouveau une opération de bombardements visant la zone...

8 / 20

Travaux de voirie du boulevard de la Prairie-au-Duc

1948

Vue des travaux de la chaussée devant la gare de l’État.

9 / 20

Bâtiment des voyageurs de la gare de l’État vu depuis le cour des voyageurs

1988

Suite au rachat de la gare de Nantes-Prairie-au-Duc par l’État, la construction d’un bâtiment pour les...

10 / 20

Gare de l’État

1980

Intimement liée au fonctionnement du port, elle accompagne également son déclin et fonctionne jusqu’en...

11 / 20

Gare de l’État

1980

A partir de 1959, seuls les trains de marchandises sont accueillis dans cette gare.

12 / 20

Bâtiment des voyageurs de la gare de l’État vu depuis les rails

1988

Suite à son rachat par l’État, la modeste gare de Nantes-Prairie-au-Duc devient un véritable nœud ferroviaire...

13 / 20

Bâtiment des voyageurs de la gare de l’État vu depuis les rails

1988

Les voies ferrées se prolongent jusqu’au quai des Antilles et aux quai Wilson afin de charger et décharger...

14 / 20

Gare de l’État vue depuis les rails

1988

En 1878, la Compagnie des chemins de fer nantais est en faillite. La gare de Nantes-Prairie-au-Duc devient...

15 / 20

Intérieur d’une des halles de la gare de l’État

1988

Les halles – l’une pour les départs, l’autre pour les arrivées – permettent le chargement et le déchargement...

16 / 20

Intérieur d’une des halles de la gare de l’État

1989

A l’ouest du bâtiment de voyageurs, la zone dédiée au transport de marchandises s’étend jusqu’aux quais...

17 / 20

Édifices de toilettes de la gare de l’État

1989

En avant du bâtiment des voyageurs, une conciergerie et un édifice de toilettes ferment la cour d’entrée....

18 / 20

Attique de la gare de l’État

1989

Au niveau du comble, un attique sculpté et surmonté d’un fronton en arc de cercle reçoit une horloge....

19 / 20

Attique de la gare de l’État restauré

12-11-2001

En 2001, l’ancienne gare de l’État est transformée en Maison des Syndicats. L’attique, avec ses quatre...

20 / 20

En bref

Localisation :

Duc (boulevard de la Prairie au), Gare de l'État (place) 3, 4, 5, 6, 7, NANTES

Date de construction :

1887

Auteur de l'oeuvre :

Madeleine (architecte)

Typologie :

architecture civile publique et génie civil

En savoir plus

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Julie Aycard

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.