Sucre
Carrière Miséry

Établissements Joseph Paris

A

10


Les Établissements Joseph Paris, spécialisés dans la construction métallique, s'installent en 1911 à Chantenay, où ils sont toujours en activité. On leur doit des milliers d'ouvrages métalliques construits en France, dans le monde et à Nantes : les grands magasins Decré (détruits lors des bombardements), la reconstruction du Pont de Pirmil ou la fameuse grue Titan jaune.

Date du document :

L’histoire d’une société familiale

Joseph Paris, né à Chantenay en 1844, crée en 1869 un atelier de serrurerie employant une dizaine d’ouvriers rue de la Juiverie à Nantes. Onze ans plus tard, il s'installe rue Fouré et se spécialise dans la construction métallique. Aidé de son fils aîné il s'associe, ils créent la raison sociale de Jh. Paris et Fils. Vers 1900, l'entreprise déménage boulevard Vincent-Gâche et emploie 200 ouvriers. Son carnet de commandes est large : chantiers navals de la région, ouvrages d'art ferroviaires en France et dans les colonies.


C'est en 1911 que l'entreprise s'installe sur un terrain de 5 000 m² situé à Chantenay, route de Roche-Maurice (actuel boulevard du Général-Koenig) avec un effectif de 500 ouvriers. En 1920, Jh. Paris et Fils devient une Société Anonyme et participe à l'effort de reconstruction en créant des ateliers de mécanique. La société produit elle-même les appareils de levage et de manutention destinés à sa production. En 1923, elle construit une grande halle couverte en sheds et des bureaux boulevard Victor-Hugo sur l'actuelle Île de Nantes, pour sa filiale les Ateliers de Constructions de l'Ouest. L'entreprise emploie jusqu'à 1000 personnes. Dans les années 1950 et 1960, les Établissements Joseph Paris réalisent pour le compte de la société belge SA Travaux métalliques de Boom (division Titan), deux grues encore en place à la Prairie au Duc, à Nantes : la grue jaune en 1959 pour les Ateliers et Chantiers de Nantes et la grue grise en 1966 pour la Chambre de Commerce et d'Industrie de Nantes. Pendant et à la suite de la direction de Jacques Paris (1972-1974), dernier directeur de l'entreprise représentant la famille Paris, la société emploie 740 personnes.


Malgré les crises engendrant de nombreux licenciements marquant cette décennie (les effectifs de 534 personnes passant à 437 en 1977), le savoir-faire de la société est toujours reconnu à travers le monde. Joseph Paris est, depuis le début des années 1990, une société du groupe Fayat, produisant des appareils de levage, des équipements offshore, ouvrages d'art, constructions métalliques et travaux d'eau. Les réalisations de la passerelle Victor Schoelcher à Nantes et les structures métalliques du Musée du quai Branly à Paris en témoignent.

Date du document :

Activité et organisation des métiers au sein de l'entreprise

L'activité de construction métallique concerne à la fois l'étude et la réalisation des projets. À Nantes par exemple, l'entreprise a procédé à la reconstruction du pont de Pirmil (démoli par les Allemands en 1944), réalisé la structure de la salle omnisports de l'île Beaulieu, celle du centre de tri postal de Nantes ou encore fabriqué des charpentes pour la Tour Bretagne. Elle honore de très nombreuses commandes de pylônes de radiotélévision et de téléphonie. En mécanique, son activité concerne des portiques et ponts roulants, notamment pour les Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire, dont des ponts roulants dits UNIBOX (procédé développé par Paris), des engins de levage (dont la grue-marteau des Anciens Chantiers Dubigeon, construite en 1943), des ponts (pont de Recouvrance à Brest), des écluses et barrages. Elle effectue aussi des travaux de rénovation et de maintenance de matériels et de structures.

Date du document :

L’implantation des bâtiments des Ets Joseph Paris à Chantenay

Dans le Bas-Chantenay, la logique d'implantation des bâtiments depuis les années 1910 correspond non seulement au développement de l'entreprise, mais aussi à son adaptation aux innovations technologiques. Les parcelles donnant accès au transport routier via la route de Roche-Maurice, au nord, et au transport ferroviaire avec un embranchement à la ligne Nantes-Saint-Nazaire, au sud, ont permis le développement de l'entreprise sur le même site depuis 100 ans. Dans les ateliers de 30 000 m2, la capacité de manutention est de 80 tonnes, les possibilités de fraisage-alésage vont jusqu'à 8 mètres de long, celles de tournage jusqu'à 4,5 mètres.

Date du document :

    • Les halles   
Des bâtiments originels de l'entreprise ne subsistent que des structures de halles dans les bâtiments de production. Il s'agit de structures métalliques couvertes à deux pans ou en sheds, à remplissage de façade en parpaings. Les grandes halles, servant à l'assemblage, ont une capacité de levage allant de 10 à 25 tonnes. Un pont Unibox (rail incliné de 45° équipé de galets) permet de lever jusqu'à 50 tonnes. Les petites halles, servant au débit des pièces, sont équipées de ponts ayant une capacité de levage de 10 tonnes. Un magasin général et un atelier de maintenance sont implantés en bordure de voie ferrée après les années 1970, tout comme deux ateliers de sablage, à l'ouest du site.

    • Les bâtiments de bureaux et d'administration
La société Joseph Paris obtient en 1921 l'autorisation de prolonger le bâtiment de bureaux et de direction édifié en 1913 sur la route de Roche-Maurice. Le bâtiment existant, de 20 mètres de façade, est ainsi prolongé de 21,20 mètres. Le travail des encadrements et des chaînages d'angle, la couverture en croupe, le traitement symétrique de la façade portant en fronton le nom de l'établissement "Établissements Joseph Paris", témoigne d'un souci de l'entreprise de communiquer son image de marque. Ce bâtiment est détruit après 1983. Les bureaux et services administratifs sont transférés dans l'ancienne conciergerie, récemment rénovée.

Date du document :

    • Le "château"
Cette maison est présente sur le cadastre de 1835. Au milieu du 20e siècle, agrémentée d'un jardin, elle sert de demeure au directeur de Shell, entreprise qui s'est implantée à proximité. Les archives de Joseph Paris y sont transférées dans les années 1970, le bâtiment abritant alors le Service social et le Comité d'Entreprise. Au milieu des années 1970, un incendie ravage le bâtiment, qui est rasé.


Région Pays de la Loire, Inventaire général ; Direction du Patrimoine et de l'Archéologie, Ville de Nantes / Nantes Métropole
2012

En bref...

Localisation :

Général Pierre Koenig (boulevard du) 5, 7, 13, NANTES

Typologie :

architecture industrielle

Tags

En savoir plus

Bibliographie

Rochcongar, Yves, Capitaines d’industrie à Nantes au 19e siècle, MeMo, Nantes, 2003

Pages liées

Grues

Pont de Pirmil

Webographie

Page historique sur le site des Ets Joseph Paris

Notice de l'inventaire par la Région Pays de Loire

Contributeurs

Rédaction d'article :

Frédérique Le Bec

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.