Dastum 44
Trentemoult

A

83

Nantes / Saint-Nazaire

Contribuer

Contribuer


Véritable entité géographique, l’estuaire de la Loire constitue un berceau à partir duquel s’élabore la dynamique métropolitaine Nantes - Saint-Nazaire. Mais l’entente affirmée entre les deux villes au 21e siècle n’a pas toujours été cordiale.

Deux villes concurrentes

Saint-Nazaire n’apparaît guère dans l’histoire de Nantes avant le 19e siècle, puisque les problèmes de tirant d’eau dans l’estuaire sont réglés en 1739 par le choix de Paimboeuf comme avant-port.

La décision du Conseil général de faire de Saint-Nazaire l’avant-port de Nantes, en 1838, n’est encore que le choix purement technique d’un site satellite : la bourgade peuplée de quelques centaines d’habitants n’aura pas de Chambre de commerce avant les années 1880. Le projet de creuser un bassin à flot capable d’accueillir les navires de grand tonnage séduit peu les négociants nantais, et c’est sous l’impulsion du préfet Henri Chevreau que les premiers travaux sont terminés en 1856.

Lorsque le port de Saint-Nazaire prend son essor, au début de la Troisième République, par son propre trafic (charbon, bois, lignes transatlantiques), on ne parle plus de complémentarité, mais de concurrence entre les deux villes. Les Nantais pensent trouver la parade en construisant le canal de la Martinière afin de récupérer une bonne partie du trafic nazairien, mais l’ouverture de l’entrée sud du port nazairien en 1907 (une écluse de 211 mètres de long) et la découverte de nouvelles techniques de dragage mettent fin à la fréquentation du canal en 1913. L’implantation du chantier Scott à Saint-Nazaire (toujours sous l’impulsion de l’État) en 1861, marque en outre le début du déplacement de la construction navale vers l’aval.

Navette fluviale journalière Nantes-Saint-Nazaire

Navette fluviale journalière Nantes-Saint-Nazaire

Date du document : début du 20e siècle

Toutefois, les responsables politiques comprennent que la collaboration est utile au développement des deux villes : c’est ainsi que les maires de Nantes et de Saint-Nazaire, Paul Bellamy et Louis Brichaux, travaillent en 1913 à la création d’une liaison ferroviaire Suisse-Océan. L’objectif est de faciliter le transit en provenance ou à destination de l’Europe centrale et de détourner, au profit du port de Saint-Nazaire, le trafic du Havre et de Hambourg.

La Première Guerre mondiale met fin à ce projet, mais les deux villes s’associent pour être le port de base des Américains en 1917.

Des camps politiques trop souvent différents ne facilitent pas les relations entre les deux villes : Nantes, dans ses phases conservatrices, n’aime guère Saint-Nazaire, perçue non sans excès comme « rouge », en réalité ville socialiste sans interruption depuis 1925.

Un tournant très progressif

Des décisions essentielles interviennent cependant dans les années 1960, avec la définition de Nantes – Saint-Nazaire comme l’une des huit métropoles d’équilibre françaises (1963), puis la création du Port autonome Nantes - Saint-Nazaire (1966), et enfin l’adoption d’un schéma directeur d’aménagement de la métropole (1970).

L’évolution s’accélère quand Joël Batteux et Jean-Marc Ayrault, respectivement maires de Saint-Nazaire depuis 1983 et de Nantes depuis 1989, entreprennent une démarche volontaire d’association. En 1989, l’Acel (Association communautaire de l’estuaire de la Loire) est créée. En 1999, se tient la première conférence métropolitaine regroupant 80 communes. En 2010, la métropole obtient le label « Écométropole » décerné par l’État.

Dessin de Jules Grandjouan,   <i>Nant-Naz</i>   , engagé  pour la «nouvelle porte de l'Europe»

Dessin de Jules Grandjouan,  Nant-Naz  , engagé pour la «nouvelle porte de l'Europe»

Date du document : milieu du 20e siècle

Face aux grands enjeux de développement et à la mondialisation, les agglomérations ne s’ignorent plus et sont amenées à construire un projet de territoire. La métropole Nantes - Saint-Nazaire compte au rang des territoires qui connaissent les plus fortes dynamiques de développement en Europe. Enfin, le Schéma de cohérence territoriale initié en 2006, qui regroupe 57 communes et plus de 780 000 habitants, se fixe un objectif exigeant : « Penser, respecter les besoins des générations futures à disposer d’un espace de vie préservé. »

Devenu pôle métropolitain, le « corridor » Nantes - Saint-Nazaire est une réalité pour de nombreux acteurs locaux : les institutions, l’université, les habitants résidant à Nantes et travaillant à Saint-Nazaire et inversement. Une démarche culturelle autour de l’art contemporain, la biennale Estuaire, tente entre 2007 et 2012 de promouvoir cette perception d’un espace unique d’une ville à l’autre.

Charles Nicol
Extrait du Dictionnaire de Nantes
(droits d'auteur réservés)
2018

En savoir plus

Pages liées

Aménagements portuaires au 20e siècle (7/7)

Paul Bellamy

Américains

Webographie

Nantes, métamorphose d'une ville - Auran/Ina : Métropole de l'ouest

Nantes, métamorphose d'une ville - Auran/Ina :Nantes et Saint Nazaire : Visite de Monsieur Vincent Auriol président de la république

Nantes, métamorphose d'une ville - Auran/Ina : Mr Olivier Guichard présente la métropole d'équilibre Nantes/Saint-Nazaire

Nantes, métamorphose d'une ville - Auran/Ina : M. Pisani précise le but de sa visite à Nantes et l'importance de la métropole Nantes-St Nazaire

Nantes, métamorphose d'une ville - Auran/Ina : Interview Olivier GUICHARD - OREAM

Nantes, métamorphose d'une ville - Auran/Ina : Conférence de presse sur la métropole Nantes Saint Nazaire

Nantes, métamorphose d'une ville - Auran/Ina : Les Métropoles d'équilibre par M. Guichard

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Charles Nicol

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.