Confluence de l’Erdre et de la Loire (1/2)
Cité du Verger ou cité de la Noë-Mitrie

Cette ancienne demeure abrite le musée Jules Verne depuis 1978. Contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer, le célèbre auteur de romans d’aventures n’y a jamais vécu.

Une demeure transformée en musée

Située à l'est des escaliers de Sainte-Anne, cette maison dominant la Loire est construite en 1872 par l'architecte Ernest-Marie Buron. Un premier projet est dessiné avec une tour carrée et des baies surmontées de linteaux en arc tendu. La maison est en cours d'achèvement en 1878. Au début du 20e siècle, des bâtiments sont construits en mitoyenneté ; ils seront progressivement détruits en 1985. Elle est divisé en plusieurs appartements au cours du 20e siècle. La Ville de Nantes achète la partie haute en 1965 et la partie basse en 1973 et y installe le musée Jules Verne en 1978. L’édifice est inscrit sur la liste du patrimoine nantais du plan local d'urbanisme.

Maison avec les immeubles construits en mitoyenneté

Maison avec les immeubles construits en mitoyenneté

Date du document : fin du 19e siècle

Une architecture aux influences mauresques

Compte tenu de la forte dénivellation, le bâtiment, construit sur la corniche rocheuse, présente un rez-de-chaussée côté nord et une élévation à trois niveaux en façade sud. Le plan général est carré avec une tourelle dans l'angle sud-ouest.

Une petite esplanade, rehaussée de quatre marches par rapport à la rue, permet d'accéder à l'entrée.

Entrée du musée Jules Verne, avenue Sainte-Anne

Entrée du musée Jules Verne, avenue Sainte-Anne

Date du document : 24-04-2013

Les façades sont ornées de baies surmontées d'arcs outrepassés d'influence mauresque ornées de balcons, sur la Loire. Les impostes présentent des menuiseries avec petits bois rayonnants dans les étages. Sur les cartes postales anciennes, les impostes semblent occupées par des lambrequins travaillés. Une corniche de briques vient souligner le sommet de ces arcades. Les maçonneries sont enduites et les encadrements des baies jouent graphiquement sur les teintes claires du calcaire et rouge de la brique.

Musée Jules Verne, côté Loire

Musée Jules Verne, côté Loire

Date du document : 20-03-2013

La tourelle carrée émerge de l'ensemble avec un niveau supplémentaire. Elle est ornée d'un appareillage de briques et calcaire en bandes horizontales ainsi que de petites baies en plein cintre et d'une corniche avec des modillons de calcaire. L'ensemble est couvert en ardoises avec une toiture à deux versants avec croupes. Des épis de faîtages en zinc couronnent les couvertures. Le jardin est accessible depuis un palier de l'escalier Sainte-Anne.

Région Pays de la Loire, Inventaire général ; Direction du Patrimoine et de l'Archéologie, Ville de Nantes / Nantes Métropole
2012

En bref...

Localisation :

Hermitage (rue de l') 3, NANTES

Date de construction :

1872

Auteur de l'oeuvre :

Buron, Ernest-Marie (architecte)

Typologie :

architecture domestique

En savoir plus

Bibliographie

Bienvenu, Gilles, « Le quartier Sainte-Anne et l'Hermitage à Nantes » in Bulletin de la Société Archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique, éd. Nantes Manoir de la Touche, tome 118 (AM 1Per 98/118), Nantes, 1982

Pages liées

Escaliers et statue Sainte-Anne

Jules Verne

Habitat des bords de Loire : profiter des paysages ligériens (3/3)

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Frédérique Le Bec

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.