Bandeau
Floresca Leconte-Guépin (1813-1889) Charette

869

Manoir de la Rivière


Le manoir de la Rivière fait partie d’un ensemble de maisons nobles érigées le long de l’ancien étier de Mauves au 18e siècle. Avec la Ragotière, la Bonnetière, la Clardière, il maillait ce territoire submersible.

Une « borderie » noble

Au Moyen Âge, la Rivière est une tenue noble de la prairie de Mauves : une terre dont le tenant est un vassal du seigneur de Chamballan. Durant l’Ancien Régime, le lieu-dit devient une borderie noble, c’est-à-dire une ferme implantée sur un ancien fief seigneurial qui permet à son propriétaire d’accéder au titre d’écuyer, premier échelon de la noblesse. Sur Doulon, une ceinture de borderies nobles apparaît au début du 18e siècle le long de l’étier de Mauves. Leur statut favorise la construction de manoirs ou de gentilhommières par leurs nouveaux propriétaires qui accèdent ainsi à un nouvel échelon social.

Organisé autour d’une cour carrée fermée de murs, le manoir est accessible par une allée et un portail. La maison se compose de deux bâtiments perpendiculaires. Elle comprend un logis principal dont la porte latérale est surmontée d’un blason sculpté et se signale par une tourelle d’escalier. Un petit logement de jardinier est érigé à l’entrée du domaine.

À l’arrière de la cour, un passage ouvert mène vers les terres.

Une enclave maraîchère entre train et route

La Rivière est le seul lieu-dit ancien de l’étier de Mauves qui a survécu à l’implantation et à l’extension des voies ferrées et de la gare de triage de Doulon. L’accroissement du domaine ferroviaire mène, en particulier, à la disparition de la Bonnetière, une importante borderie noble devenue sanatorium.

La transformation du territoire prend un tournant avec la construction de la ceinture de contournement de Doulon et d’entrée sur Nantes en 1976. Cette route fait disparaître en grande partie l’étier de Mauves et crée un talus infranchissable au pied des terrains agricoles de la Rivière.

Dans cet environnement bouleversé et en pleine urbanisation, le manoir est devenu une tenue maraîchère. À partir de 1988, le travail maraîcher se transforme avec la construction de serres qui au début des années 2000 couvriront les deux tiers du terrain.

Une future ferme urbaine

Le manoir de la Rivière semble aujourd’hui destiné à rester une enclave agricole dans un environnement de plus en plus urbanisé : le lieu a été choisi pour accueillir à moyen terme une ferme urbaine.

Julie Aycard
Dans le cadre de l’inventaire du patrimoine du quartier de Doulon
2021

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En bref...

Localisation : Bonnetière (chemin de la), NANTES

Typologie : architecture domestique

En savoir plus

Pages liées

Dossier : Inventaire du patrimoine de Doulon

Dossier : PPP Doulon / Toutes-Aides

Maraîchage à Doulon

Bonnetière

Tags

Activité agricole et horticole Architecture agricole Doulon - Bottière Extension et limite urbaine Manoir et château

Contributeurs

Rédaction d'article :

Julie Aycard

Vous aimerez aussi

Armor

Architecture et urbanisme

En 1921, Marcel Brochard s’associe au chimiste Galland et lance une entreprise de fabrication de papier carbone. Ils installent leur activité dans ce qui n’est alors qu’un garage, rue...

Contributeur(s) :Gaëlle Caudal , Noémie Boulay

Date de publication : 16/02/2022

1719

Les grands succès de la chanson traditionnelle, bien souvent connue sous une forme très normées, pour ne pas dire standardisée, peuvent parfois apparaître en contenant d’étonnantes...

Contributeur(s) :Jean-Louis Auneau

Date de publication : 10/11/2020

1407

Grèves

Société et culture

À Nantes comme ailleurs, la grève est sans doute aussi ancienne que le travail. Jusqu’au 18e siècle, elle prend des formes indirectes comme l’appel d’un compagnonnage à boycotter la...

Contributeur(s) :Christophe Patillon

Date de publication : 28/04/2020

2053