Bandeau
Anciens bains-douches Jules-Bréchoir Parfumerie-savonnerie Sarradin

1612

Quais


Au début du 20e siècle, alors que l’Erdre et la Loire coulent encore au coeur de la cité et s’y rencontrent, ce sont près d’une cinquantaine de dénominations de quais et de ponts qui marquent la toponymie de la ville. La gigantesque entreprise de détournement et de comblement (1926-1945) ne laisse subsister qu’une poignée de ces noms, évocateurs pour les vieux Nantais, mystérieux pour le visiteur : Pont-Morand, place du Port-Communeau, place de l’Écluse, allée du Port-Maillard, chaussée de la Madeleine même…

Ailleurs, c’est le terme d’allée qui révèle l’ancienne emprise des quais. Quant aux « îles » Gloriette et Feydeau, ce ne sont plus que des flots de voitures qui les baignent et les séparent de la place du Commerce, l’ancien Port- au-Vin.

Si on laisse de côté les quais récemment réaménagés pour les promeneurs et quelques embarcations de l’Erdre au canal Saint-Félix, ainsi que les quais aux activités résiduelles de la Loire portuaire, ce sont les fantômes des quais enfouis qu’il faut ressusciter pour mieux comprendre le centre-ville actuel et ses dénominations.

C’est à partir du 18e siècle (et la démolition des remparts) qu’une ligne continue de quais de pierre remplace remblais grossiers, estacades de bois et modestes perrés qui, bordant fleuve et rivière, étaient régulièrement victimes des caprices de l’eau : même « canalisées », les inondations, avec leur destruction des ponts et des portions de quais, ont rythmé la vie des riverains et nourri en partie l’argumentaire des partisans du détournement.

Débarquement du sucre, quai des Salorges

Débarquement du sucre, quai des Salorges

Date du document : Début 20e siècle

Il reste, très visible, l’empreinte architecturale des quais du 18e siècle, œuvre de l’architecte voyer Ceineray : quai du Port-Maillard (1761), quai Brancas (1764-1767), quai Flesselles (1772-1776). Si on y ajoute les quais de l’île Feydeau que les propriétaires eurent à construire à leurs frais, on est en présence de l’ensemble monumental dont, depuis Mellier, rêvent les échevins. Ailleurs, ce sont les activités économiques qui s’y déroulent qui déterminent l’aménagement général des constructions : ainsi le quai de la Poissonnerie à l’extrémité amont de l’île Feydeau, où arrivent tous les produits de la mer qui s’entreposent sous la belle rotonde du marché aux poissons.

Quai de la Fosse

Quai de la Fosse

Date du document : début 20e siècle

Les quais de granit de l’Erdre endiguent la rivière dont le flux et le débit sont régulés par une écluse : ils sont le théâtre d’activités très variées liées au trafic des gabares et chalands qui s’y amarrent. À leur arrivée à Nantes, ils baissent le mât de leur grande voile et sont halés à la cordelle et manœuvrés à la gaffe ; ils se motorisent peu à peu à la fin du 19e et au début du 20e siècle. Ils approvisionnent la ville en bois de construction et de chauffage, en matériaux lourds divers (chaux, pierres, sable, charbon, ardoises) souvent venus du pays de Châteaubriant. Leurs lieux spécifiques de déchargement fixent les entreprises qui les utilisent. L’urbanisation, en densifiant l’habitat sur ces quais, mène cependant à l’abandon d’activités trop polluantes : ainsi le quai des Tanneurs ne mérite plus son nom dès les années 1870 quand les tanneries le quittent pour le quartier de Versailles.

Amarrés à point fixe, les bateaux-lavoirs constituent eux aussi un élément déterminant de l’animation des quais par leurs activités quotidiennes bruyantes, particulièrement le lundi lorsque lavandières et blanchisseuses livrent en toues, puis en brouettes, le linge à leurs pratiques bourgeoises.

Aquarelle du quai des Salorges

Aquarelle du quai des Salorges

Date du document : années 1890

Photographies, cartes postales et récits de la mémoire orale sont souvent sollicités à Nantes pour réveiller le souvenir de ces lieux ensevelis sous les gravats des comblements. Mais, même enfouis, il reste que pour cet usager discret de la ville qu’est le badaud rêveur « les quais sont toujours beaux ». Le début du 21e siècle a vu, pour les quais subsistants, à la fois une déréliction accentuée (fin des trafics quai Wilson et quai des Antilles) et la reconversion de ce qui était devenu une friche portuaire en lieu culturel, festif et… lieu de mémoire, avec le réaménagement du Hangar à bananes, l’installation des Machines de l’île dans les halles des chantiers navals, et le Mémorial de l’abolition de l’esclavage…

Jean-Louis Bodinier, Jean Breteau
Extrait du Dictionnaire de Nantes
2018
(droits d'auteur réservés)

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Webographie

Nantes, la métamorphose d'une ville - Auran/Ina : Quai Cheviré

Pages liées

Dossier Inondations

Dossier Histoire des ponts de la Loire

Comblements

Équipements des quais

Jean-Baptiste Ceineray

Tags

Comblement Erdre Loire Pont Quai

Contributeurs

Rédaction d'article :

Jean-Louis Bodinier, Jean Breteau

Vous aimerez aussi

Serres du Jardin des Plantes

Architecture et urbanisme / Géographie et biodiversité

Au cœur du Jardin des Plantes, six serres assurent la conservation de plantes non rustiques. S’y ajoutent l’Orangerie qui n’est pas une serre à proprement parler, et la petite serre...

Contributeur(s) :Florence Jarry

Date de publication : 28/09/2022

2591

Construit en 1937, le stade Marcel-Saupin voit l’ascension du FC Nantes, au temps où le club constitue l’élite du football français.

Contributeur(s) :Léa Grieu , Aurélie Mathias , Jean-Paul Bertrand-Demanes ...

Date de publication : 28/08/2023

3038

Justice

Société et culture

Le rapport des villes à la justice peut être très différent selon leur histoire et leur présent. Nantes a développé sur le tard un lien original avec la justice et dans des domaines...

Contributeur(s) :Jean Danet

Date de publication : 09/09/2021

1064