Bandeau
Manoir de l'Hermitage Edit de Nantes (1598)

1604

Place Eugène-Livet


Traversée par la rue Voltaire, la place Eugène-Livet est créée vers 1825 pour servir d'écrin à l'église paroissiale Notre-Dame aujourd’hui disparue. Fidèle aux préceptes de l'urbanisme de la fin du 18e et du début du 19e siècles, cette place présente des façades ordonnancées.

Un édifice disparu : l'église paroissiale Notre-Dame (Saint-Louis)

Lors de sa création par la municipalité en 1825 en même temps que le prolongement de la rue Penthièvre (actuelle rue Voltaire) jusqu’au pont de l’Entrepôt (actuelle place René-Bouhier), la place prend le nom de Notre-Dame. Il est en effet prévu la construction en 1827 à cet emplacement de la deuxième église paroissiale Notre-Dame, oeuvre de l'architecte Crucy achevée par Demolon. De cette petite église de style néoclassique, il ne nous est pas parvenu aucun document graphique.

En 1859, cette église est abandonnée suite à la construction de l'actuelle église Notre-Dame-de-Bon-Port, conçue pour accueillir un nombre grandissant de fidèles, nouveaux habitants de ce quartier en développement.

Place Eugène Livet

Place Eugène Livet

Date du document : 10-08-2020

Un hôtel particulier au centre de la place

Après la démolition de l'église dans les années 1860, cet emplacement est choisi pour édifier un hôtel particulier. Cet hôtel est édifié par un ancien maire de Nantes, Antoine Dufour (1808-1885). Il est négociant, avocat et homme politique français, il devient maire de Nantes de 1866 à 1870 sur la liste de l'Union libérale, d'opposition au régime impérial. Il y décède le 15 janvier 1885. Cet hôtel particulier a vu ensuite se succéder différents organismes, les Caisses d’Assurances du Bâtiment (vers 1900), les Caisses d’Assurances des Artisans, puis la Direction régionale Bretagne et Pays de la Loire de l'Office National des Forêts (en 1993). Il fut vendu en 1998 à un promoteur, avant d’être rénové en 2003 pour le transformer en logements collectifs.

Plan du projet de l’église Notre-Dame

Plan du projet de l’église Notre-Dame

Date du document : 08-03-1824

Une place discrètement ordonnancée

La partie nord de la place occupe les jardins de l'ancien hôpital du Sanitat, asile d’aliénés, orphelinat et maison de retraite. On trouve mention en 1818 d'une manufacture de cordage tenue par la famille Besnier à proximité de cette place, à l'ouest, vers le Bois des Coulées en descendant vers la Chézine. La partie sud de la place (au niveau des n° 6 et 19 de la place Livet) s'appuie sur les limites de l’emprise de l’ancien bâtiment de l'hôpital. Les immeubles bordant cette place au sud ont été construits lors de la création de la place. Ils ont une hauteur de deux étages, comportant écuries et remises.

Hôtel particulier d'Antoine Dufour, place Eugène Livet

Hôtel particulier d'Antoine Dufour, place Eugène Livet

Date du document : 16-07-2019

Les plans ont été dressés par la Ville de Nantes après la vente d'un terrain faite le 25 mars 1824 par un propriétaire privé M. Guillemet. Sur l’autre côté de la place (au niveau des n° 1 et 2), se trouvaient des boutiques, ateliers et magasins divers liés à l’activité portuaire ainsi qu’un ensemble d’habitats jouxtant la verrerie située en contrebas. La rue de la Verrerie dans son tracé actuel existait déjà au 18e siècle.

Les immeubles bordant la place au sud présentent des façades uniformes. Malgré les nombreux remaniements de traitement des façades, et de changements des huisseries d’ouvertures, on retrouve parfaitement l’ordonnancement, les volumes et techniques de constructions de cet ensemble de façades s’élevant sur 2 étages avec toiture en croupe en ardoise. Leur point commun reconnaissable aujourd’hui reste l’unicité des garde-corps. Par ailleurs, elles présentent toutes des soubassements de granite surmontés d’un parement en calcaire. Seul le 1er niveau est marqué par un larmier filant. Les modénatures et les encadrements des ouvertures sont tous similaires.

