Bandeau
Église Notre-Dame-de-Lourdes De la digue au comblement : une histoire du fleuve sur le territoire de Nantes Métropole (1/3)

448

Ancien parc des Sports du Champ-de-Mars


Le Parc des Sports du Champ-de-Mars est inauguré le 24 décembre 1911. Véritable complexe multisports, il accueille aussi bien des courses cyclistes que des matchs de rugby. Il est détruit en 1937 pour laisser place à des halles dédiées au marché de gros, aux foires et à divers événements culturels.

Un nouveau terrain de rugby pour le SNUC

Toujours soucieux d’offrir plus de confort pour son équipe et pour le nombreux public de plus en plus assidu, le club de rugby du Stade Nantais Université Club (SNUC) souhaitait s’installer dans un nouveau stade à la hauteur de ses ambitions.

Après avoir joué aux vélodromes de Beauséjour et de Longchamp puis à la prairie d’Amont, le SNUC s’installa au Champ-de-Mars, sur un terrain de 20 000 mètres carrés cédé par la Ville de Nantes. La raison principale de ce choix était la proximité de ce site avec la gare ferroviaire, facilitant ainsi le déplacement des équipes venant à Nantes.
L'idée de s’installer au Champ-de-Mars avait germé en 1910 dans la tête de Louis Eluère, président du SNUC, et Louis Doceul, publiciste, directeur du journal Sport de l’Ouest et président d’honneur du Vélo Sport Nantais, autre club de rugby nantais.

Dans un courrier adressé à la municipalité nantaise du 13 juillet 1911, Louis Doceul exposa le projet : « La partie du Champ-de-Mars concédée, c'est-à-dire, celle qui est située entre l'avenue Carnot et la Loire sera divisée en deux parties distinctes : l'une, la plus grande, affectée au terrain de football rugby ; l'autre, sur laquelle sera construit un vélodrome en bois. Ces deux sections différentes seront séparées par de vastes tribunes qui seront disposées de façon à servir aux unes ou aux autres des attractions particulières aux deux terrains. Un buffet sera édifié à l'extrémité des tribunes, du côté de la Loire. Des tribunes de secondes seront construites de l'autre côté du terrain de football, face aux tribunes de premières.

De vastes espaces seront réservés aux places populaires. Au milieu du vélodrome un vaste terrain de 110 à 120 mètres de longueur, sur 60 mètres de largeur, sera affecté à l'entraînement des sociétés de Sports Athlétiques. Il pourra servir au besoin à des fêtes de gymnastique et à d'autres fêtes sportives. L'entrée principale des terrains sera placée à l'angle de l'avenue Carnot. Elle sera indiquée par un vaste portique, très élégamment construit et s'harmonisant avec la clôture. À l'entrée et du côté des tribunes de 1°, nous avons l'intention d'établir de petits jardins, qui apporteront un peu de gaieté à l'aspect forcément sévère d'un vélodrome et d'un terrain de sport.
Enfin, sous les virages du vélodrome, seront établis des cabines et des vestiaires, aussi confortables que possible, destinés aux joueurs et aux coureurs. Une installation de bains douches sera faite contre la clôture du côté de la Loire. La clôture de planches qui entourera tout le terrain sera très solide et d'un aspect très agréable. » (Archives municipales Nantes)

Le maire sportif Paul Bellamy ne fut pas insensible à ce projet et donna son accord. Un bail de trois ans fut signé entre les investisseurs :
• Louis Eluère, qui devient président du comité du Parc des Sports,
• Louis Doceul,
• Francis Lizé, horticulteur et paysagiste,
• Gabriel Blot, commerçant dans les articles de sport.

Toutefois, un accord de la mairie devait être demandé aux sociétés sportives souhaitant occuper les lieux. Les apports des quatre associés s’élevaient à 180 900 francs, dont 134 000 francs par Louis Eluère, soit les trois quarts du capital.

Le contrat stipulait que les prix des places ne devaient pas dépasser 3 francs en première, 2 francs en seconde et 1 franc en troisième. La première société à demander cet accord fut bien évidemment le Stade Nantais par l’intermédiaire de son président, Louis Eluère, l’un des principaux mécènes du SNUC avec Pascal Laporte.

Vue des tribunes du parc des Sports

Vue des tribunes du parc des Sports

Date du document :

Des travaux rendus difficiles par la nature du terrain

Le Parc des Sports devait être inauguré le 1er novembre 1911, mais les travaux ont pris du retard. Le terrain se situait sur une ancienne prairie sur laquelle la Ville de Nantes avait mis du remblai. Pour jouer au rugby, il faut de la bonne herbe. Cependant, un engazonnement n'était pas envisageable. Francis Lizé, un des actionnaires, eut l'idée de recouvrir le remblai de pellées d’herbe prises dans les bonnes prairies de l'Île Beaulieu. Ces pellées d'une dimension de 25 à 30 centimètres par 15 à 18 centimètres étaient transportées par tombereaux. À la vue de la surface à recouvrir, on ne sera pas surpris du nombre important de rotations pour effectuer ces travaux.

