Anciens bains-lavoirs de la Madeleine
Procès dit des « Quarante-deux »

A

117

Ancien Chalet Suisse

Contribuer

Contribuer


Pendant 120 ans, le « Chalet Suisse » a été le lieu central de la sociabilité du quartier Zola. Fêtes, mariages, concerts, dancing ont construit la mémoire du lieu.

Du cabaret à la boîte de nuit

La construction du « Chalet Suisse » est dûe à l’initiative de Louis Monjaret, un charpentier installé rue de Plaisance. En 1884, il prend possession d’une parcelle de la propriété des Renardières constituée d’un petit bosquet sur laquelle il édifie un chalet en 1887 ainsi qu’une remise et des écuries attenantes en 1892. L’établissement est alors tenu par le cabaretier Le Kernec qui cède sa place à Anatole Busnel à partir de 1904.

Entrée du Chalet suisse, place Émile-Zola

Entrée du Chalet suisse, place Émile-Zola

Date du document : Vers 1910

En 1915, Pierre Monjaret, le fils de Louis, vend le restaurant et la salle des fêtes établis aux 1 et 3, place Émile-Zola. Trois propriétaires se succèdent alors et en 1936, Pierre Allanic reprend l’affaire qu’il cède à son fils, Paul, traiteur de profession en 1947. L’établissement reste la propriété de cette famille jusqu’à sa fermeture dans les années 1970. En 1981, le lieu est transformé en discothèque et prend diverses dénominations.

« Le Chalet Suisse » disparaît définitivement du paysage du quartier en 2007 pour laisser la place à un immeuble de standing et une enseigne de surgelés. Face aux protestations d’un certain nombre d’habitants, attachés à ce lieu dans lequel ils ont dansé ou se sont mariés, une partie de la charpente a été reconstituée et posée sur la façade du nouvel immeuble pour en rappeler le souvenir.

Immeuble construit à l'emplacement du Chalet suisse, place Émile-Zola

Immeuble construit à l'emplacement du Chalet suisse, place Émile-Zola

Date du document : 2013

Un lieu festif populaire

Avant de devenir un boîte de nuit, le « Chalet Suisse » accueillait des mariages et des bals. Le dimanche, l'entrée était payante et un orchestre animait le bal. Des habitants de tous âges, venant du quartier et d'ailleurs, se rendaient au « Chalet Suisse » pour danser. Les musiciens y jouaient une variété de musique : bal musette, jazz, rock, charleston, etc. Un habitant évoque même le passage de grands noms de la musique, tels Kenny Clarke ou Archi Shepp. Un homme ayant fréquenté le lieu le décrit avec ces mots : « À l’entrée, il y avait une petite cour avec une petite terrasse et des petites tables de chaque côté. On entrait par la salle qui faisait café dans laquelle il y avait des glaces avec des gravures dessus. Derrière, c’était la salle de bal. » Un autre précise « qu'il y avait une grande salle coupée en deux pour les bals et les mariages avec repas ». Jusque dans les années 1970, d'autres salles de bal existaient dans le quartier, à l'image de « L’Eldo », du « Bon accueil » et du « Gutenberg ».

Nathalie Barré, Groupe mémoire du quartier Dervallières-Zola
Archives de Nantes
2013


Témoignage (1/4) : Un lieu central du quartier Zola

« Le Chalet suisse » était un monument de la place Zola. Il faisait café tous les jours et c’était un lieu d’accueil pour des fêtes, des repas de noces… Après le repas, il était fréquent de voir le cortège défiler en chantant.

Louis

Témoignage (2/4) : Rencontre amoureuse et dansante

« Le Chalet suisse » était renommé. On y allait pour faire des repas ou pour danser le dimanche. Il y avait un bal avec un orchestre ce jour-là et l’entrée était payante. Moi, j’aimais bien danser. J’avais appris à 16 ans pendant les grèves de 1936 quand...

Jeannette

Témoignage (3/4) : Sortie de boîte animée sur le parking

Pour moi, la chose la plus emblématique de la place Zola, c’était « Le Chalet suisse ». Beaucoup de personnes ont râlé quand il a été démoli mais c’est vrai qu’à la fin ce n’était pas du luxe. Avant la démolition, c’était une boîte de nuit. Ce n’était...

Michel

Témoignage (4/4) : La fin d'une époque

Avant de devenir une boîte de nuit, « Le Chalet suisse » était un lieu pour les mariages ou le petit bal du samedi soir. Toute une génération du quartier avait un attachement affectif avec le lieu mais des bâtiments à côté n’étaient pas en très bon état....

Bernard


En savoir plus

Bibliographie

Archives de Nantes, Autour de la place Émile Zola, coll. Quartiers, à vos mémoires, Nantes, 2013

Pages liées

Ancien domaine des Renardières

Place Émile-Zola

Paul Griveaud (Charolles, 1847 - Nantes, 1909)

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Nathalie Barré

Témoignage :

Louis, Jeannette, Michel, Bernard

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.