Bandeau
Blanchisseuses  Architecture

1183

Typologie des ports de Nantes Métropole


Des siècles durant, les habitants de Nantes et des communes voisines bordant la Loire ont vécu au rythme de l’activité de leurs ports. Bien que les fonctions industrielles et commerciales de ces sites ont pour la plupart disparu, certains usages liés au transport ou à la plaisance perdurent

Ports de commerce et d'industrie

Les ports de commerce sont destinés au trafic des marchandises (chargement et déchargement). Cette fonction commerciale nécessite des installations et des équipements spécifiques (quais, aires de stockage, entrepôts, etc.) selon la nature et l’importance du trafic dans le réseau portuaire nantais. Situé en fond d’estuaire, le port de Nantes est tout d’abord un port de commerce où les marchandises, débarquées sur des grèves, puis sur des quais, y transitent vers la Bretagne, le Val de Loire ou les pays étrangers. Il évolue au 19e siècle pour devenir un port industriel.

Terminaux amont du port de Nantes

Terminaux amont du port de Nantes

Date du document : 25-04-2019

Les plus anciens ports de commerce identifiés à l’échelle métropolitaine sont ceux de Port-Lavigne et de Roche-Ballue à Bouguenais, du bourg du Pellerin et de Port-Launay à Couëron.

Ports de bac

Les ports de bac permettent la traversée d’une rive à l’autre. Pour l’aire métropolitaine amont, trois anciens ports de bac ont été identifiés et font l’objet d’un dossier d’étude. Ils se situent sur les communes de Mauves-sur-Loire, Thouaré-sur-Loire et Sainte-Luce-sur-Loire. En aval de Nantes, deux sites sont en activité au 19e siècle avec les binômes Basse-Indre / Indret et Port-Launay / Le Pellerin et fonctionnent encore aujourd’hui.

Débarcadère du bac du Paradis à Couëron

Débarcadère du bac du Paradis à Couëron

Date du document : 02-06-2017

Certains ports de bac cumulent une double fonction de port de bac et de port de commerce comme le port du Pellerin. Dans la centralité urbaine de Nantes, le transport de passagers par voie d’eau a toujours existé. Les bacs au départ desservaient le quai de la Fosse, Chantenay, Trentemoult, Pirmil et Saint-Sébastien. Le transport de passagers remis en fonction depuis 2005 est aujourd’hui la première activité du port de Nantes intra-muros.

Navibus au départ de Trentemoult.

Navibus au départ de Trentemoult.

Date du document : 25-02-2019

Ports de plaisance

Trentemoult, ancienne île de Loire, est aujourd’hui un quartier rivulaire rattaché à Rezé. Petit port d’échouage essentiellement dédié à la petite pêche ou au refuge des bateaux, Trentemoult devient également un port de mouillage de plaisanciers dans le dernier tiers du 19e siècle. La plaisance est également aujourd’hui l’une des activités du port de Nantes intra-muros avec l’appontement de bateaux de croisière fluviale. A l’échelle métropolitaine, seul le port du bourg de Couëron dispose d’un ponton pour l’accueil des bateaux de plaisance.

Port du bourg de Couëron

Port du bourg de Couëron

Date du document : 17-072020

Port de Trentemoult

Port de Trentemoult

Date du document : 25-02-2019

Ports refuges

Les ports refuges sont des lieux où les bateaux peuvent se mettre à l’abri lors des crues ou des débâcles. Situés à l’abri du chenal principal de navigation, sur les rives des bras secondaires ou à l’embouchure des étiers, ils forment la majorité des sites portuaires repérés in situ ou identifiés par les sources à l’échelle de l’aire métropolitaine. Avant le 19e siècle, ces sites ne semblent bénéficier d’aucun aménagement particulier.

Port refuge de Haute-Indre à l'embouchure de l’étier de Tougas

Port refuge de Haute-Indre à l'embouchure de l’étier de Tougas

Date du document : 25-09-2018

 A Nantes, les ports refuges ont tous disparu à l’exception du port de Trentemoult. Il s’agissait de ports d’étiers plus ou moins pérennes localisés dans les seils de Chézine, de Mauves ou de Rezé. Si le premier disparaît lors de la construction du quai de la Fosse entre 1742 et 1760, le second subsiste jusqu’à la fin du 19e siècle. Les appontements ou petits quais aménagés dans la boire principale de l’espace ligérien nantais - boire de Toussaint - étaient également utilisé comme port refuge.

Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes / Nantes Métropole ; Service du Patrimoine, Inventaire général, Région Pays de la Loire
Inventaire du patrimoine des Rives de Loire
2021

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Pages liées

Ports

Loire

Quai de la Fosse

Tags

Loire Port Quai

Contributeurs

Rédaction d'article :

Julie Aycard

Vous aimerez aussi

Union Cycliste Nantes Atlantique

Société et culture

Fondée en 1909, l’Union Cycliste Nantes Atlantique était à l’origine un club de sport uniquement dédié au cyclisme. Il s’est ouvert au fil des années à d’autres disciplines, devenant...

Contributeur(s) :Hélène Mathé

Date de publication : 02/02/2024

640

Une jeune fille souhaite aller danser mais sa mère s’y oppose à cause du fleuve en crue. Le frère arrive et emmène sa sœur danser. Les eaux recouvrent les ponts et emportent le frère...

Contributeur(s) :Hugo Aribart

Date de publication : 04/02/2020

4681

Nantes, la ville où Jules Verne est né le 8 février 1828 et où il a passé sa jeunesse, a bercé son imaginaire. Nantes, la Loire et ses îles, le port et les bateaux, l'agitation du quai...

Contributeur(s) :Luce Courville

Date de publication : 11/03/2020

3694