Jean Rigollet (Saint-Lumine-de-Coutais 1931 - Nantes 1955)
Lycée Leloup-Bouhier

A

121

Ancienne maison patronale de l'usine Avril et Fiteau


L’actuel consulat général de Turquie est l’un des derniers témoins de l’ancienne activité industrielle du quai.  Cette maison aujourd’hui pleinement intégrée dans le front urbain loge à partir de la fin du 19e siècle les directeurs de l’usine d’engrais Avril et Fiteau.

En 1891, Eugène Avril et Gustave Fiteau s’associent pour ouvrir une usine de fabrication d’engrais. Ils louent alors l’ancien chantier de construction navale Jonquier et Bernier installé vers 1870 sur l’ancienne île Videment, nouvellement raccordée à la Prairie-au-Duc. Les entrepôts de l’ancien chantier sont organisés autour d’une cour et d’une maison d’habitation.

Plan de la Prairie-au-Duc

Plan de la Prairie-au-Duc

Date du document : 1859

Une maison à l’architecture classique

Cette maison patronale qui clôt partiellement la cour vers la rive est précédée d’un jardin. De plan massé rectangulaire et couverte par un toit à quatre pans couvert d’ardoises, elle s’élève sur un niveau de soubassement. Elle est mise en valeur par un quadrillage de bandeaux horizontaux et de dosserets, par une corniche à modillons ainsi que par des baies de forme différentes à chaque niveau : au rez-de-chaussée, les baies sont en arc segmentaire ; à l’étage, elles sont rectangulaires.

Sa façade principale, tournée vers le quai, a trois travées développées sur un étage carré. Sur la travée centrale, encadrée de dosserets en bossage, un balcon sur consoles au premier étage et une lucarne construite en pierre, sommée par un fronton hémicirculaire et encadrée de deux pots-à-feu attirent l’œil. Les façades latérales ont également trois travées principales mais leurs travées centrales sont plus étroites et les baies qui les éclairent plus petites.

L’organisation de l’usine d’engrais

Lors de l’acquisition de la maison par les entrepreneurs Avril et Fiteau, elle est séparée en deux logements qui sont utilisés par les associés. Autour de la maison, des ateliers bordent la parcelle libérant l’espace central de la cour dans laquelle s’élève la cheminée nécessaire à la fabrication du noir d’engrais par la crémation des os issus de l’équarrissage. Sur le côté oriental et le long de la rue Magin, les bâtiments sont bâtis en moellons tandis qu’à l’ouest, il s’agit de halles en charpente. Face à la maison, une halle dévolue à l’expédition est construite perpendiculairement au quai. Elle se prolonge par une passerelle sur pilotis qui permettait, en l’absence de quai, de charger l’engrais sur les bateaux accostés devant l’usine. Avril et Fiteau avaient également construit une estacade sur la rive devant la demeure. Celle-ci était pourvue d’une grue pour le déchargement des navires.

Photographie de la rive nord de la Prairie-au-Duc

Photographie de la rive nord de la Prairie-au-Duc

Date du document : vers 1890

La création d’un accès direct à la Loire

En 1898, le jardin est préempté par l’État pour la construction du quai André Rhuys (actuel quai François Miterrand) et l’établissement d’une première gare maritime.

Enquête parcellaire pour l'établissement d'une estacade et d'une gare maritime sur la rive gauche

Enquête parcellaire pour l'établissement d'une estacade et d'une gare maritime sur la rive gauche

Date du document : 1896

Le rehaussement qui en résulte ne bouleverse pas l’architecture de la maison dont l’accès s’effectue déjà par un escalier de trois marches. Néanmoins, le soubassement est en partie masqué par le rehaussement du sol et l’entrée s’approche du niveau du sol. Par ailleurs, la construction du quai modifie les accès à la rive de l’entreprise et simplifie la relation usine/fleuve.

Construction du quai André Rhuys

Construction du quai André Rhuys

Date du document : 1899

Trente ans plus tard, en 1925, l’usine prospère et la maison est toujours le lieu d’habitation d’André Avril, fils d’Eugène. En 1933, l’établissement s’agrandit vers l’ouest en intégrant les anciens ateliers Jouant en partie démontés.

Presque centenaire, la société – devenue Avril et Fils en 1950 – ferme ses portes dans les années 1970. Abandonnée, la maison perd son aile latérale en rez-de-chaussée, la cheminée et les ateliers sont détruits. Après des années d’abandon, la maison patronale est restaurée en 2014 pour accueillir le consulat de Turquie.

Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes / Nantes Métropole ; Service du Patrimoine, Inventaire général, Région Pays de la Loire
Inventaire du patrimoine des Rives de Loire
2021

 

En bref...

Localisation :

François-Mitterand (quai) 20, 21, NANTES

Typologie :

architecture domestique

En savoir plus

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Julie Aycard

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.