Bandeau
Boutique Maquette de l’Emile Paraf

743

Ancienne île de la Saulzaie


L’île de la Saulzaie est un ancien îlot rocheux aujourd’hui disparu qui se situait à l’est de l’actuel quartier Feydeau. Zone de passage obligée pour toutes les personnes souhaitant accéder à Nantes depuis la première ligne des ponts, elle se caractérise par un habitat médiéval dense.

Une situation stratégique aux portes de Nantes

L’île de la Saulzaie (également orthographiée « Saulsaie ») située à seulement à une trentaine de mètres de la rive nord est l’une des plus ancienne île de Loire : les recherches récentes ont démontré que ce promontoire rocheux existait sans doute dès la Préhistoire.

La Saulzaie est le premier point d’appui de la ligne des ponts, le dernier rempart avant la ville close. Elle est donc rapidement fortifiée en bois et, au 15e siècle, elle est protégée par une muraille et une porte en pierre. Encerclée par le fleuve, le rocher fait naître des atterrissements en retenant le sable. Ceux-ci sont plantés de saules dont la présence confère son nom à l’îlot.

Une île densément peuplée

Sur ce rocher, un hameau relativement dense s’installe dès le Moyen Âge. L’organisation urbaine se compose de petites rues souvent très étroites dont certaines débouchent sur les grèves de Loire. Ces terrains plats, formés de sables et de graviers sur les bords du fleuve, offrent ainsi aux habitants un accès à l’eau à volonté. Les bâtiments étagés sur le talus du rocher sont, jusqu’à la fin du Moyen Âge, bâtis en pans de bois et en encorbellement, ce qui réduit d’autant la largeur des rues et leur éclairage.

Le hameau dépend de la paroisse Saint-Nicolas. Pour faire leurs dévotions, les habitants doivent traverser le fleuve. En 1443, Alain Resmond, bourgeois de Nantes, fait bâtir la chapelle de Bonsecours, petit édifice rectangulaire engoncé dans un tissu urbain très dense. Cet édifice logé le long de la rive marque le débouché du pont de la Belle-Croix, qui mène les voyageurs vers l’île de la Madeleine et la rive sud.

Sur les grèves naturelles de l’île, les pêcheurs débarquent quotidiennement leurs prises. Cette pratique de la pêche encourage la ville à implanter, dès le 15e siècle, une cohue au poisson officielle sur les grèves aval de l’île, au débouché du pont reliant l’île à la ville. Aucun quai n’existe alors et l’on accède à la cohue par des escaliers. Dès lors, l’appellation « pont de la Poissonnerie » supplante les noms officiels donnés au fil des siècles.

En 1611, au sud de l’île, la porte de la Saulzaie – également nommée porte du Bon-Secours en référence à la chapelle toute proche – est reconstruite.

À cette époque, la Saulzaie est : « un petit bourg bien ramassé et rempli de bonnes hostelleries […] au bout desquels trouvez une porte qui la ferme ». À l’ouest de l’île, la grève commence naturellement à s’étendre. En 1715, l’utilisation de ces terrains submersibles commence à être discutée : l’installation de casernes pour les soldats qui logent chez les Nantais est envisagée mais reste sans suite.

L’année 1721 marque un tournant dans le destin de l’îlot rocheux. Gérard Mellier, maire de Nantes, obtient du roi de France l’autorisation d’aménager la grève. Une vaste opération immobilière est alors lancée. Tout au long du 18e siècle, plusieurs dizaines d’investisseurs s’emploient à transformer la grève en une véritable île artificielle dotée de quais, de rues et d’immeubles. Les aménagements de cette nouvelle Île Feydeau entraîne progressivement la disparition de l’habitat médiéval de la Saulzaie, dont l’existence est rappelée encore aujourd’hui par la rue de la Haute-Saulzaie et l’impasse de la Basse-Saulzaie.

Julie Aycard
Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes / Nantes Métropole ; Service du Patrimoine, Inventaire général, Région Pays de la Loire
Inventaire du patrimoine des Rives de Loire
2021 (mis à jour en 2023 par Noémie Boulay)

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

Vous aimerez aussi

Michel Chaillou (1930 – 2013)

Personnalité nantaise

Auteur de près d’une trentaine d’ouvrages, dont plusieurs s’inspirent de son enfance à Nantes, Michel Chaillou obtient en 2007 le Grand prix de littérature de l’Académie française pour...

Contributeur(s) :Chloé Voirin

Date de publication : 03/02/2020

1436

Briord

Architecture et urbanisme

La rue de Briord, menant du carrefour Saint-Vincent à la place du Puy Lory, est bien connue des Nantais et des voyageurs de passage à l’époque moderne parce qu’elle concentre quelques-uns...

Contributeur(s) :Guy Saupin

Date de publication : 08/11/2023

273

Mona Rosalba (1910-1996)

Personnalité nantaise

Figure majeure de la danse nantaise, Mona Rosalba reste peu connue du grand public. Son parcours, rare pour une femme de sa génération, mérite pourtant d'être mis en lumière.

Contributeur(s) :Cécile Gommelet , Isabelle Richard

Date de publication : 02/09/2021

2086