Le dessous des sols : ZAC du Pré Gauchet – Îlot 6
Chalutiers-usines soviétiques

Poissonnerie Feydeau

A

597


Elle a vécu 87 ans, la grande poissonnerie qui occupait, à la poupe de l’île Feydeau, l’emplacement de l’actuel carré Feydeau. C’est en effet en 1851 qu’elle fut inaugurée, en 1940 que cet édifice, délabré, ensablé par le comblement de la Loire, fut démoli. Mais pour comprendre l’histoire de la Poissonnerie de Nantes, il faut remonter bien avant le milieu du 19e siècle.

Cohues au poisson

Avant d’être lotie puis construite par les armateurs nantais à la fin du 18e siècle, l’île Feydeau s’appelle île de la Saulzaie. Idéalement placée face aux remparts de la ville médiévale, elle est majoritairement peuplée de pêcheurs. Des pêcheurs dont, traditionnellement, les femmes vendent le poisson. Sur place et sur la rive nord, au port Maillart, quai de la Tremperie, sur les nombreuses « cohues au poisson » qui se succèdent à cet emplacement depuis le haut Moyen Âge. Les pêcheurs de l’île de la Saulzaie ne sont pas seuls : la grande ville qui se développe à l’abri de ses remparts est un vaste marché d’environ 15 000 habitants, garanti de plus par l’Église qui, du Carême aux vendredis et autres « jours maigres », ne plaisante pas avec les préceptes alimentaires. Et du bassin de l’Erdre, du lac de Grand-Lieu, d’Ancenis au bout de l’estuaire, de l’océan, entre Bretagne et Poitou, les pêcheurs convergent vers la cité des Ducs. Plies, aloses, brochets, anguilles, harengs - frais et séchés -, morues salées, sardines, merlus, raies, huîtres et moules sont vendus soit directement sur les quais, soit sous des halles de bois, dont il ne reste évidemment plus de trace. 

Nantes, passage obligé

Le marché est à Nantes, mais également le pouvoir : le duc et l’évêque. Et le pouvoir s’intéresse au commerce du poisson pour deux raisons essentielles : la fiscalité et la santé publique. Ainsi, au 13e siècle, le duc Pierre Mauclerc se fâche : trop de pertes en ligne ! C’est-à-dire trop de poissons vendus directement par les pêcheurs, au mépris des taxes... et des consommateurs nantais qui trouvent les étals bien maigres ! Un siècle plus tard, le duc Jean III prend une ordonnance de police radicale : tout poisson de mer ou d’eau douce destiné à la vente à Nantes devra transiter par la “cohue”. La Poissonnerie voit confirmer sa place primordiale dans l’organisation du commerce du poisson, en gros comme au détail. On sait que vers 1450 la décision de construire une halle centrale de grande taille quelque part entre la Petite Hollande et l’extrémité est de l’île de la Saulzaie s’inscrit dans cette logique. Il s’agit encore d’un édifice en bois. 

Du projet Crucy à la poissonnerie Driollet

Au milieu du 18e siècle, on note l’existence d’une « cohue » au poisson frais située sur les quais nord de l’île de la Saulzaie et d’une “cohue” à la morue sur le quai de la Tremperie, ainsi nommé parce que les poissonnières y font tremper la morue dans des bacs pour la dessaler. Les conditions d’hygiène sont problématiques et l’idée de construire à Nantes une poissonnerie centrale moderne fait son chemin. Pas moins de trois projets voient le jour. Le troisième est dû à Mathurin Crucy. Le maître d’œuvre de l’urbanisation de l’île de la Saulzaie et des riches demeures des armateurs nantais imagine, à la place de la vieille cohue au poisson frais qui dépare ce bel ensemble, un bâtiment de pierre, de style néo-classique, situé à l’emplacement de l’actuel centre Neptune, à proximité immédiate d’une nouvelle cale facilitant l’accostage des bateaux. Mais le projet est jugé trop cher et les Nantais devront se contenter d’une halle en bois. 

Projet de Mathurin Crucy en 1783 pour une Halle aux poissons

Projet de Mathurin Crucy en 1783 pour une Halle aux poissons

Date du document : 1783

Le 19e siècle qui commence voit de nouveau la ville s’agrandir et s’embellir. La rue d’Orléans s’ouvre en 1827, la rue Crébillon en 1828, les travaux d’aménagement du cours Cambronne débutent en 1830. En 1838, Henri-Théodore Driollet, architecte de la Ville – on lui doit la fontaine de la place Royale, les serres du Jardin des plantes –, trouve que la vieille poissonnerie ne répond plus à l’image de la ville : « La poissonnerie ne répond plus à aucun besoin. Elle manque d’air, sa distribution vicieuse fait fuir les marchandes (...). J’ai décidé de la faire reconstruire d’une manière plus convenable et plus digne de notre ville. » Il faudra treize ans pour que ce projet se concrétise. Le 17 mai 1851, le maire Évariste Colombel pose la première pierre de la nouvelle et dernière poissonnerie centrale de Nantes. Son coût est estimé à 130 000 francs. Sa construction prendra trois ans. 

