Fresque Montaudouine
Nantes la bien chantée : Les regrets des parents

Ancienne chocolaterie de la Compagnie Nantaise des Chocolats

A

68


Dans le nord du quartier de Doulon, les bâtiments de l’ancienne chocolaterie de la Compagnie Nantaise des Chocolats, devenue par la suite l’usine Saupiquet, agissent comme un marqueur visuel du passé industriel du quartier.

La chocolaterie (1920-1950)

En 1920, la Compagnie Nantaise des Chocolats commande, au nom de la Manufacture Générale de Produits d’Alimentation, la construction de la chocolaterie à l’entrepreneur Ducos et fils et à l’ingénieur Branquart. La chocolaterie de Doulon était une usine importante qui fabriquait les fameux chocolats Menier, souvent confondus avec les chocolats Meunier dont la chocolaterie était installée à Levallois-Perret. La chocolaterie fabriquait des tablettes à croquer au chocolat au lait avec ou sans noisettes. Son histoire est fortement liée aux Docks de l’Ouest, magasins de stockage et de vente de produits industriels, qui vendaient leurs chocolats dans toute la Bretagne et les régions limitrophes. Les activités de la chocolaterie sont surtout associées au Belem, le voilier à trois-mâts utilisé pour le commerce avec les Antilles, l’Amérique du sud ou l’Afrique. En effet, ce bateau acheminait les fèves de cacao de Madagascar, de Côte d’Ivoire ou du Cameroun utilisées pour la fabrication des chocolats Menier.

<i> La chocolatière </i>

La chocolatière

Date du document :

L’architecture industrielle des années 1920

L’entrée du site se faisait à cette époque directement par des bureaux situés à la place de l’actuel parking du Lidl, boulevard Jules-Verne. La façade du bâtiment est sobre, rythmée par des fenêtres en arc plein cintre et surmontée de l’enseigne « Compagnie Nantaise des Chocolats ».

Chocolaterie de la Compagnie nantaise des chocolats puis usine Saupiquet

Chocolaterie de la Compagnie nantaise des chocolats puis usine Saupiquet

Date du document : vers 1920

Selon les plans du projet initial, la porte était surmontée d’un auvent en métal, dans le style Art déco des années 1920, s’inscrivant dans une filiation des grandes confiseries nantaises. Derrière le bâtiment des bureaux se trouvaient une cour intérieure ainsi que les bâtiments industriels. Ces derniers se composaient de trois nefs voûtées avec une couverture en voile béton. A l’intérieur s’organisaient les différents ateliers de confection du chocolat et les magasins à sucre et cacao. Enfin, une marquise vitrée ornait la façade latérale est.

Plan général de la Manufacture générale de Produits d'Alimentation

Plan général de la Manufacture générale de Produits d'Alimentation

Date du document : 15-10-1920

De la chocolaterie à la conserverie (1950-1980)

Lorsque la société Menier quitte Nantes pour le Havre, c’est l’usine de conserverie Saupiquet, auparavant située aux angles de la rue François Evellin et de l’actuel boulevard Stalingrad, qui reprend les locaux en 1950. Une autre partie de l’usine est réhabilitée pour la charcuterie et fabrique de conserves alimentaires Tante Coline. Les nouveaux propriétaires n’engagent pas de travaux d’aménagement mais l’occupation des bâtiments jusque dans les années 1980 favorise leur bonne conservation.

La réhabilitation de 1998

En 1998, un projet de réhabilitation commercial et industriel, « l’Opération Saupiquet », est lancée par le directeur de la société immobilière Hexagone Développement Immobilier. Les 8 000 m² du site sont repensés en deux ensembles distincts : tandis que la façade avant donne sur un supermarché de l’enseigne Lidl, la façade arrière offre une vue sur des logements sociaux.

Plan de la chocolaterie de la Manufacture générale de Produits d'Alimentation

Plan de la chocolaterie de la Manufacture générale de Produits d'Alimentation

Date du document : 15-09-1920

La façade avant, constituée de trois halles aux toitures bombées en voile béton, contraste avec la façade arrière à l’architecture bien plus anguleuse. La toiture arrondie d’un des pans de l’immeuble abritant les logements rappelle celles des halls du Lidl, conférant une certaine homogénéité à l’ensemble du bâti.

Façade du magasin Lidl, installé dans une partie de l'ancienne chocolaterie et conserverie Saupiquet

Façade du magasin Lidl, installé dans une partie de l'ancienne chocolaterie et conserverie Saupiquet

Date du document : 01/12/2020

En 2019, l’enseigne Lidl a engagé un programme de rénovation qui tout en permettant une extension et l’adaptation aux normes d’isolation, a cherché à valoriser la structure du bâtiment d’origine, classé au patrimoine nantais.

Direction du Patrimoine et de l'Archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2018

En bref...

Localisation :

Jules Verne (boulevard) 128, NANTES

Date de construction :

1920

Auteur de l'oeuvre :

Ducos et fils (entrepreneur), Branquart (ingénieur) ; Babonneau, Jean-Paul (architecte)

Typologie :

architecture industrielle

En savoir plus

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Anaïs Mailet

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.