Bandeau
Faubourg de Pont-Rousseau Raymonde Guérif (1904-1945)

2315

Ancienne raffinerie de Chantenay


Au 19e siècle, l’industrie sucrière, présente à Nantes depuis le 17e siècle, est en plein essor. Dans ce contexte, Louis Cézard reconvertit une ancienne huilerie en raffinerie qui reste active jusqu’en 1968.

La raffinerie de sucre de canne, une tradition nantaise

Sur un terrain de 4900 mètres carrés avec maison de maître, la société Charles Suffisant établit une huilerie en 1858. L'usine consiste en un bâtiment de fabrication à deux étages et un hangar adossé au mur de la rue Jules-Launay. En 1866, Louis Cézard la reconvertit en « petite raffinerie » pour fondre quinze tonnes de sucre par jour. À l'est du bâtiment de fabrication, réutilisé comme halle de cuite, est adossée une extension. La clarification et la filtration en occupent la partie sud et quatre étuves la partie nord. L'ancienne maison de maître sert de magasin et de logement. Un gazomètre, destiné à produire le gaz d'éclairage des ateliers, et une revivification du noir animal de raffinerie usé (os calcinés d'animaux utilisés dans la fabrication du sucre pour le clarifier) sont construits en 1869 pour Albert Cézard, associé et locataire de son frère depuis 1868 et directeur de l'usine de 1868 à 1883.

Représentation de la raffinerie de Chantenay vue à vol d’oiseau en 1881

Représentation de la raffinerie de Chantenay vue à vol d’oiseau en 1881

Date du document : 1881

L'extension de l'usine à l'ouest dans les années 1878-1880 concrétise l'adoption du moulage du sucre en tablettes. L'unité de fabrication des sucres en morceaux est complétée par trois petits bâtiments à l'usage des ouvrières de la casserie (toilettes, vestiaire et réfectoire), bâtis à l'alignement d'appentis (atelier de réparations, dépôt des noirs d'engrais, laboratoire, magasin et cave). L'effectif passe de 33 à 71 ouvriers entre 1864 et 1880.

Représentation de 1881 des machines à casser et à scier le sucre en morceaux de la raffinerie de Chantenay

Représentation de 1881 des machines à casser et à scier le sucre en morceaux de la raffinerie de Chantenay

Date du document : 1881

En 1880, l'usine fusionne avec la raffinerie des Ponts d'Émile Étienne et la candiserie Bourcard et Cie, situés sur l'actuelle île de Nantes, pour créer la société anonyme des anciennes raffineries Émile Étienne et Cézard. Ce rapprochement a pour objectif de renforcer la raffinerie de sucre de canne face à la concurrence des raffineries du sucre de betterave. Néanmoins, la fusion n'empêche pas les pertes. Malgré la fonte de plus de 36 000 tonnes de sucre, la société fait faillite l'année suivante et l'usine ferme.

Bâtiments en activité de la raffinerie de Chantenay

Bâtiments en activité de la raffinerie de Chantenay

Date du document : Dernier quart du 19e siècle

La création de la Raffinerie de Chantenay

En 1884, la raffinerie est remise en activité par Ernest Souques, industriel guadeloupéen qui cherche à acquérir des raffineries en métropole pour transformer ses sucres et ses rhums. Il devient le directeur-gérant de l'usine en 1886, date de la création de la Raffinerie de Chantenay. Sur une extension de terrain à l'est est construit un bâtiment où le rhum arrivant des Antilles est conditionné après décantation. L'atelier de façonnage et de conditionnement des sucres en morceaux est prolongé. Suivent entre autres la construction d'un atelier de fabrication des sucres en pains, d'une nouvelle filtration, d'une ferblanterie. La chaufferie et la halle des générateurs sont reconstruites ou prolongées vers 1893 par deux halles jumelles, les turbines électrifiées, la pilerie (bâtiment où la vergeoise était réduite en poudre) surélevée et prolongée.