Officiellement, ce n’est que le 24 décembre 1911 avec la réception de l’équipe d’Oxford University que cette inauguration eut lieu. Le vélodrome fut terminé à la fin du mois de mai 1912. Les premières réunions cyclistes furent données le 2 juin 1912.

Article portant sur l’inauguration du parc des Sports

Article portant sur l’inauguration du parc des Sports

Date du document : 1911

La qualité des installations était vantée par tous les clubs de l’hexagone. Le 1er décembre 1912, l’Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA) chargea le SNUC d’organiser le match nord contre sud qui réunit les meilleurs joueurs nationaux, afin de composer l’équipe de France qui devait jouer le Tournoi des Cinq Nations.

Le bail de la concession fut renouvelé le 23 juin 1914 avec de nouveaux investisseurs à la place de Louis Eluère pour dix ans :
• Hailaust et Gutzeit,
• Bossard et Chasse,
• Hauray,
• David,
• Brelet,

Le SNUC s’engagea à régler un loyer de 8300 francs pendant trois ans et de 9300 francs pour les sept dernières années.

L’occupation américaine du Parc des Sports

Au début du conflit en 1914, l'armée anglaise occupa le lieu pour y soigner ses soldats blessés sur le front. Les événements sportifs du Parc des Sports furent soit annulés, soit reportés.

Vue du parc des sports en 1915

Vue du parc des sports en 1915

Date du document : 1915

Depuis octobre 1918, l’armée américaine occupait le Parc des Sports. La lettre suivante fut adressée par l’administrateur délégué du Parc des Sports, vraisemblablement Louis Doceul, aux autorités américaines : « Monsieur le Colonel Knudson, commandant la base américaine à Nantes. Je me suis rendu, hier après-midi, au Parc des Sports (Champ-de-Mars), où est établi le parc automobile américain et j’ai pu me rendre compte des dégâts considérables occasionnés à l’ancienne pelouse de football par les camions automobiles qui y circulent depuis six mois.

L’importance de ces dégâts me fait redouter que les réparations qu’ils nécessiteront immobilisent notre terrain sportif pour de longs mois. Or la saison de football, à peu près terminée, maintenant, reprendra au mois d’octobre prochain, et il serait vraiment fâcheux que nous ne puissions pas avoir la disposition de notre terrain à cette époque.

C’est pour cela que je viens demander, mon colonel, de vouloir bien faire évacuer, dans le courant du présent mois, l’ancienne pelouse de football, par les camions qui y sont réunis, afin que les réparations puissent commencer immédiatement, c’est-à-dire au moment où la saison printanière débute et où l’on peut espérer que la pelouse, remise en état immédiatement, pourra être suffisamment herbée pour l’automne prochain.
Si on attendait un mois pour commencer la réfection, il serait trop tard. Les premières sécheresses empêcheraient l’herbe de repousser suffisamment. […] [La réparation] doit être faite par les soins des autorités américaines. »

La société du Parc des Sports perçut une indemnité de 20 000 francs pour l’occupation et le bois prélevé sur le vélodrome suite à l’occupation des Américains.

Le bail fut reconduit jusqu’en 1930. En 1937, le terrain fut rendu à la Ville de Nantes, suivant un accord intervenu avec la Société des Foires qui souhaitait construire ce que les Nantais ont connu sous le nom des halles du Champ-de-Mars. Le stade de rugby fut alors transféré sur le quai Malakoff. Cet équipement sportif porte aujourd’hui le nom de stade Marcel Saupin.

Hervé Padioleau
2023



Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

Vous aimerez aussi

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le nombre de Grands Prix automobiles explose en France. Dans ce contexte, Nantes organise en juillet 1946 sa propre course. Une course dont on...

Contributeur(s) :Lorette Jacquet , Patrick Durand

Date de publication : 04/07/2023

920

La Sainte-Famille est une congrégation religieuse qui s'est installée en 1864 dans l'ancien prieuré de Sainte-Catherine, situé dans l'actuelle rue du Calvaire-de-Grillaud. Fondée en...

Contributeur(s) :Nathalie Barré , Soeur Marie , Soeur Marie-Lucie ...

Date de publication : 06/01/2022

2367

Pont de Cheviré

Architecture et urbanisme

Depuis 1948, le plan d'aménagement et de reconstruction établi par Michel Roux-Spitz envisage le franchissement de la Loire en aval de Nantes, au droit de l'île Cheviré. L'île Cheviré...

Contributeur(s) :Aurélie Mathias , Jean-Jacques Hervouet

Date de publication : 07/03/2019

33961