Brissonneau
Orgues

Félix, évêque du 6e siècle, donne son nom à une paroisse puis à un quartier. Créée en 1844, la paroisse s’étend sur le plateau entre l’Erdre et le Cens et est délimitée à l’ouest par la route de Rennes. Relativement isolé alors de la ville par l’Erdre et son affluent, le Gué Moreau, Barbin est le centre vivant de la paroisse, le quartier de la rivière, des mariniers, des pêcheurs et des blanchisseuses.

Si les pentes du versant favorisent la présence de la vigne (clos des Quarts de Barbin, clos du Mont-Goguet, clos du Ballet), le plateau est le domaine des grandes propriétés : la Haute-Forêt qui abrite le séjour de Michelet, la Houssinière, actuel rectorat, le Tertre, aujourd’hui domaine universitaire, le Loquidy et la Perverie, qui ont donné leur nom à deux lycées catholiques.

Le quartier reste marqué dans l’espace et dans ses rythmes quotidiens par la présence de cinq lycées dont un seul public (Michelet). L’église, remaniée de 1950 à 1953, témoigne avec son chemin de croix en ardoise d’Anjou (œuvre d’Alain Douillard) de l’art religieux des années 1960. Le boulevard Courbet puis le boulevard Michelet sont devenus, avec le tramway, des axes de liaison entre le centre de Nantes, l’université et les banlieues nord. À l’écart de ces mouvements, la place Saint-Félix, avec l’église et quelques commerces de proximité, reste le centre d’une réelle vie de quartier.

Extrait du Dictionnaire de Nantes
(droits d'auteurs réservés)
2018

En savoir plus

Bibliographie

St-Félix : mémoires d’un quartier,  (5 vol.), Association du quartier Saint-Félix, Nantes, 1994-2007 [incl. rééd. Delanoue, A., Saint-Félix de Nantes, Biroché et Dautais, Nantes, 1907]

Pages liées

Barbin

Erdre

Moulins de la chausssée de Barbin

Paroisses

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Jean-Pierre Branchereau

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.