Toutes-Aides
Anciens bains publics de Prinquiau

A

33

Lotissement Auguste-Praud

Contribuer

Contribuer


Ce petit lotissement est le premier à avoir été bâti sur Doulon. Auguste Praud, propriétaire visionnaire, avait anticipé la demande de logements à la suite de l’ouverture des lignes de chemin de fer et de la gare de Doulon.

Une famille des Perrines

Au début du 20e siècle, Joseph et Auguste Praud possèdent la majeure partie des terrains situés entre la gare et l’actuelle rue Pelletier d’Oisy. Ces terrains sont pour l’essentiel des tenues maraîchères mais certaines sont également cultivées en labour.

Joseph Praud et sa famille occupent une ferme située à l’angle de la rue des Perrines et du boulevard Auguste-Penaud. La maison d’habitation est bâtie en 1900. À côté de la maison, les bâtiments de la ferme sont alignés le long du chemin vicinal n°101, futur boulevard Penaud.

Maison de la famille Praud

Maison de la famille Praud

Date du document : 15-12-2020

Un espace remanié par le boulevard Auguste-Penaud

En 1919, dans le cadre du projet d’alignement et d’agrandissement du futur boulevard Auguste-Penaud, Joseph Praud vend à la Ville, un terrain à l’angle du boulevard et de la future rue des Perrines. Le projet urbain l’oblige à détruire la totalité de ses bâtiments de ferme ainsi qu’une partie de sa maison.

En 1934, à la suite des travaux d’agrandissement, la famille Praud en profite pour remanier la maison grâce à une extension et refaire sa façade donnant sur le boulevard Penaud. Joseph remplace à ce moment les petits bâtiments de travail détruits par un seul grand hangar maraîcher dans la continuité de la maison.

L’extension est traitée en avant-corps et la nouvelle façade reprend l’esthétique Art Déco : baies rectangulaires jumelles au linteau légèrement surélevé, décor géométrique de bandes décoratives. La nouvelle architecture témoigne d’une aisance matérielle. Dans le prolongement de cette maison cossue, le hangar est un vaste bâtiment rectangulaire percé d’une succession de petites et grandes fenêtres et de portes cochères.

Maison de la famille Praud après extension

Maison de la famille Praud après extension

Date du document : 15-12-2020

Le premier lotissement du « Vieux-Doulon »

Durant la même période, en 1924, Auguste Praud demande à la Ville l’autorisation de lotir une parcelle qu’il possède face au Grand-Blottereau ainsi qu’une parcelle le long du boulevard Penaud entre les Perrines et la gare. Après l’annexion de Doulon par Nantes, la création du nouveau boulevard vise à relier facilement Nantes, Toutes-Aides et le bourg de Doulon, les terrains constructibles prennent une nouvelle valeur. Auguste Praud est le premier à profiter de l’opportunité que donne la création du boulevard Penaud de désengorger le quartier de Toutes-Aides qui depuis la seconde moitié du 19e siècle était le plus peuplé de Doulon. De cette opération de lotissement, naissent deux rues : l’avenue Praud et la rue Pelletier d’Oisy. Tout autour de la parcelle, dix-sept lots sont créés.

Après ce lotissement, le secteur se stabilise et jusqu’aux années 1950, les lotissements Praud sont les seuls agglomérats densément bâtis dans un environnement agricole. La propriété de Joseph Praud et celle plus petite de son voisin Julien Tessier restent des tenues maraîchères.

En 1971, le chantier des tours de l’avenue Praud est lancé. Leur construction va considérablement métamorphoser le quartier, faisant disparaître plusieurs hectares de terres maraîchères en densifiant la population : là où il n’y avait que trois familles de fermiers, arrivent des centaines d’habitants.

Vue aérienne du lotissement Praud de 1971

Vue aérienne du lotissement Praud de 1971

Date du document : 26/09/1972

En 1983, la famille Praud possède toujours sa tenue maraîchère mais la terre n’est plus cultivée : avec le vote du Plan d’Occupation des Sols (POS), sa valeur en tant que terrain constructible a largement dépassé celle de sa condition de terre agricole. En 1985, la tenue a été vendue et un nouveau lotissement est sorti de terre.

Lotissement Praud de 1985 vu depuis l’allée des Tamariniers

Lotissement Praud de 1985 vu depuis l’allée des Tamariniers

Date du document : 16-12-2020

Le bâti raconte encore aujourd’hui la transformation d’un bout de campagne en un quartier urbain : les bâtiments des fermes Praud et Tellier existent encore, les premiers lotissements initiés par Auguste Praud sont toujours reconnaissables par leur architecture et leur urbanisme très différents de celui du lotissement de 1985.

Julie Aycard
Dans le cadre de l’inventaire du patrimoine du quartier de Doulon
2021

Album « Lotissement Auguste-Praud »

Étendue des terrains de la famille Praud sur le plan du projet d'alignement du chemin vicinal n°101 à Doulon

1ère moitié du 20e siècle

Au début du 20e siècle, la majeure partie des terrains compris entre la gare de Doulon et la rue Pelletier...

1 / 6

Acquisition de terrain pour rectification d'alignement de la voie publique par la Ville de Nantes

29-12-1929

En vue de l’aménagement du boulevard Auguste Penaud, un contrat de vente est établi en 1919 entre la...

2 / 6

Vue aérienne du boulevard Penaud

1923

Avec la création du boulevard Penaud, au centre, Auguste Praud fait construire avec l’autorisation de...

3 / 6

Plan d'alignement du chemin vicinal n°101 à Doulon

Vers 1930

Le percement du boulevard Penaud et l’opération de lotissement engendre la création de deux nouvelles...

4 / 6

Hangar et réservoir maraîcher de l'ancienne ferme Tessier

16-12-2020

Jusqu’aux années 1950, le quartier reste majoritairement agricole malgré l’implantation du lotissement...

5 / 6

Ancien mur de clôture de la tenue maraîchère Tessier

16-12-2020

Jusqu’aux années 1950, le quartier reste majoritairement agricole malgré l’implantation du lotissement...

6 / 6
Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.