Bandeau
Entreprise Bonnefon  Fronts urbains autour des rives de Loire

995

Jean-Marie Écorchard (1809-1882)


Directeur du Jardin des Plantes de 1840 jusqu’à sa mort tragique en 1882, piqué par une vipère, Jean-Marie Écorchard reste une figure nantaise emblématique.

La création d’une chaire de botanique est décidée lors de la séance du Conseil municipal du 5 juin 1835. Les candidats sont nombreux, mais après avoir vérifié les aptitudes et les références de chacun, le jury tranche en faveur de Jean-Marie Écorchard, nommé le 30 mai 1836. Le cours inaugural de botanique a lieu le 30 juin. Devant une assemblée d’experts, Jean-Marie Écorchard présente les grandes lignes de son futur cours et fait l’apologie de la science du végétal. Habilement, il évoque les grandes heures de la botanique et de l’horticulture nantaise en rappelant les mérites et l’œuvre de ceux qui y ont contribué : maires, docteurs, pharmaciens ou professionnels.

De Professeur en botanique à Directeur du Jardin des Plantes

Très vite en 1837, le Docteur Écorchard envisage la réorganisation de l’école de botanique et souligne que les statuts du jardin de Nantes sont inadaptés : dans les autres villes, que ce soit Rennes, Caen, Rouen, Orléans ou Paris, la direction du jardin est systématiquement attribuée au professeur de botanique. En 1839, Écorchard arrive à ses fins et sera nommé Directeur du Jardin à partir du 1er janvier 1840.

Un homme de convictions et visionnaire

Écorchard multiplie les achats de végétaux destinés à enrichir le jardin et préconise la nomination de jardiniers appointés par l’Administration comme cela se pratique dans toutes les autres grandes villes. Les travaux d’aménagement du Jardin des Plantes se poursuivent sous son impulsion jusqu’à son inauguration en 1860. Non sans de multiples rebondissements : il ne s’est pas fait que des amis dans les milieux horticoles nantais, la presse l’attaque sans ménagement, des différends l’opposent à l’architecte de la Ville, Henri-Théodore Driollet, dont il est hiérarchiquement sous la coupe. Écorchard doit régulièrement répondre aux critiques qui lui sont faites, tout en continuant à faire évoluer le jardin et à enrichir les collections botaniques. Médecin de formation, il n’oublie pas de souligner à de nombreuses reprises le rôle sanitaire et social du jardin : « Les arbres augmentent la circulation de l’air, la diffusion de la lumière et, surtout, absorbent les miasmes qui s’échappent des entrailles de l’homme ou de ses usines pour les transformer en oxygène embaumant, véritable régénérateur de la santé et de la vie. » ; « Sans les jardins publics, l’artisan et le prolétaire n’auront plus pour se recréer et prendre l’air que les grandes routes et les cabarets. » ; « Il faut agrandir le jardin pour toutes les classes de la société et pour les générations futures. »

À l’été 1860, le Jardin des Plantes est inauguré en grande pompe. Mieux qu’un long discours, le plus bel hommage rendu à Écorchard le sera par le public : plus de 10 000 visiteurs découvriront le jardin ce jour-là.

Piqué par une vipère, il meurt en 1882

La seconde partie de sa carrière sera plus paisible et moins fertile en rebondissements que la précédente. L’année 1878 sera celle de sa consécration : son œuvre, son jardin, sera présentée sous forme de plan en relief à l’Exposition universelle de Paris.

La mort va le surprendre dans l’exercice de son art. Au cours d’une herborisation avec un groupe d’étudiants, il est piqué par une vipère. Plus préoccupé par sa démonstration que par sa propre santé, il tarde à faire cautériser la plaie. Quand il consent à se faire soigner, il est déjà trop tard. Après une longue agonie de près de trois mois, le Docteur Jean-Marie Écorchard s’éteint le 17 décembre 1882. Il sera enterré dans son pays natal à Lohéac en Ille-et-Vilaine.

Florence Jarry
2022

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Pages liées

Jardin des Plantes

Tags

Parc et jardin remarquables Personnalité nantaise

Contributeurs

Rédaction d'article :

Florence Jarry

Vous aimerez aussi

L'extension naturelle du port de Nantes se faisant vers l'estuaire, des quais sont aménagés en prolongement des quais de la Fosse au 18e siècle. Sur le quai Saint-Louis, construit dans...

Contributeur(s) :Hélène Charron

Date de publication : 14/04/2021

1562

Fortunat, évêque de Poitiers, attribue à son contemporain saint Félix, évêque de Nantes de 548 à 582, les premiers travaux du fleuve : "[...] par une digue judicieusement placée, vous...

Contributeur(s) :Julie Aycard , Julien Huon

Date de publication : 15/02/2021

1567

Usine Valspar

Architecture et urbanisme

Les origines de l’usine de fabrication d’encre et de vernis Valspar remontent à 1842. Son fondateur, Jean-Baptiste Georget, a mis au point un vernis révolutionnaire permettant d’illustrer...

Contributeur(s) :Hélène Charron

Date de publication : 07/03/2022

1879