Bandeau
Saint-Joseph de Porterie Union des coopérateurs de la Loire-Inférieure

4399

Julienne David (1777 – 1843)


Connue à Nantes sous le nom de « Jacquot » ou encore « le roulier Jacquot », Julienne David se  distingue très tôt lors de la guerre de Vendée et à bord de navires, tout en étant habillée en homme.

Une participation précoce à la guerre de Vendée

Née à Saint-Mars-du-Désert en 1777, ses parents nommés Pierre David et Anne Bidet sont des laboureurs qui lui fournissent une éducation très incomplète. Très jeune,  elle participe à la guerre de Vendée et sert la cause des royalistes en se mêlant aux combats. Elle est rapidement faite prisonnière et jugée pour ses activités politiques. Selon certaines sources, elle aurait été condamnée à Nantes à une « peine d’exportation » par le tribunal criminel qui se tient à l’hôtel Rosmadec. Elle aurait ensuite réussit à s’évader et à travailler pendant quelques années chez des fermiers, avec l’aide de sa famille. Cependant, un document d'archive datant de 1794, tiré du Livre des jugements de la Commission Militaire Extraordinaire et Révolutionnaire, donne une autre issue à ce verdict. Il affirme que Julienne David aurait été remise en liberté, considérant « qu’elle ne s’est travestie en homme que par sentiment de dévouement à la patrie, pour se livrer à l’agriculture et encourager les jeunes gens de la première réquisition à voler à la défense de la République. » Cela signifie t-il qu'en dépit de ses opinions royalistes Julienne David aurait menti sur ses idées pour échapper à la justice révolutionnaire et rester libre ? Ou que la jeune femme était bel et bien une révolutionnaire, ce qui expliquerait pourquoi elle embarqua deux ans plus tard sur un navire corsaire au service de la République ?

Une vie mouvementée de corsaire

A l’âge de 19 ans et déguisée en homme, elle revient à Nantes et s’enrôle comme novice sur un corsaire nommé « La jeune Agathe », qui ne tarde pas à faire des captures plutôt fructueuses. Un document d'archive mentionne la présence de Julienne David sur le navire : « Jacques David, de Saint-Marc près Nantes, 19 ans. Passé le 22 Thermidor sur la prise La Main de Dieu. Débarqué à Nantes, de gré à gré le 6 pluviose an VI, son nom est Julienne David, Fille ». Après la rupture du traité d’Amiens en 1803 et la reprise du conflit entre la France et l’Angleterre, Julienne David embarque ensuite sur un navire corsaire à Paimboeuf, mais ce dernier et l’ensemble de son équipage est bientôt capturé par les Anglais. Détenue dans des conditions très difficiles, Julienne David tente de s’empoisonner pour échapper aux tortures physiques et morales. Elle reste prisonnière pendant huit années, et est employée à terre en tant « qu’infirmier » à l’hôpital de la prison, lorsqu’un homme la reconnaît et lui permet enfin, en tant que femme, de retrouver sa liberté loin des pontons. Elle débarque au Havre et rejoint ensuite la ville de Nantes.

Liberté et indépendance à Nantes

Pendant deux ans, Julienne David se met au service d’un négociant à Nantes et effectue des travaux d’homme à la campagne sous le nom de « Jacquot », avant de travailler durant une quinzaine d’années dans une communauté religieuse en se faisant appeler « Frère Arsène ». Occupant tour à tour des fonctions de jardinier, et de roulier, on la retrouve à la fin de sa vie au service du voiturier Dardare, un loueur de fiacres. En 1843, elle décède d’une maladie pulmonaire à l’hôpital. Alors que l’état civil lui donnait 70 ans, le dernier acte administratif mentionnant Julienne David montre qu’elle n’était âgée que de 65 ans.

