Puits antique de l'église Saint-Similien
Cryptes de la cathédrale

Vitrail médiéval de l’église Saint-Similien

A

307


Visitant le musée des Beaux-Arts de Kansas-City, des Nantais ont eu la surprise de découvrir, dans une salle en forme de cloître dédiée à l’art médiéval, un vitrail représentant saint Similien. Après enquête, ce vitrail provient avec une quasi-certitude de l’église Saint-Similien du 15e siècle.

Des contacts ultérieurs avec le musée ont permis d’obtenir la photo complète du vitrail, ses dimensions (198 x 50 cm), l’origine de son acquisition et la notice du musée qui l’identifie grâce à son inscription : saint Similien, évêque de Nantes, et le date du 15e  siècle.

Eglise Saint-Similien, vitrail de saint Similien

Eglise Saint-Similien, vitrail de saint Similien

Date du document : 15e siècle

Qui est saint Similien ?

D’après la tradition, il est le troisième évêque de Nantes, patron de l’église Saint-Similien de Nantes (au nord du centre-ville, à quelques pas du marché Talensac). On ne connaît rien de sa vie et il n’a laissé aucun écrit. Le martyrologe romain, qui répertorie tous les saints reconnus, ne mentionne qu’un seul saint Similien, notre évêque du 4e siècle. La plus ancienne mention de Similien figure sur un parchemin de la fin du 6e  siècle, rédigé par saint Grégoire, évêque de Tours. Il parle de « la basilique du grand confesseur, l’évêque Similien ». Il aurait été évêque de Nantes au début du 4e siècle. En 1894, lors de la construction de l’église actuelle, on a mis à jour les fondations de l'ancienne basilique mérovingienne. Parmi les 150 sarcophages anciens découverts, certains sont anciens, preuve de la popularité et du rayonnement de saint Similien.  

Un vitrail médiéval ?

La période mentionnée par le musée, le 15e siècle, est confirmée par plusieurs éléments :
    • Le nom de l’évêque est écrit en lettres gothiques de l’époque, de type  « Textura », une forme élancée qui a été utilisée du 12e au 15e siècle.

Détail du vitrail de Saint-Similien

Détail du vitrail de Saint-Similien

Date du document : 15e siècle

    • Les couleurs du vitrail sont caractéristiques de cette époque, comme les tons des peintures utilisées sur les verres (différents de ceux du 12e siècle).
    • Le style du dessin : attitude, visage et mains du personnage, vêtements liturgiques, décor.
    • La forme du haut du vitrail indique qu’il s’inscrit dans une fenêtre de style flamboyant du 15e siècle.

Eglise Saint-Similien, dessin d'une fenêtre gothique

Eglise Saint-Similien, dessin d'une fenêtre gothique

Date du document : 19-05-2013

Le seul dessin de l’église du 15e siècle le confirme par la forme du vitrail au-dessus de la nef, sur la tribune de l’orgue.

Dessin à la plume de l'ancienne façade de l’église Saint-Similien

Dessin à la plume de l'ancienne façade de l’église Saint-Similien

Date du document : 15e siècle

Pourrait-il provenir d'ailleurs que de Nantes ?

Ce vitrail provient très certainement du diocèse de Nantes car il n’existe qu’un seul saint Similien dans la chrétienté. Aucune autre église ne lui est dédiée dans le monde. Proviendrait-il d’une église ou chapelle du diocèse autre que celle de Saint-Similien ? La plupart des églises de Nantes existant au 15e siècle ont, soit disparu à la Révolution au moment de la Terreur, soit été démolies pour en reconstruire de plus grandes. Du 15e siècle, ne subsistent que la façade de la Cathédrale et la chapelle de l’Immaculée ; la forme de leurs fenêtres ne correspond pas à la position des barlotières de ce vitrail. L’église Saint-Similien actuelle (fin du 19e siècle), a succédé à celle néo-grecque de 1824, elle-même ayant remplacé une extension au 15e siècle de l’église mérovingienne. En consultant le dossier de reconstruction de l'église en 1824,  le devis de la démolition donne les dimensions de 4 verrières, et le seul dessin de l’église, réalisé par Louis Petit, confirme leur forme gothique. Enfin, le devis des matériaux à vendre provenant de la démolition des murs de l’église du 15e indique que les vitraux étaient tenus par 3 barres de fer. Mais le devis ne fait aucune mention des vitraux, preuve qu'à l'époque, avant prise en compte du patrimoine national à partir de 1830, ils n’avaient pas de valeur marchande. Enfin, le devis des matériaux à vendre provenant de la démolition des murs de l’église du 15e indique que les vitraux étaient tenus par 3 barres de fer. Mais le devis ne fait aucune mention des vitraux, preuve qu'à l'époque, avant prise en compte du patrimoine national à partir de 1830, ils n’avaient pas de valeur marchande.

Quel cheminement a effectué ce vitrail pour être aujourd’hui exposé au centre des Etats-Unis ?

La responsable de la section médiévale du musée de Kansas-City a répondu (en français) : « Je peux vous dire qu'il a été acheté à la Galerie Brummer et a été, à un moment donné, dans la collection de William Randolph Hearst.». William Randolph Hearst (1863 – 1951), le plus grand magnat de la presse américaine au début du 20e siècle, immensément riche, fut un collectionneur précoce et infatigable d’antiquités. Le vitrail de saint Similien, acheté par un de ses émissaires en Europe vers 1900, s’est retrouvé parmi les milliers de pièces de collection installées dans son immense château. La dépression  économique de 1929 commença à affaiblir sa position, et dans les années 1940, ayant perdu le contrôle personnel sur son empire de presse, il revendit une grande partie de ses antiquités, dont le vitrail de saint Similien (n°35 sur l'inventaire des vitraux français, cf lien en webographie). Celui-ci fut acheté par le galeriste Joseph Brummer qui, après avoir fermé sa galerie parisienne, émigra à New York en 1914. La galerie fut fermée à sa mort en 1949.

Auparavant, où a été stocké le fameux vitrail, entre 1824 et 1900 : à proximité de l’église ? Chez un entrepreneur ? Chez l’architecte en charge de la restauration de l’église ? Par quelles mains est-il passé avant d'atterrir dans la collection de WR Hearst ? Quand et par qui a-t-il été réparé ? On ne le saura probablement jamais.

Ce magnifique vitrail médiéval représentant saint Similien fut certainement installé dans l'église Saint-Similien de Nantes au 15e siècle, lors de l’agrandissement de l’église gothique. En 1824, l’église fut restaurée en style néogrec. Le vitrail fut alors déposé et nul ne sait ce qu'il est devenu jusqu'à son acquisition, 70 ans plus tard, par un très riche collectionneur, William Randolph Hearst, magnat de la presse américaine.

Aujourd'hui, ce patrimoine nantais est toujours sur le sol américain, mis en valeur dans le cadre du Nelson-Atkins Museum of Art de Kansas-City (État du Missouri).

2020

En savoir plus

Bibliographie

Devis 1824 de destruction église du 15e : Archives Historiques du Diocèse de Nantes (AHDN) : sous-série P-Saint-Similien  dossier E61

Webographie

Archives de WR Hearst

Pages liées

Église Saint-Similien

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Yves-Marie Rozé

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.