Un lieu de vie haut en couleur

C’est un beau bâtiment en fer à cheval, largement percé de fenêtres, doté de bornes-fontaines pour le dessalage de la morue, de très nombreuses statues symbolisant le lac de Grand-Lieu et les cours d’eau de l’agglomération, d’une cour intérieure ornée d’un jet d’eau, d’une cale montant du fleuve qui accentue encore l’effet “poupe” de ce beau vaisseau de pierre qu’est désormais l’île Feydeau. 

La Loire, la Poissonnerie et le Bouffay

La Loire, la Poissonnerie et le Bouffay

Date du document : sans date

Sur le plan architectural, rien à dire. La Poissonnerie s’intègre parfaitement dans son nouvel environnement : île Feydeau, quais du Port-Maillart et de la Tremperie, bordés de beaux immeubles. 

Sur le plan humain, c’est un lieu animé en permanence, pittoresque. Un endroit où l’on aurait eu plaisir à traîner ses guêtres ! 

Le marché a lieu trois fois par jour en été et deux fois en hiver. S’y croisent pêcheurs et poissonnières forts en gueule, abreuvant de noms de poissons, plus souvent que nécessaire, les malheureux placiers municipaux, âpres négociants et consommateurs exigeants, un lieu grouillant de vie qui retiendra l’attention, par exemple, du grand affichiste Jules Grandjouan qui, dans Nantes la grise, lui consacre de superbes dessins.

Marché de la Poissonnerie

Marché de la Poissonnerie

Date du document : sans date

Sur le plan économique, en revanche, le bilan est plus complexe. L’“évasion” de la marchandise continue allègrement en amont du marché. Certes, le poisson destiné à la Poissonnerie de Nantes est soumis à l’octroi à partir de 1858, mais la coexistence dans un même lieu du commerce de gros et du commerce de détail, de mise depuis le haut Moyen Âge, devient de moins en moins possible. À titre d’exemple, il va de soi que les poissonnières vendant au détail à la poissonnerie voient d’un mauvais œil la concurrence jugée déloyale des nombreuses vendeuses ambulantes qui animent la ville de leurs grelots et de leurs cris traditionnels : « À la ci, à la cici, à la civelle », « Elle est vive, elle est vive », « Pimpeneaux*, qui veut des pimpeneaux »... et qui, loin s’en faut, ne sont pas toutes passées par la Poissonnerie ! En 1887, les victimes de cette concurrence le font vertement savoir à la mairie : « Avant que les clients n’arrivent à la Poissonnerie, ils ont déjà fait leur marché, dehors et moins cher ! (...) Par qui est dirigée la Poissonnerie ? Par personne ! Quels sont les règlements ? Il n’y en a pas ! Qui surveille la vente à la criée ? Personne ! Qui vérifie le poisson ? Personne ! Désorganisation complète ! » 

Triste fin

Il faudra attendre 1936 pour que la “criée municipale”, c’est-à-dire le commerce de gros, soit transférée aux halles du Champ-de-Mars. C’est le coup de grâce. Déjà malmené par les comblements de la Loire, ensablé, voilà le beau bâtiment de Driollet privé de son activité principale.

La Poissonnerie pendant les comblements de la Loire

La Poissonnerie pendant les comblements de la Loire

Date du document : 13-03-1939

Il décrépit encore quelques années, avant d’être démoli en 1940. Dans les années qui suivent, les Nantais ont d’autres préoccupations. Mais, après la guerre, ce haut lieu devient un triste terrain vague. En 1964, le maire de Nantes, André Morice, décidera d’ailleurs de construire sur ce site « un garage-parking en hauteur, nouveau système expérimenté avec succès dans d’autres villes ». En 2008, la construction d’un nouvel ensemble de commerces et de logements et, surtout, la requalification complète de l’ancien bras de la Loire tournent définitivement la page. 

Nantes-Passion
2007

La poissonnerie Feydeau en images

Projet de Mathurin Crucy en 1783 pour une Halle aux poissons

1783

Ce projet ne fût pas réalisé et fut remplacé par une construction en bois en 1807 et démolie en 1851.

Les comblements au niveau de la Poissonnerie

18-01-1933

La Poissonnerie, construite sur la pointe est de l'île Feydeau et inaugurée en 1851.

Ambiance maritime d'autre fois devant la halle aux poissons

1853-1856

Lithographie de Léon Auguste Asselineau publié dans la France de nos jours

La Criée, jour de marché à la Halle aux poissons

début 20e

Entrée de la Poissonnerie

début 20e

La Poissonnerie pendant les comblements de la Loire

13-03-1939

Extérieur : vue d'ensemble. En arrière plan vue du café A.Bricaud, du pont de La Poissonnerie, du pont...

La Poissonnnerie

13-03-1939

Marché de la Poissonnerie

sans date

Vue extérieure : étals et commerçants, vue au premier plan des poissons présentés dans des corbeilles...

En savoir plus

Bibliographie

Halgand, Marie-Paule, Kerouanton, Jean-Louis, « Édifices d'utilité alimentaire », 303 : arts, recherches, créations, n°38, 1993, p. 66-85

Orceau, Robert, « Les pêcheries et les poissonneries à Nantes », Bulletin de la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique, n°96, 1957, p. 194-205

Vadon-Le Bras, Catherine, Queuille, Jean-Paul, Nantes : les poissonnières, Éd. CMD, Montreuil-Bellay, 1998 (coll. Mémoire d'une ville)

Pages liées

Marchés

Marché de Talensac

Marché de Zola

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Michaël Gheerbrant

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.