Savonnerie-parfumerie Biette
Berlingot

A

206

Ancienne usine d’engrais Saint-Gobain

Contribuer

Contribuer


En 1902, Saint-Gobain s’implante à Chantenay. Employant plusieurs centaines d’ouvriers au début du 20e siècle, l’usine fabrique de l’acide sulfurique et de l’engrais. Il ne reste aujourd’hui plus que deux bâtiments : le magasin à phosphates et son imposante charpente en bois, ainsi que la maison du concierge.

Organisation du site de la société Saint-Gobain

Organisation du site de la société Saint-Gobain

Date du document : 2012

Une entreprise ancienne aux activités diversifiées

La Manufacture Royale des Glaces de miroirs est fondée en 1665 à Paris par Colbert et s'installe, en 1692, à Saint-Gobain, dans l'Aisne. En 1858, elle fusionne avec son grand rival national, Saint-Quirin, et donne naissance à la Manufacture des Glaces et produits chimiques de Saint-Gobain, Chauny et Cirey. Après la Première Guerre mondiale, l'entreprise continue la diversification de ses productions commencée au 19e siècle dans le domaine des engrais, de l'acide sulfurique et des superphosphates.

Saint-Gobain, qui possède une usine sur le site de la Prairie-au-Duc à Nantes, s'installe en 1902 à Chantenay, sur des prairies de bord de Loire, donnant à l'ouest sur la Papeterie Gouraud et à l'est sur Blanzy-Ouest et les chantiers navals des Chargeurs de l'Ouest (future implantation en 1912 de l’usine électrique de Chantenay).

Magasin général et bâtiments des chambres de plomb de l’usine Saint-Gobain

Magasin général et bâtiments des chambres de plomb de l’usine Saint-Gobain

Date du document : début du 20e siècle

La politique sociale de Saint-Gobain

Au début du 20e siècle, l’usine Saint-Gobain de Chantenay emploie de 400 à 500 hommes ; en 1956, de 100 à 150 personnes. L’activité est saisonnière et les périodes intenses de travail sont au printemps et en automne.

La Société de Saint-Gobain, Chauny et Cirey, Société des Manufactures de Saint Gobain, dont le siège est au 10 rue de la Fosse à Nantes, crée en 1916 des jardins ouvriers de 250 mètres carrés chacun à la Croix-Bonneau. La politique sociale de l'entreprise, témoignant d'une activité florissante entre les deux guerres, donne lieu également à la construction de deux groupes d'habitations à bon marché pour son personnel sur les « hauteurs de Chantenay », « c'est-à-dire dans des conditions d'aération favorables », note Maurice Amieux, conseiller municipal.

La société acquiert, en 1918, une maison bâtie (aujourd'hui détruite) un an plus tôt rue de l'Abbaye, dans l'actuel parc de la Boucardière. Elle servira de logements à ses directeurs d'usine, dont M. Morgand, de 1912 et 1928. Ce même directeur obtient ainsi en octobre 1920 l'autorisation de construire un lotissement ouvrier de 15 logements (7 maisons doubles et une simple alimentées en eau de ville) à la Boucardière, en bordure de l'Avenue du Bois. Trois mois plus tard, en janvier 1921, il obtient également l'autorisation de construire, sur le même modèle de maisons, au lieu-dit de la Pièce-Pointue, un ensemble de 11 maisons ouvrières, dit « groupe de La Lande », alimentées en eau potable par un puits creusé. Les maisons jumelles mitoyennes sont organisées sur des parcelles d'environ 300 mètres carrés par foyer. Les surfaces habitables sont de 33,8 mètres carrés environ par foyer : une pièce donnant sur rue de 17 mètres carrés et deux pièces donnant sur jardin de 8,4 mètres carrés chacune. Le jardin accueille en fond de parcelle des WC mitoyens. Ces cités sont détruites dans les années 1960. La société fait également construire, au début des années 1920, un immeuble pour ses cadres et un autre pour ses ingénieurs rue de l'Abbaye.

Procédés de fabrication

L'usine de Saint-Gobain est formée de bâtiments reliés les uns aux autres par des voies ferrées intérieures et des transporteurs aériens. L'acide sulfurique, nécessaire à la fabrication des superphosphates, est obtenu, à partir de pyrites de fer, par le procédé des chambres de plomb. L'obtention de superphosphates se fait par réaction de l'acide sulfurique sur des phosphates naturels broyés. Les machines, broyeurs, malaxeurs, transporteurs à bandes ou à vis sont mues par l'énergie électrique et demandent une main-d´œuvre ni nombreuse ni très qualifiée. Les phosphates proviennent du Nord de l'Afrique, principalement de Tunisie, et sont acheminés par bateau. L'usine est approvisionnée en pyrite depuis les mines que Saint-Gobain possède. La majeure partie de la production est destinée à la région nantaise et aux départements voisins et est expédiée par voie ferrée. Il s'agit principalement d'engrais composés d'acide sulfurique et de superphosphates.

