Pont de Cheviré
Place de la Croix-Bonneau

La gare de Doulon, d'abord une maison de garde-barrière, devient en 1910, une gare : outre les voyageurs, on y voyait transiter les primeurs et le muguet du 1er mai....

L’ancienne gare de Nantes-Doulon est à l’origine une maison de garde-barrière située sur les lignes Nantes-Châteaubriant et Nantes-Segré. Elle est construite par la Compagnie d’Orléans entre 1873 et 1877. Suite à la demande récurrente des habitants de Doulon et des collectivités pour obtenir une desserte du quartier, la maison est transformée en halte puis gare en 1885 et 1910 par l’accolement de deux modules supplémentaires. Le dernier train s'arrête à Doulon le 31 mai 1980 avec la fermeture de la ligne Nantes-Châteaubriant. La gare est reconvertie en boutique SNCF jusqu’en 2012 puis occupée par une entreprise.

1877 : un passage à niveau

Le passage à niveau n° 309 est situé sur le boulevard Louis-Millet à 4,5 km de l'ancienne gare de la Prairie-au-Duc. Il est créé entre 1873 (date d'approbation du tracé) et le 23 décembre 1877 (inauguration de la ligne). Ce passage à niveau, géré par la Compagnie de l'Ouest (le seul de la ligne Nantes-Châteaubriant), marque la séparation des voies ferrées partant pour Châteaubriant et Segré. La maison de garde-barrière (1877-1885) correspondait au plan type «  Maison de garde à comble en surcroît et appentis » : toit à longs pans recouvert d'ardoise, moellons apparents au niveau des premières assises, baies en arc segmentaire et façade côté voie percée d'une porte surmontée d'une fenêtre. 

Barrières du passage à niveau, fin du 19e siècle

Barrières du passage à niveau, fin du 19e siècle

Date du document : fin 19e siècle

1885 : la transformation en halte

Dès 1874, avant même l'inauguration de la ligne, les habitants de Doulon demandent à avoir une gare pour le transport des voyageurs qui seraient très nombreux surtout les dimanches et les jours de foire et de marchés mais aussi pour les marchandises « et notamment les vins de Vendée ». Le 12 février 1885, le ministre des Travaux publics donne son accord pour la création d'une halte mais seulement ouverte aux voyageurs sans bagages. La maison de garde-barrière est agrandie : un bâtiment construit sur le même modèle est accolé côté passage à niveau. Elle est inaugurée le 18 mai 1885 lors de l'ouverture de la section Mauves-Segré de la ligne Nantes-Segré. La halte dessert alors une population de 10 000 personnes (5 900 habitants des quartiers nord-est de Nantes et 4 100 de Doulon). 

Gare de Doulon, fin du 19e siècle

Gare de Doulon, fin du 19e siècle

Date du document : fin 19e siècle

1910 : de la halte à la gare

Dès 1891, le Conseil général de Loire-Inférieure émet le vœu d'établir à l'emplacement de la halte une gare d'échange entre les lignes Nantes-Segré et Nantes-Châteaubriant. Après un refus des compagnies gestionnaires de lignes, le conseil municipal de la Chapelle-sur-Erdre renouvelle la demande en 1903 puis 1906. Le 7 avril 1910, la halte est transformée en gare commune. Le montant des travaux s'élève à 356 200 francs : aux deux modules existants, la Compagnie en accole un troisième côté voie. 

Gare de Doulon, début du 20e siècle

Gare de Doulon, début du 20e siècle

Date du document : début 20e siècle

Une gare liée aux productions des maraîchers

En 1930, devant l'augmentation du trafic lié au prolongement de la ligne de tramway jusqu'à la mairie annexe et à l'augmentation des expéditions commerciales des maraîchers, le site de la gare est étendu et modernisé : création de 2 nouvelles voies, extension et perfectionnement de l'éclairage, modernisation des toilettes. Le montant des travaux s'élève à 114 000 francs. Le train des maraîchers part le midi, la cour se remplit alors de petits camions qui déversent leur cargaison dans les wagons en partance pour Paris. Un témoin se souvient des chargements de muguet à l'approche du 1er mai. Le 27 mai 1944, la halle de marchandises de la gare est détruite par les bombardements américains. 

1980 : fermeture de la ligne

Le dernier train s'arrête à Doulon le 31 mai 1980 avec la fermeture de la ligne Nantes-Châteaubriant. La gare est reconvertie en boutique SNCF. En juin 2009, les façades côté voie et passage à niveau sont recouvertes d'une peinture murale réalisée par deux collectifs nantais de graffeurs 100 Pression et Plus de Couleurs en lien avec pick up production. La fresque aux couleurs vives représentait une trame de TER fermée en 2012. Le bâtiment est occupé depuis 2016 par Régie Média.

Direction du Patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes / Nantes métropole
2018

Fresques de <i>100 pression et Plus de couleurs</i> en gare de Doulon

Fresques de 100 pression et Plus de couleurs en gare de Doulon

Date du document : 09-09-2010


 

Anecdote : La gare des maraîchers

Pendant l’entre-deux-guerres et jusque dans les années 1960, l’activité de la gare est liée aux parcelles maraîchères qui constituent alors le quartier. Le café situé en face porte le nom évocateur de Café des Maraîchers. Ainsi chaque jour, peu avant...



En bref...

Localisation :

Auguste Peneau (boulevard), NANTES

Date de construction :

1877

Typologie :

architecture civile publique et génie civil

Tags

En savoir plus

Bibliographie

Caudal, Gaëlle, (réd.), Pays de la Loire. Service régional de l'inventaire général du patrimoine culturel, Nantes-Châteaubriant : une ligne à redécouvrir, Éd. 303, Nantes, 2014

Webographie

Site Patrimoines des Pays de la Loire

Pages liées

Chemin de fer

Gares

Gare de Doulon

Gare de Saint-Joseph-de-Porterie

Doulon

Contributeurs

Rédaction d'article :

Gaëlle Caudal

Anecdote :

Gaëlle Caudal

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.