Panneau publicitaire pour une marque de sucre produite par la raffinerie de Chantenay

Panneau publicitaire pour une marque de sucre produite par la raffinerie de Chantenay

Date du document : 19e-20e siècle

Une raffinerie moderne aux activités diversifiées

En 1905, Lizeray, ingénieur attaché à la société Say devenu  administrateur délégué de la raffinerie en 1905, déclare le matériel vieilli et l'organisation trop coûteuse en main-d'œuvre. Une nouvelle raffinerie est construite, où sera transféré l'essentiel de la fabrication, les procédés et les matériels étant ceux déjà utilisés dans la Raffinerie Say de Paris.

Au tout début de la première Guerre Mondiale, la nouvelle usine est pratiquement achevée. C'est dans une partie des bâtiments anciens libérés par le transfert que commence en 1911 la fabrication de sucre cristallisé puis en 1915 de candi et, vraisemblablement, celle d'un aliment mélassé pour chevaux et bestiaux appelé « L'Intensif ». En 1914, la raffinerie a les moyens d'une grande usine et emploie 700 ouvriers. En 1921, la candiserie est augmentée d'un bâtiment pour « L'Intensif » par L. Cormerais et M. Jamin, architectes à Nantes. L'entreprise Hennebique de Nantes, ses agents nantais O. Robiou du Pont et H. Martin, obtiennent les travaux en béton armé de la nouvelle usine de Chantenay dans les années 1920 (une centrale thermique, une centrale électrique, plusieurs malaxeurs etc.).

Vue générale depuis le nord-est des vestiges de l'usine de la raffinerie de Chantenay

Vue générale depuis le nord-est des vestiges de l'usine de la raffinerie de Chantenay

Date du document : 1978

La société anonyme des raffineries et sucreries Say reprend l'établissement en 1967 et le ferme en 1968, un an après la construction d'un dernier bâtiment. Ceux alignés sur la rue Jules-Launay sont aussitôt démolis pour l'élargir. En 1978, la nouvelle usine et la partie restante de l'Intensif de 1921 sont détruites. Le bâtiment construit à la veille de la fermeture existe encore.

Jacques Cailleteau, Evelyne Robineau
Région Pays de la Loire, Inventaire général ; Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes / Nantes Métropole
1989

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Bibliographie

Fierain Jacques, L'action des syndicats patronaux dans le raffinage du sucre en France (1844-1914). Enquêtes et documents, 1985, IX.
p. 62

Fierain Jacques, Les raffineries de ports en France, Atelier de reproduction des thèses, Université de Lille III, 1976

« Les usines de la société des anciennes raffineries Émile Etienne et Cézard, de Nantes » in Album industriel et financier publié sous les auspices des la banque de prêts à l'industrie, A. Chaix et compagnie, 1881, p. 210-218

Rochcongar Yves, Capitaines d'industrie à Nantes au XIXe siècle, MeMo/e+pi, 1999, p. 154-155

Valladier Hector, Histoire de la raffinerie à Nantes. Le sucre et les raffineries nantaises, 1940    

Webographie

Notice de l'inventaire par la Région Pays de Loire

Pages liées

Industriels

Gazomètres

Raffinerie des ponts

Usine Béghin-Say

Dossier : Patrimoine industriel (3ème volet)

Tags

Activité industrielle Architecture industrielle Bellevue - Chantenay - Sainte Anne Sucre

Contributeurs

Rédaction d'article :

Jacques Cailleteau, Évelyne Robineau

Vous aimerez aussi

Le neveu de Jules Verne, Claude Guillon, est un compositeur nantais oublié. Mais ses œuvres qui peu à peu sortent de l’ombre, prouvent cette injustice.

Contributeur(s) :Danielle Taitz

Date de publication : 01/12/2021

3256

Charles Lechat (1825 – 1897)

Personnalité nantaise

Cet Ornais d’origine a un parcours atypique. Agrégé de lettres, le jeune professeur est nommé au lycée de Nantes en 1849. Mais, marié en 1852 à Alice Philippe (une élève), il promet...

Contributeur(s) :

Date de publication : 04/02/2020

1888

Ancienne conserverie Amieux

Architecture et urbanisme

Les débuts de l’épopée nantaise de la conserverie Amieux débute en 1856 lorsque Maurice Amieux implante sa première fabrique dans la cité des ducs. En 1884, ces fils ouvrent une nouvelle...

Contributeur(s) :Hélène Charron

Date de publication : 09/03/2022

2939