Chloé Voirin
Bibliothèque municipale
2020


Dessin de Jean Bruneau



1 - Complément premier paragraphe

Cependant, un document d'archive datant de 1794, tiré du Livre des jugements de la Commission Militaire Extraordinaire et Révolutionnaire, donne une autre issue à ce verdict. Il affirme que Julienne David aurait été remise en liberté, considérant « qu’elle ne s’est travestie en homme que par sentiment de dévouement à la patrie, pour se livrer à l’agriculture et encourager les jeunes gens de la première réquisition à voler à la défense de la République. » Cela signifie t-il qu'en dépit de ses opinions royalistes Julienne David aurait menti sur ses idées pour échapper à la justice révolutionnaire et rester libre ? Ou que la jeune femme était bel et bien une révolutionnaire, ce qui expliquerait pourquoi elle embarqua deux ans plus tard sur un navire corsaire au service de la République ?

Proposé par Groupe "Mémoire" de l'Association de la Butte-Sainte-Anne

2 - Complément second paragraphe

Un document d'archive mentionne la présence de Julienne David sur le navire : « Jacques David, de Saint-Marc près Nantes, 19 ans. Passé le 22 Thermidor sur la prise La Main de Dieu. Débarqué à Nantes, de gré à gré le 6 pluviose an VI, son nom est Julienne David, Fille ».

Proposé par Groupe "Mémoire" de l'Association de la Butte-Sainte-Anne

3 - Complément troisième paragraphe

Alors que l’état civil lui donnait 70 ans, le dernier acte administratif mentionnant Julienne David montre qu’elle n’était âgée que de 65 ans.

Proposé par Groupe "Mémoire" de l'Association de la Butte-Sainte-Anne

En savoir plus

Bibliographie

Nicollière-Teijeiro (de la) Stéphane, « La Course et les corsaires du port de Nantes », Revue de Bretagne et de Vendée, Veuve Vier, Nantes, H. Champion, Paris, 1896, p. 280-284

Jaeger Gérard, Les femmes d’abordage : chroniques historiques et légendaires des aventurières de la mer, Clancier-Guénaud, Paris, 1984

Le Leuch Morgan, « Julienne David (1774-1843) : la difficile histoire de la jeune corsaire en archives », Neptuna, mars 2017, n°316, p. 22-27

Prenaud René, Petite histoire des dames du passé en pays nantais, [Nantes] : [s.n.?], [1972]

Webographie

Julienne David à la Bibliothèque municipale Lien s'ouvrant dans une nouvelle fenêtre

Complément d'information sur Julienne David par l'ABSA Lien s'ouvrant dans une nouvelle fenêtre

Pages liées

Interview imaginaire de Julienne David

Ports

Jean Bruneau

Dossier Femmes nantaises

Tags

Femme célèbre Personnalité nantaise Port

Contributeurs

Rédaction d'article :

Chloé Voirin

Enrichissement d'article :

Jean-Luc Hervy

Anecdote :

Groupe "Mémoire" de l'Association de la Butte Sainte-Anne

Vous aimerez aussi

Maison « des Arlequins »

Architecture et urbanisme

La maison des Arlequins, du nom de l’association sportive qu’elle accueille actuellement, était à l’origine un bâtiment à vocation agricole. La rue de la Bourdonnais où elle est située...

Contributeur(s) :Amélie Decaux , Chloé Rouillon

Date de publication : 03/11/2021

936

L’Épave

Architecture et urbanisme

Au centre du square Maurice-Schwob, face à la Loire, trône le groupe sculpté L’Épave, de Paul Auban. Sculptée dans une pierre calcaire ferme, en ronde-bosse, c’est une sculpture de...

Contributeur(s) :Aurélie De Decker

Date de publication : 16/06/2021

2199

Chantier naval, centrale électrique et fonderie : le 26, rue des Usines a connu plusieurs histoires industrielles successives.

Contributeur(s) :Aurélie Mathias , Gaëlle Caudal , Hélène Charron ...

Date de publication : 14/02/2019

5284