Marchés
Le dessous des sols : Place Athimon

Le dessous des sols : ZAC du Pré Gauchet – Îlot 5D

A

65


Le diagnostic réalisé par la DPARC rue Nathalie Lemel, au mois de février 2014, a été déclenché par la construction d’un ensemble de logements au lieu-dit « ZAC Pré Gauchet-Ilot 5D ». Localisé à l’extrémité ouest de la prairie de Mauves, l’aménagement se trouve dans un secteur peu touché par les recherches archéologiques.

Commentaire historique

En effet, on ne connaît que peu de choses sur la prairie de Mauves avant la période contemporaine. Située au sud-est de la ville antique et médiévale, elle ne semble urbanisée que très tardivement, dans la seconde moitié du 19e siècle. Il s’agit alors d’une vaste prairie, régulièrement inondée par les cours d’eau qui la traversent et la bordent : au sud, le bras de Loire, dit de la Madeleine ; à l’ouest, le canal  Saint-Félix, une création anthropique mal datée ; au nord, l’étier de Mauves, autrement nommé Seil ; à l’est, le ruisseau des Renards, comblé au 20e siècle.

Plan de la prairie de Mauves

Plan de la prairie de Mauves

Date du document : 07-01-2014

Les principales occurrences archéologiques de la zone correspondent à deux dépôts de l’Âge du Bronze, découverts l’un au Jardin des Plantes en 1868, l’autre sur la prairie de Mauves en 1881.

Dépôt d’objets en bronze du jardin des Plantes de Nantes

Dépôt d’objets en bronze du jardin des Plantes de Nantes

Date du document : avant 750 av. J.C.

À cela, il faut ajouter la forte densification du faubourg de Richebourg à la période médiévale, principalement dans l’îlot délimité par les actuelles rues de Richebourg, Henri IV, Georges Clemenceau et Stanislas Baudry. Ce quartier situé au nord de la zone investiguée, de l’autre côté de la gare, accueille de nombreux établissements religieux du second Moyen Âge et de la période moderne, telle la chapelle de l’Immaculée Conception, autrement dénommée chapelle des Minimes, mais aussi des édifices civils comme l’Hôtel Laillaud. On peut voir sur le plan cadastral de 1835 qu’à l’exception de ce faubourg de Richebourg, la zone est très peu lotie. Pendant la majeure partie du 19e siècle, et encore au début du 20e siècle, seule la frange orientale du canal Saint-Félix est occupée ; le reste de la zone n’est toujours pas aménagé, à tel point qu’entre 1839 et 1877, la prairie de Mauves est choisie pour accueillir des courses hippiques.

Courses de chevaux, prairie de Mauves

Courses de chevaux, prairie de Mauves

Date du document : vers 1845

Il faut attendre la construction de la gare d’Orléans, actuelle gare SNCF, en 1851-1853, pour voir se développer et se densifier un peu la ville, à la fois vers l’est et vers le sud-est. Ces grands travaux vont fortement restructurer la topographie de la zone étudiée, sans que nous ne puissions en mesurer précisément l’ampleur. En 1878, la création du boulevard de ceinture de Stalingrad va ouvrir Richebourg vers l’est et servir d’ossature au quartier. Par ailleurs, le ruisseau du Renard, auprès duquel se situe l’aménagement, sert de limite entre les communes de Nantes et de Doulon jusqu’à leur rattachement en 1908. Enfin, la zone est fortement bombardée en 1944, la gare étant quasiment détruite lors de raids aériens. Ce quartier excentré est donc fortement remanié à partir du 19e siècle dans sa partie nord, mais peu urbanisé au sud de la gare avant la fin du 20e siècle et les présents aménagements.

Commentaire archéologique

Aucune structure archéologique, de quelque nature que ce soit, n’a été mise au jour lors de ce diagnostic. Toutefois, l’intérêt de l’opération réside dans les observations géomorphologiques réalisées, qui apportent de nouvelles données pour la compréhension du fonctionnement de la prairie de Mauves aux époques anciennes. La stratigraphie des sondages est relativement simple : en partant du niveau de circulation actuel, on observe tout d’abord des remblais liés à la récente démolition de la parcelle, puis se trouve une couche de sable jaune assez épaisse, qui recouvre enfin une argile de couleur bleutée.

Sondage archéologique, ZAC du Pré-Gauchet

Sondage archéologique, ZAC du Pré-Gauchet

Date du document : 27-01-2014

Cette dernière correspond certainement à des limons d’inondation déposés lors du débordement des cours d’eau coulant aux alentours. Bien que cela n’ait pu être observé lors du diagnostic, il est plus que probable que cette couche d’argile bleutée repose sur des argiles marines témoins de la transgression flandrienne, phénomène de remontée brusque et importante du niveau de la mer, qui passe alors de -14 m à un niveau compris entre -8 m et le niveau actuel. Survenue entre 5500 et 2000 ans avant notre ère, cette transgression entraîne une avancée du trait de côte sur le continent et le recul de l’estuaire jusqu’à Nantes puis Oudon, déposant au passage une épaisse couche d’argile bleue pouvant atteindre 15 m d’épaisseur, qui constitue certainement le socle de la future prairie de Mauves.

Direction du Patrimoine et de l'Archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2018

En savoir plus

Bibliographie

LACOSTE Nicolas. Nantes (44). Pré Gauchet, îlot 5D. Rapport de diagnostic archéologique. Nantes : DPARC, 2014. 32 p.

Pages liées

Archéologie

Gare de Nantes

Fouille ZAC du Pré Gauchet – Îlot 6

Malakoff - Pré Gauchet

Tags

Contributeur

Rédaction d'article :

Mathieu Laurens-Berge

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.