Bandeau
26 juillet 1946 : le Grand Prix de Nantes Aéroport

1389

Stade Audubon


Entre 1965 et 1976, le nombre de terrains de football dans la ville de Nantes est passé de 8 à 26. La création du terrain Jean-Jacques Audubon, intimement lié à l’histoire de l’association de la Saint-Médard reflète cette histoire.

L’association de la Saint-Médard

En 1930, l’association de la Saint-Médard de Doulon est créée pour « relever par tous les moyens en son pouvoir le niveau intellectuel et moral des classes populaires ». La première activité proposée par l’association semble avoir été un groupe de théâtre. En 1935, l’association ouvre une section basket-ball et obtient, en 1942, un agrément délivré par le ministère pour pratiquer le football et le basket. En 1943, elle ouvre une section gymnastique et en 1945 une fanfare.

Au début des année 1960, l’association compte deux sections de football senior qui s’entraînent à la Papotière. En 1963, des sections « pupilles » et « minimes » sont créées.

Le premier terrain du Pontereau

En 1963, l’évêché et la paroisse avec le soutien de l’abbé Brisson mettent à disposition un terrain rue du Pontereau pour y réaliser un terrain de foot. La surface est inculte faite de remblais, de déchets. Il faut déraciner, couper, brûler les ronces et les épines. Les bénévoles disponibles, les enfants en sortant de l’école ou le jeudi ou en guise d’entraînement, nivellent, drainent et ramassent les cailloux.

En 1965, Joseph Cottineau, propriétaire-maraîcher, offre à l’association 450 mètres carrés de terre végétale à prendre dans une serre. Celle-ci est acheminée vers le terrain et étendue sur toute la surface du remblai. Après quelques mois, l’entreprise d’horticulture Thoby propose de tondre le nouveau gazon avec une petite tondeuse de 58 centimètres, soit 6 heures de tonte par semaine et 15 kilomètres de marche. Maraîchers et adhérents participent à ce projet important pour la vie de quartier.

Un an plus tard, une équipe de bénévoles commence la construction des vestiaires. Elle se réunit tous les samedis matin : le chantier dure 18 mois. Le premier terrain du Pontereau est inauguré le 3 avril 1966.

En 1976, la Saint-Médard regroupe 700 adhérents dont 220 footballeurs mais n’a à sa disposition qu’un terrain non réglementaire et risque de perdre sa dérogation si le club monte au-delà de la première division. L’entraînement des quinze équipes s’effectue sur cet unique terrain obsolète les mercredis après-midi, mardis, mercredis et jeudis soirs. Les membres disputent six à sept matchs durant le week-end.

L’association souhaite amplifier sa mission d’animation de quartier à travers ses activités. Elle exprime donc à la Ville sa « nécessité absolue d’agrandir le terrain et de créer un terrain « jeunes » ».

Un premier projet avorté

La commune se rapproche de Joseph Cottineau, le maraîcher qui possède les terrains adjacents qui mesurent 1,2 hectare, une surface suffisante pour les besoins de l’association. Malheureusement, ces terrains sont enclavés sur trois côtés par des maisons de particuliers et par le terrain appartenant à l’Évêché le long de la rue du Pontereau. La Ville n’ayant pas le droit d’acheter des terrains enclavés, une négociation est lancée pour créer une servitude. L’Évêché refuse. Le projet est donc abandonné.

1986 : un « vrai » terrain de foot

Dix ans plus tard, Joseph Cottineau, qui avait déposé ses installations afin que la Ville prenne immédiatement possession du terrain lors de la première phase de négociation, relance le sujet. La Ville décide alors de saisir l’opportunité d’acquérir les terrains et une propriété bâtie ouvrant au 45 rue Jean-Jacques Audubon afin de résoudre le problème de l’enclavement.

En 1986, la transaction est validée : la Ville débourse 2 millions de francs pour un 1,5 hectare. Accolé aux terrains appartenant à l’évêché, le nouveau stade permet à la Saint-Médard d’offrir à ses membres des équipements aux normes.

Julie Aycard
Dans le cadre de l’inventaire du patrimoine du quartier de Doulon
2021

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En bref...

Localisation : Jean-Jacques Audubon (rue), NANTES

Typologie : architecture de culture recherche sport ou loisir

En savoir plus

Pages liées

Dossier : les équipements sportifs nantais

Dossier : PPP Doulon / Toutes-Aides

Dossier : Inventaire du patrimoine de Doulon

Maraîchage à Doulon

Établissement Thoby

Tags

Activité agricole et horticole Association Doulon - Bottière Sport

Contributeurs

Rédaction d'article :

Julie Aycard

Vous aimerez aussi

Tombeaux

Société et culture

Les tombeaux – ou les cénotaphes, lorsque le monument ne contient pas les restes du défunt – ont comme fonction première d’entretenir une mémoire, familiale ou collective. Leur érection...

Contributeur(s) :Robert Durand

Date de publication : 20/10/2021

1799

Tout comme Paris avait son lieu de haute justice avec ses fourches patibulaires sur les hauteurs de Montfaucon, la ville de Nantes s’est munie également de gibets dont il ne reste plus...

Contributeur(s) :Kevin Morice

Date de publication : 07/05/2024

398

Pauline-Isabelle Utile naît le 30 juin 1830 à Marle dans l’Aisne. L’histoire de sa vie, c’est aussi celle de la célèbre marque de biscuits LU qu’elle a contribué à créer aux côtés de...

Contributeur(s) :Noémie Boulay

Date de publication : 08/09/2020

5291