Les derniers bâtiments de l’usine

En 1959, Saint-Gobain et Péchiney s'associent, puis fondent la société des Produits Chimiques Péchiney-Saint-Gobain. Vers 1970, c'est la Compagnie des Fertilisants de l'Ouest qui occupe le site.

Suite à la destruction de la plupart des bâtiments de l'usine Saint-Gobain, la création d'un lotissement industriel sur les terrains acquis par la Chambre de commerce et d'industrie de Nantes, au 18 rue des Usines (actuelle rue du Bélem), est actée au début des années 1980.

De l'implantation industrielle de Saint-Gobain sur le Bas-Chantenay deux bâtiments ont subsisté : les magasins à phosphates, et le bâtiment abritant le logement du concierge, à l'entrée du site, qui servit de douanes à la C.E.D.I.C. dans les années 1980. Ce dernier, en cours de réhabilitation, appartient désormais à la société de transport IDEA.

Maison du concierge de la société Saint-Gobain

Maison du concierge de la société Saint-Gobain

Date du document : 14-05-2013

Les magasins à phosphates sont composés de deux halles contiguës d'environ 20 mètres sur 70 formant magasins intégrant à l'origine un extracteur et un atelier de broyage. Une bascule à wagons sur un embranchement ferré reliait les magasins aux autres bâtiments du site industriel (magasins à superphosphates, quai, réseau ferré). Chaque halle est couverte par une toiture à deux pans, coiffée d'un lanternon formant clocher, conservant en partie le bardage bois ajouré d'origine et permettant la ventilation. Les bâtiments ont été réhabilités par la société Sonastock qui en était propriétaire en 1985. L’entreprise s’en servait alors comme lieu de stockage. Les travaux ont donné lieu au remplacement en grande partie des vêtures d'origine en bois par des bardages et couvertures en fibro-ciment, ainsi qu'au percement d'ouvertures destinées à l'entrée de camions à l'intérieur des magasins.

Magasin des phosphates de l’ancienne usine Saint-Gobain

Magasin des phosphates de l’ancienne usine Saint-Gobain

Date du document : 14-05-2013

Le bâtiment de bureaux, laboratoires et logement du concierge, d'environ 14 mètres sur 20, comprend entresol, rez-de-chaussée et étage, combles aménagés. Il est constitué d'une maçonnerie de pierre enduite, d'une couverture en tuiles mécaniques sur charpente bois. Les nombreuses ouvertures sont encadrées de brique et de pierre calcaire. Le rehaussement de voirie de la rue des Usines, suite à la crue de 1910, semble avoir provoqué l'enfouissement de l'actuel entresol d'environ 1,20 mètre et la création de nombreux escaliers extérieurs d'accès à l'actuel rez-de-chaussée. En 1983, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Nantes, propriétaire du bâtiment, aménage les combles et pose des châssis en toiture.

Hélène Charron
Région Pays de la Loire, Inventaire général ; Direction du Patrimoine et de l'Archéologie, Ville de Nantes / Nantes Métropole
2012 (mis à jour en 2022 par Noémie Boulay)

Album « Ancienne usine d'engrais Saint-Gobain »

Façades du bâtiment de bureaux, laboratoires et logements du concierge de Saint-Gobain

1983

En 1983, la Chambre de commerce et d’industrie aménage les combles du bâtiment et pose des châssis en...

1 / 4

Intérieur des magasins à phosphates de l’ancienne usine Saint-Gobain

14-05-2013

La structure des bâtiments est en bois et remplissage de maçonnerie de pierre et parpaing en pied.

2 / 4

Charpente bois du magasin à phosphates de l’ancienne usine Saint-Gobain

14-05-2013

En 1985, la société Sonastock, propriétaire des magasins et spécialisé dans la manutention portuaire,...

3 / 4

Magasin à phosphates de l’ancienne usine Saint-Gobain, vue de la Loire

14-05-2013

4 / 4

En bref...

Localisation :

Bélem (impasse du) 1, NANTES

Typologie :

architecture industrielle

En savoir plus

Bibliographie

Pinson Daniel, L'Indépendance Confisquée d'une Ville Ouvrière,  éd. Arts-cultures-loisirs, 1982

Le Naire Marie-Madeleine, « L'industrie des engrais minéraux dans la région nantaise » in Norois, n°10, 1956

Michel Jean-Marie, Contribution à l'histoire industrielle des polymères en France

Webographie

Notice de l'inventaire par la Région Pays de Loire

Pages liées

Amieux

HBM

Patrimoine industriel

Croix-Bonneau

Dossier : Patrimoine industriel (3ème volet)

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Hélène Charron, Noémie Boulay

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.