Le dessous des sols : square Fleuriot de Langle
Le dessous des sols : Place Félix-Fournier

Cet immeuble de 1845 s'inscrit dans un quartier alors en plein essor, autour de l'ancien hôpital du Sanitat. Il porte le nom de Jean-Pierre Garreau, une figure importante du Nantes du 19e siècle qui fit fortune à la faveur du développement urbain de Nantes, en construisant les demeures de la grande bourgeoisie.

Un hôtel particulier pour Jean-Pierre Garreau (1803-1896)

L’hôtel Garreau fut édifié en 1845 pour Jean-Pierre Garreau, entrepreneur qui est une figure montante du Nantes du 19e siècle. D'entrepreneur en bâtiment, autodidacte, il s'est élevé au rang d'architecte-urbaniste au fur et à mesure de sa carrière. Il a oeuvré dans de nombreux quartiers nantais comme ceux de Graslin, Gigant, Launay, de la Monnaie où il habitait (au n°10 rue des Catherinettes, près de l'actuelle place Jean V), avant de faire édifier cet hôtel qui porte son nom. Par la suite, il s'installe à partir de 1853 à Remouillé dont il devient le maire.

Pour son hôtel, J.-P. Garreau décide de faire appel à l'architecte nantais Joseph-Fleury Chenantais (1809-1868) avec qui il collaborait déjà fréquemment sur de nombreux chantiers de construction. Au moment où commencent les travaux de cet hôtel, Joseph-Fleury Chenantais démarre également le chantier de construction de l'église Notre-Dame-du-Bon-Port, avec Saint-Félix Seheult. En tant que voyageur et grand amateur de l’architecture de la Renaissance italienne, Jean-Pierre Garreau demande à l'architecte de s'en inspirer dans le vocabulaire mais aussi dans son ornementation, comme les bas-reliefs représentant le Colisée et la basilique Saint-Pierre de Rome.

Plan de construction de l'église Notre-Dame-de-Bon-Port – plan des parcelles prises sur les propriétés Garreau

Plan de construction de l'église Notre-Dame-de-Bon-Port – plan des parcelles prises sur les propriétés Garreau

Date du document : 1852

Joseph-Fleury Chenantais est un architecte en vue sur Nantes à cette époque. Il marque la rupture avec la discipline néoclassique en vigueur jusque dans les années 1840 et initie l’éclectisme à Nantes. Il adapte son langage architectural à la nature des programmes. Il réalisa ainsi sur Nantes de nombreuses commandes publiques et privées, dont le Palais de Justice et la gendarmerie y attenant, la manufacture des tabacs ainsi que des édifices publics. En empruntant à la Renaissance le langage décoratif de ses constructions privées, comme pour cet hôtel Garreau, il fera des émules et inspirera d'autres hôtels particuliers sur Nantes.

Un édifice remarquable

Cet immeuble d'angle situé entre les rues Dobrée et Damrémont, est sans doute la plus belle illustration du savoir-faire conjugué de J.F. Chenantais  et de J.P. Garreau.

L'immeuble s'élève sur quatre niveaux dont un étage sous-comble, reposant sur un soubassement en granite avec des rez-de-chaussée en arcade pour accueillir des commerces, comprenant des entresols. L'ensemble du parement des murs de façade est en pierre de tuffeau, traité en bossages continus sur le rez-de-chaussée. Les encadrements des ouvertures ont fait l’objet d’un travail ornemental mouluré fin. Les baies du 1er étage noble sont en arc plein cintre sur chapiteaux sculptés sur pilastres, avec imposte en menuiserie rayonnante. L'angle est entouré par une paire de baies géminées avec un balcon filant sur l'angle. On retrouve aux deux extrémités cette typologie de baies géminées avec un balcon filant. Chaque fenêtre possède un balconnet. Des corniches filantes délimitent les hauteurs de planchers. La toiture en ardoise à deux pans est percée de lucarnes et, sur l'angle des frontons,est surmontée de souches de cheminée.

Hôtel Garreau, 13 rue Dobrée

Hôtel Garreau, 13 rue Dobrée

Date du document : 10-08-2020

De style néo-renaissance, le décor est largement inspiré de la Renaissance italienne et fait référence directement à Rome. Des cartouches en bas-relief enserrés dans la maçonnerie de l'angle chanfreiné décrivent au rez-de-chaussée, le Vatican avec la basilique Saint-Pierre et à l'étage le Colisée. Le porche ouvragé et de style renaissance, avec ses guirlandes de fruits en pilastres sculptés, ses marbres polychromes et têtes de lions, est surmonté de deux médaillons représentant le couple de propriétaires.

De par sa qualité architecturale et décorative, l'hôtel Garreau a été inscrit au titre des Monuments Historiques par arrêté du 29 octobre 1975.    

Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2021

En bref...

Localisation :

Dobrée (rue) 13, NANTES

Date de construction :

1845

Auteur de l'oeuvre :

Chenantais (architecte)

Typologie :

architecture domestique

En savoir plus

Bibliographie

Kahn, Claude, « Joseph-Fleury Chenantais : architecte nantais », les Annales de Nantes et du Pays Nantais, revue de la société académique de Nantes et de la Loire-Atlantique, n° 288,‎ 2e trimestre 2003

Duclaud, Laure, Le quartier du Sanitat : ses transformations successives du début du XIXe siècle à nos jours, Mémoire de maîtrise d’histoire de l’art, sous la direction de Jean-Yves Andrieux, Université de Nantes, 1998.

Pages liées

Église Notre-Dame de Bon Port

Rue Urvoy-de-Saint-Bedan

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Amélie Decaux

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.