Bandeau
Rues de la Haute-Saulzaie et Basse-Saulzaie Céramiques architecturales décoratives

2262

L’Épave


Au centre du square Maurice-Schwob, face à la Loire, trône le groupe sculpté L’Épave, de Paul Auban. Sculptée dans une pierre calcaire ferme, en ronde-bosse, c’est une sculpture de très grande dimension, posée sur un socle rond de plus de 3 mètres de diamètre.

Une mère est représentée à genoux devant le corps sans vie de son fils rejeté par les flots. Le corps de la femme massif, vêtu d’une robe épaisse tombant en larges pans lourds et couvert d’une coiffe bretonne, contraste avec le celui du jeune homme nu, émacié et sans vie. La mer a rejeté sa dépouille dans une position écartelée, souffrante. De l’expression du visage de la mère et de la posture du cadavre supplicié du fils se dégage une désolation immense. L’œuvre inspire le tourment, une agitation intense la traverse. L’évocation du déchaînement des éléments – le vent qui soulève la coiffe de la figure féminine, les vaguelettes qui ourlent le bords de la sculpture – confère un tour tragique à l’ensemble en exprimant la vulnérabilité de l’homme face à la mer. La femme, accablée par le chagrin, se dresse au-dessus de son fils gisant, et tend un poing douloureux vers la mer.

Sculpture de

Sculpture de "L’Epave" après restauration, square Maurice-Schwob

Date du document : 29-07-2020

L’Épave s’inscrit pleinement dans l’œuvre de son auteur Paul Auban (1869-1945), sculpteur formé par deux grands statuaires du 19e siècle, Alexandre Falguière et Antonin Mercié. Il est en effet connu pour les  représentations de femmes qu’il a laissées, en particulier, de mères douloureuses dont fait partie celle du groupe l’Épave. Ses sculptures prennent parfois place dans la composition de monuments aux morts comme c’est le cas de sa fameuse Picarde maudissant la guerre. Conçue 25 ans après L’Épave pour être placée au centre du monument aux morts de Péronne, la Picarde en reprend la composition générale dans un style assagi, moins expressif, plus officiel.

Sculpture de

Sculpture de "L’Epave" après restauration, square Maurice-Schwob

Date du document : 29-07-2020

La conception de cette sculpture remonte au tout début du 20e siècle. Son modèle original, en plâtre,  est acquis par l’État après son exposition au Salon de 1901. Ce dernier alors intitulée « Malloz maro eo » (« Malédiction, il est mort »), serait conservé au musée des beaux-Arts de Quimper. Celle exposée au square Maurice-Schwob est sa traduction en pierre qui date de 1907, a été exposée au Salon de 1908, acquise par l’État et déposée à Nantes dès 1909. Le titre qu’on lui connaît aujourd’hui L’Épave désigne la dépouille du fils rejetée sur le rivage. L’œuvre a également été appelée la Gueuse.

Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2021

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Webographie

Restauration de la statue L’Épave du square Maurice-Schwob

Pages liées

Square Maurice-Schwob

Famille Schwob

Tags

Parc Salorges - Ste Anne Sculpture

Contributeurs

Rédaction d'article :

Aurélie De Decker

Vous aimerez aussi

Alfred Riom (1842 – 1908)

Personnalité nantaise

Alfred Riom, riche ferblantier nantais, devient maire de Nantes de 1892 à 1896. Son mandat est marqué par les questions de salubrité publique et la construction du Musée des Beaux-arts.

Contributeur(s) :Michaël Cattiau

Date de publication : 04/02/2020

1645

Les silos de Roche-Maurice, bien visibles depuis la rive sud et le pont de Cheviré, font partie des éléments emblématiques du paysage nantais. D’une capacité de 110 000 tonnes, ils...

Contributeur(s) :Hélène Charron

Date de publication : 31/01/2022

2597

Fonderie Leroux et Lotz

Architecture et urbanisme

C’est en 1946 que la société Leroux et Lotz s’installent rue des Usines. Le nom de cette voie évoque la destinée industrielle de ce site qui a vu se développer plusieurs entreprises...

Contributeur(s) :Hélène Charron

Date de publication : 04/05/2021

1681