Plan d'élévation de la place Eugène Livet, anciennement place Notre-Dame

Plan d'élévation de la place Eugène Livet, anciennement place Notre-Dame

Date du document : 25-03-1824

Une place, en hommage à Eugène Livet

Primitivement dénommée place Notre-Dame, la place prend, dans la seconde moitié du 19e siècle, le nom de « place Saint-Louis », probablement en référence au maire de Nantes Louis-Hyacinthe Levesque (1774-1840), qui fut le généreux donateur de la construction de la première église.

C’est en 1913 que la place prend le nom d’Eugène Livet, lors de la séance du Conseil municipal du 3 septembre, sur la proposition du maire Paul Bellamy. Eugène Livet (1820-1913) a vécu sur cette place, dans un appartement à l’angle de la rue Voltaire. C'est également dans ce quartier qu'il avait implanté son institution à partir de 1862, rue Sainte-Marie, actuelle rue Désiré-Colombe. En effet, Eugène Livet, éducateur de métier, est un des précurseurs de l'enseignement technique en France.

Place Eugène Livet

Place Eugène Livet

Date du document : 10-08-2020

Vers 1996, le SEVE, service des espaces verts et de l’environnement entreprit la plantation de magnolias. C'est en décembre 1997, que les deux magniolias furent plantés par la Ville de Nantes, en remplacement de ceux centenaires ornant la parcelle privée qui avaient dû être abattus. Une cérémonie eut lieu à cette occasion, devant le siège de la Direction régionale de l'Office Nationale des Forêts. Les arbres furent baptisés du nom d'Anne (de Bretagne) et de Charles (VIII), en l'honneur du rattachement de la Bretagne à la France.

Amélie Decaux
Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2021

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Bibliographie

Merlant Yves, « Le Quartier Saint-Louis », les Annales de Nantes et du Pays Nantais, revue de la société académique de Nantes et de la Loire-Atlantique, n°204, 2e trimestre 1982

Creveuil Georges, Un éducateur français précurseur de l’Enseignement technique : Eugène Livet 1820-1913, Librairie Durance, Nantes, 1938

Pigeon Maurice, « D’autres écoles du quartier de Gigant », les Annales de Nantes et du Pays Nantais, revue de la société académique de Nantes et de la Loire-Atlantique, n°244, 2e trimestre 1992

Webographie

Livet-Histoire [En ligne], Claude Briantais Lien s'ouvrant dans une nouvelle fenêtre

Pages liées

Dossier : Plan paysage et patrimoine Gigant-Dobrée

Dossier : Places et placettes du quartier Dobrée

Église Notre-Dame de Bon Port

Site Désiré-Colombe

Tags

Dobree-Bon Port Hôtel particulier Personnalité nantaise Place Plan d'embellissement

Contributeurs

Rédaction d'article :

Amélie Decaux

Vous aimerez aussi

Si les exemples d’habitat adapté aux crues sont encore visibles aujourd’hui, c’est à cause de leur situation topographique qui n’a pas permis de remblayer les zones sur lesquelles ils...

Contributeur(s) :Julie Aycard

Date de publication : 22/03/2021

1658

Cassegrain

Personnalité nantaise/ Les incontournables

Le lapin blanc a remplacé en 1970 Mélanie la Bretonne sur les boîtes de conserve, mais la marque Cassegrain est toujours là, signe de la notoriété d’une marque déposée par Charles Cassegrain...

Contributeur(s) :Didier Guyvarc'h

Date de publication : 11/02/2020

3127

Blanchisseuses 

Société et culture

L’une des tâches domestiques les plus lourdes, le lavage du linge, est largement exercée dans l’espace public avant que les progrès techniques et la distribution généralisée d’eau courante...

Contributeur(s) :André Péron

Date de publication : 14/03/2019

3243