Bandeau
Patrimoine scientifique Aménagements portuaires au Moyen Âge et au 16e siècle (2/7)

2950

Manoir de Ranzay (dit Château de Clermont)


Avant d’être amputé de ses terres et de devenir la mairie annexe du quartier du Ranzay, le manoir de Ranzay a longtemps fait partie d’un grand domaine foncier dont l’origine remonte au 12e siècle. Aujourd’hui il est bordé par le périphérique au nord, par la route de Saint-Joseph à l’est et par la ligne de tramway n°1 au sud.

La succession de propriétaires pendant plusieurs siècles

Le manoir de Ranzay, aussi appelé château de Clermont-Ranzay et parfois orthographié Ranzai, est cité dès le 12e siècle dans la charte du roi Louis VI le Gros sous le nom latin Rantiacum. D’après des témoignages ou observations passés qui mentionnent des déblais de tuiles anciennes à rebords, il aurait même été érigé à l’emplacement d’une ancienne villa romaine.

Jusqu’au milieu du 18e siècle, le manoir de Ranzay appartient à la petite noblesse terrienne. En 1469, le duc François II récompense son secrétaire Jacques Raboceau en exemptant à jamais d’impôts sa « maison et métairie nommée et vulgairement appelée Ranzay ». A partir du 16e siècle, il appartient à différents écuyers ou conseillers du Roi ou à leurs descendants.

Au 18e siècle, le manoir passe entre les mains de propriétaires privés tels que Michel Leclerc, commissaire de la marine au Croisic, puis son frère Pierre Leclerc, marchand de draps et soie. Il appartient ensuite à leur sœur Thérèse, épouse de René Lelasseur, et est alors intégré aux propriétés de la famille Lelasseur.

Un témoignage de l’architecture médiévale

L’édifice date du 15e siècle, même s’il a connu des remaniements ultérieurs. Il est représentatif des constructions seigneuriales de la fin du Moyen Age, dans les campagnes.

Le manoir se caractérise par son corps de logis principal en granit avec ses deux tours d’escalier hors œuvre et d’une aile en retour avec sa petite tourelle d’angle en encorbellement. Les encadrements des baies sont en tuffeau, pierre calcaire de la région angevine, et la toiture haute est en ardoise

Le temps de l’urbanisation

Le quartier de l’Erdre reste à dominante rurale jusqu’au 20e siècle et comporte jusqu’alors de grands domaines fonciers. A l’origine, le manoir de Ranzay possédait une vingtaine d’hectares de terres.

Le cadastre de Nantes de 1843 montre que la majeure partie de ces terres était autrefois plantée de vignes.

Aujourd’hui, le manoir s’inscrit dans un paysage urbain hétérogène. Ses annexes et son domaine foncier, qui s’étendait sur une vingtaine d’hectares, ont été démantelés au cours de la seconde moitié du 20e siècle, comme d’autres manoirs du quartier. L’axe du périphérique actuel, situé à 100 mètres plus au nord, coupe le manoir de ses anciennes terres et sur lesquelles a été construit en partie le parc des expositions de la Beaujoire en 1970.

Le dernier propriétaire privé du manoir, M. Yves Abguillerm, cède le manoir à la Ville lors de la création de la ZAC et de l’aménagement de la Beaujoire. Sauvé de la destruction, il est inauguré en tant que mairie annexe le 27 janvier 1977 par M. André Morice, alors Sénateur-Maire de Nantes.

Amélie Decaux, Chloé Rouillon
Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2021

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En bref...

Localisation : Saint-Joseph (route de) 249, NANTES

Auteur de l'oeuvre : Monfort Jules (architecte) en 1875

Typologie : architecture domestique

En savoir plus

Bibliographie

  Collectif d'auteurs, Dictionnaire de Nantes, Presses Universitaires de Rennes, hors collection, 2013

Le Bail Louis, « Histoire de Saint-Joseph de Porterie », les Annales de Nantes et du Pays Nantais, revue de la société académique de Nantes et de la Loire-Atlantique, n°292, 2ème trimestre 2004, p. 1-9

Michault Raphaël ; Peyon Jean-Pierre, Les micro-quartiers nantais : Beaujoire, Ranzay, Éraudière, De la croissance urbaine au développement urbain, maîtrise de géographie, Nantes, 1999

Pellerin Lyonel, « Antenne administrative du Ranzay », les Annales de Nantes et du Pays Nantais, revue de la société académique de Nantes et de la Loire-Atlantique, n°226, 4e trimestre 1987, p. 8

Pages liées

Dossier : PPP Erdre

Erdre

André Morice

Le Lasseur

Tags

Manoir et château Nantes Erdre

Contributeurs

Rédaction d'article :

Amélie Decaux, Chloé Rouillon

Vous aimerez aussi

Du Moyen Age au 19e siècle, sur les flancs des îlots rocheux, les communautés des faubourgs de la ligne des ponts se sont structurées dans des hameaux avec des habitats étagés le long...

Contributeur(s) :Julie Aycard , Julien Huon

Date de publication : 17/02/2021

1402

Pollution de l'Erdre

Géographie et biodiversité

« Face à la pollution de la rivière, faut-il remblayer l’Erdre ? », s’insurgeait, il y a quelques années, la Fédération des Amis de l’Erdre. Disparition de la végétation, pollution,...

Contributeur(s) :Louis Le Bail

Date de publication : 11/12/2020

2275

Hippodrome du Petit-Port

Architecture et urbanisme

Encore en activité aujourd’hui, l’hippodrome du Petit-Port de Nantes est inauguré en 1875. Il est construit sur une grande propriété et est alors adjacent à un terrain militaire.

Contributeur(s) :Amélie Decaux , Chloé Rouillon , Noémie Boulay ...

Date de publication : 29/09/2021

2633