Carrière Miséry
Îles

A

104

Floralies

Contribuer

Contribuer


Les Floralies internationales, manifestation commerciale, festive et populaire, sont un temps fort de la vie nantaise. La longue histoire de la botanique à Nantes débute avec la création en 1687 d’un Jardin des apothicaires qui devient le Jardin des plantes en 1726 par une ordonnance de Louis XV. Le roi confie aux armateurs la mission de « réconforter et consolider » les végétaux importés d’Amérique destinés à Paris. Ferdinand Favre en acclimate en terre nantaise, tels le magnolia grandiflora ou le camélia.

La Société nantaise d’horticulture (1828) organise des manifestations florales dès 1945 au Champ-de-Mars. Les deux premières Floralies s’y tiennent. En 1956, le comité choisit le thème «Nantes port de l’Ouest ». La médiatisation avec spectacles et animations en ville assure le succès des délégations venues de vingt pays : c’est le tournant de l’internationalisation. L’affiche représente le camélia Gloire de Nantes, symbole de l’horticulture nantaise. L’édition 1963 se déroule après la décolonisation. Le directeur du service des plantations de la ville y évoque, brièvement, mais pour la première fois, le lien avec le commerce du « bois d’ébène ». Les deux premières expositions témoignent d’une ville fière de son horticulture, mais encore frileuse sur l’analyse des origines de cette activité.

Cours Saint-Pierre lors de l'exposition nationale d'horticulture

Cours Saint-Pierre lors de l'exposition nationale d'horticulture

Date du document : 17-03-1861

En 1971, le parc de la Beaujoire, au bord de l’Erdre, accueille les Troisièmes Floralies. Elles entrent alors dans l’ère de la consécration et se placent au premier rang des manifestations florales françaises. L’accent est mis sur la nécessaire sauvegarde de l’environnement. Le succès de la cinquième édition (1984) rend la manifestation quinquennale. En 1989, année du bicentenaire, le stand nantais est tricolore mais le thème officiel est « l’Europe en fleurs », valorisant la construction européenne. On inaugure la magnifique roseraie de la Beaujoire.

Les Floralies reflètent la vie nantaise. En 1999, le FCNA remporte la coupe de France. Le médiatique gardien et capitaine de l’équipe, Mickaël Landreau, plante un magnolia Coupe de France et les pépinières Delhommeau présentent un fuchsia à son nom. Elles sont parfois le théâtre de contestations : protestations contre les conditions de travail des immigrés lors de la construction du parc de la Beaujoire, alertes sur les menaces contre la Navale nantaise, manifestations des filles de Chantelle en 1994, opposition à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes en 2004. L’importance économique du secteur horticole et maraîcher explique que des hommes politiques accompagnent la manifestation, d’Henry Orrion à Edgard Pisani, en passant par Olivier Guichard, jusqu’à Jean-Marc Ayrault qui met l’accent sur le tourisme et l’image verte de la ville.

Affiche des  <i>Floralies</i> 

Affiche des  Floralies 

Date du document : 08-05-1956

La fréquentation se stabilise autour de 500 000 visiteurs malgré la prolongation du tramway en 1989 et le périphérique en 1994. Les organisateurs comprennent que l’exposition entre dans la maturité, privilégiant la qualité d’accueil à l’accroissement de l’affluence. Après dix éditions, les Floralies sont devenues une institution : première manifestation nantaise, troisième salon français après les salons de l’Auto et de l’Agriculture… Elles continuent de s’adapter à l’époque, soucieuses d’environnement et d’éducation.

Extrait du Dictionnaire de Nantes
(droits d'auteur réservés)
2018

En savoir plus

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Jean-Michel Gravouil

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.