Cité du Grand Clos

A

Rédaction d'article :


Situé au nord-est de Nantes, délimité par les rues de la Bertinière, de Pontecorvo, de Saint-Joseph, et de Koufra, le lotissement du Grand Clos est construit sur un terrain réquisitionné après le désastre de la Seconde Guerre mondiale pour cause d’utilité publique. 

Le projet est confié à l’architecte-urbaniste Michel Roux-Spitz et les travaux débutent en 1946 avec la pause de la première pierre par M. Billoux, Ministre de la reconstruction et de l’urbanisme.

Le premier lotissement de la reconstruction à Nantes

Le programme originel prévoyait de construire 175 maisons dites de « transition » mises à disposition des sinistrés en contrepartie de leurs créances de dommage de guerre. Les premiers habitants arrivent dès 1948. Le lotissement devait permettre à des familles nombreuses de retrouver un logement, mais pour des raisons financières, le projet passe de 175 à 159 maisons. L'inauguration officielle a lieu le 18 juin 1950, mais les travaux se poursuivent jusqu'en 1952.

Construction de la cité du Grand Clos

Date du document : 30-04-1947

Le lotissement du Grand Clos fait partie d’un ensemble encore plus conséquent, comprenant des commerces et une école. Cette cité est la première opération de reconstruction à l’initiative de Nantes après la Seconde Guerre mondiale et s’inscrit dans le projet de réaménagement urbain de la ville de Nantes.

C’est le conseil municipal du 6 Juin 1950 qui détermine la dénomination des avenues et ronds-points du lotissement. Il est décidé que les noms choisis seront ceux de batailles marquantes pour les Forces françaises libres.

Un lotissement par bandes

Le plan d'ensemble est orienté selon les axes est-ouest et nord-sud. Les deux axes principaux (les rues de Keren et d’El Alamein) sont ordonnés avec de larges trottoirs et terre-pleins plantés de chênes.

Non-Autoris�

La construction des maisons se fait en bandes successives, la première bande a être aménagée est celle de la rue Takrouna. Les bandes s'organisent par blocs de 2 à 11 maisons mitoyennes.

Non-Autoris�

Chaque maison bénéficie à l'arrière d'un jardin agrémenté d'un arbre fruitier, auquel est adjoint un garage donnant sur une rue privée

Non-Autoris�

À l'avant, la maison est doté d'un jardinet donnant sur la voie publique. À la demande des habitants, les murets et clotures ont été ajoutés plus tard , s'éloignant du projet d'origine de lotissement ouvert à « l'américaine ».

Une « maison modèle » pour recevoir les familles

La composition de chaque façade est dissymétrique. La façade présente de gauche à droite une petite baie, la porte d’entrée, et trois grandes baies rectangulaires. Cette composition s’inverse lorsqu'on passe à la maison suivante.

Non-Autoris�

Les matériaux utilisés pour la construction des maisons sont le moellon graniteux jointoyé en creux, extrait des carrières d’Abbaretz, la pierre de récupération des décombres de la rue du Calvaire, et l’ardoise pour les toitures.

La distribution intérieure initiale est connue par les plans d’origine : au rez-de-chaussée,  un vestibule dessert des WC (côté rue), un escalier, un atelier (côté jardin), et une salle commune (côté rue), menant à la cuisine, la salle d’eau (côté jardin) et à deux chambres (côté rue et jardin). Au premier étage, le palier donne sur un grenier, une chambre et un débarras (côté rue), un autre débarras, une salle d’eau et une chambre (côté jardin).

La distribution intérieure des maisons est réalisée de telle sorte qu’elles puissent-être modulables, pour accueillir d'une à deux familles. Le rez-de-chaussée et l’étage peuvent-être indépendants afin de permettre aux locataires de sous-louer le logement du premier étage.

Un ensemble architectural remarquable

Aujourd'hui, alors que la population de la cité s'est renouvelée et les normes de confort ont changé, la cité du Grand Clos constitue toujours un ensemble homogène, dans un paysage préservé.
œuvre d'un grand architecte, représentative des cités-jardins de l'après guerre, elle bénéficie du label « Architecture contemporaine remarquable ».

Direction du patrimoine et de l’archéologie, Ville de Nantes / Nantes Métropole
2018

Anecdote : Quand tout manque...

Pas facile pour la Ville et l'État de construire une cité de 175 maisons quand tout manque ! Et les seules carrières de granit d'Abbaretz n'y suffisent pas. Aussi, face à la pénurie, on récupère les pierres issues des décombres des bombardements de la...


Irène Gillardot Direction du Patrimoine et de l'Archéologie, Ville de Nantes / Nantes métropole 2018



La Cité du Grand Clos en images

Vue aérienne de la cité du Grand Clos

08-1958

Pose de la première pierre

1946

Le samedi 9 mars 1946, la visite à Nantes de Maurice Thorez, vice-président du gouvernement, et de François...

Les premiers occupants

sans date

Dans l'urgence, la vie s'installe au Grand Clos, dès 1948 pour les plus démunis, qui avaient accepté...

Les commerces

sans date

Roux-Spitz avait prévu un quartier commercial avec services sociaux et école au sud de la Cité. Mais...

En bref...

Localisation :

Saint Joseph (route de) ; Mourzouk (rue de) ; Fezzan (rue de) ; Tackrouna (rue de) ; El Alamein (rue d') ; Baccarat (rue de), NANTES

Date de construction :

1946

Auteur de l'oeuvre :

Roux-Spitz, Michel (architecte)

Typologie :

architecture domestique

En savoir plus

Bibliographie

Archives municipales de Nantes, La cité du Grand-Clos, histoire d'un quartier, Ville de Nantes, Nantes, 2010

Carlier, Sophie-Charlotte, Chupin, Claudie, Le Grand-Clos : propositions pour une protection évolutive, École d'architecture de Nantes, Nantes 1997

Webographie

Dossier sur la Cité du Grand Clos, site des Archives de Nantes

Label architecture remarquable XXe siècle

Pages liées

Lotissement de la Durantière

Lotissement de la Ville-en-brique

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Méline Boutin, Irène Gillardot

Anecdote :

Irène Gillardot