Bandeau
Camélia Parcs

1968

René Guy Cadou (1920-1951)


René Guy Cadou , poète de la nature et du végétal, est le chef de file de l’École de Rochefort. Son œuvre est habitée par les paysages de Loire-Atlantique où il fut instituteur.

Une enfance sous le signe de la littérature

Fils d’instituteurs, René Guy Cadou passe une partie de son enfance à Sainte-Reine-de-Bretagne, au nord-est des marais de la Brière. En 1927, son père est nommé à Saint-Nazaire. Trois ans plus tard, ses parents obtiennent une mutation à Nantes, et il y fait ses études secondaires au lycée Clemenceau.

Il fait alors la rencontre de Michel Manoll, un poète libraire établi près de la place Bretagne.

Celui-ci le met en contact avec d’autres Nantais intéressés par la littérature comme Jean Bouhier, un étudiant en pharmacie, rédacteur de la revue estudiantine La Bohème, et Julien Lanoë, créateur de la revue littéraire La ligne de coeur.     

En 1932, il doit faire face au décès de sa mère, suivi par celui de son père en 1940. Il se plonge alors dans la rédaction de poèmes, ayant découvert l’art poétique grâce à ce dernier.

Poète et instituteur

En 1937, il publie son premier recueil de poésie, Brancardiers de l’Aube. Il a tout juste 17 ans.

Le recueil fait référence aux brancardiers de l’Hôtel-Dieu à Nantes, que le jeune homme voit passer tous les matins de ses fenêtres. Un second recueil paraît l’année suivante intitulé Forges du vent.

Par l’intermédiaire de Julien Lanoë, il établit des relations épistolaires avec Pierre Reverdy et Max Jacob. Il leur envoie notamment des poèmes pour lesquels il reçoit encouragements et conseils. En juin 1940, il est mobilisé mais très vite réformé pour cause de tachycardie.

Il devient alors instituteur suppléant dans plusieurs villes du département de la Loire-Inférieure (Mauves-sur-Loire, Bourgneuf-en-Retz, Saint-Aubin-des-Châteaux, Clisson, Basse Goulaine, …).  Pendant cette période, il participe avec Jean Bouhier à la rédaction d’une revue, Les Cahiers de Rochefort. Ce dernier fonde l’École de Rochefort, dont René Guy Cadou sera le chef de file. Plusieurs recueils sont alors publiés sous l’égide de l’École de Rochefort, dont Grand élan en 1943. Il échappe de peu à la mort lors du bombardement du 16 septembre 1943 et son appartement est détruit lors du bombardement du 7 juin 1944, où il perd tous ses biens.

Entre 1940 et 1945 , il publie neuf recueils de poésie marqués par l’influence de Pierre Reverdy. Avec la publication de Pleine poitrine en 1945, sa poésie évolue vers une expression plus personnelle. Il y aborde les thèmes de la liberté, l’amour et la fraternité des hommes. C’est dans ce recueil que paraît l’un de ces poèmes les plus célèbres, Les fusillés de Châteaubriant.

Une rencontre déterminante

En 1943, il est nommé à Clisson. Le 17 juin de cette même année, une jeune femme, de deux ans sa cadette, Hélène Laurent, accompagnée d’amis étudiants, vient lui demander conseil pour la publication de leur revue de poésie, Sillage.

C’est d’abord un coup de foudre intellectuel puis amoureux. Ils se fiancent à l’automne 1943 puis se marient en 1946, pour s’installer à Louisfert (près de Châteaubriant) où René Guy Cadou vient d’être nommé instituteur. Á Louisfert, le couple reçoit régulièrement les amis de l’École de Rochefort (Jean Bouhier, Michel Manoll,  Roger Toulouse, ...)

Après la classe, René Guy commence « sa vraie vie » comme il aime le dire. Il s’installe alors dans son bureau pour écrire son oeuvre. Il va y écrire pendant cinq ans durant et notamment son recueil le plus connu, celui qui fait d’Hélène sa muse, Hélène ou le règne végétal.  L’ouvrage paraîtra quelques mois après la mort de René Guy Cadou, à l’âge de 31 ans.

Le cancer qui le rongeait depuis quelques années l’emporte le jour du printemps, le 20 mars 1951 à Louisfert.

Grâce à la présence et au soutien des amis chers, Hélène Cadou, tout en supervisant la publication de plusieurs recueils de son mari, va ouvrir un musée dans la maison de Louisfert et créer un centre René Guy Cadou à Nantes. Aujourd’hui, l’ensemble des archives de René Guy Cadou et d’Hélène Cadou est conservé à la bibliothèque municipale de Nantes

Caroline Flahaut
Bibliothèque municipale
2022



Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Bibliographie

Labbé Mathilde (dir.), Je demeure ta voix retenue : Hélène et René Guy Cadou, Joca seria, Nantes, 2022

Lardoux Jacques, René-Guy Cadou et l’École de Rochefort, Presses de l’Université d’Angers, Angers, 2013

René Guy Cadou, Et le ciel m’est rendu, Bruno Doucey Éditions, Paris, 2022

Webographie

Site officiel René Guy et Hélène Cadou

Inventaire du fonds d'archives Cadou à la Bm de Nantes

René Guy Cadou à la Bibliothèque municipale

Pages liées

Littérature

Lycée Clemenceau

Julien Lanoë

Hélène Cadou

Tags

Littérature Écrivain

Contributeurs

Rédaction d'article :

Caroline Flahaut

Vous aimerez aussi

Si les exemples d’habitat adapté aux crues sont encore visibles aujourd’hui, c’est à cause de leur situation topographique qui n’a pas permis de remblayer les zones sur lesquelles ils...

Contributeur(s) :Julie Aycard

Date de publication : 22/03/2021

1658

Cassegrain

Personnalité nantaise/ Les incontournables

Le lapin blanc a remplacé en 1970 Mélanie la Bretonne sur les boîtes de conserve, mais la marque Cassegrain est toujours là, signe de la notoriété d’une marque déposée par Charles Cassegrain...

Contributeur(s) :Didier Guyvarc'h

Date de publication : 11/02/2020

3127

Blanchisseuses 

Société et culture

L’une des tâches domestiques les plus lourdes, le lavage du linge, est largement exercée dans l’espace public avant que les progrès techniques et la distribution généralisée d’eau courante...

Contributeur(s) :André Péron

Date de publication : 14/03/2019

3243