Bandeau
Église Saint-Etienne de Bellevue Cooper de Melun

1945

Michel Noury (1912 - 1986)


Michel Noury, est l’un des plus authentiques et des plus originaux artistes de la peinture nantaise.

Une jeunesse ancrée à Nantes

Né le jour de l’été 1912 au « Moulin de Procé », il est le sixième enfant d’une famille de vieille souche nantaise qui habite à la pointe de l’île Feydeau. Son enfance est bercée par la vie du port, de cette ville qui est encore, à l’époque, la « Venise de l’Ouest ».

Resté célibataire, il restera toujours très attaché à ses frères et sœurs, et à tous ses innombrables cousins et neveux dont il a fut un portraitiste fidèle mais parfois espiègle.

Après des Études à l’Externat des Enfants Nantais, où il est l’élève de l’Abbé Bouchaud, il rentre à l’École des Beaux-Arts de Nantes, où il devient l’élève de Paul Deltombe, fondateur du Salon d’Automne.

Il se lie d’amitié par la suite avec ses condisciples Paul Durivault, Jacques Philippe, Laure Martin, Henry Leray, qu’il lui arrivera souvent de représenter.

De fidèles amitiés au sein du Groupe Régional Indépendant

Des amis, Michel Noury en a beaucoup, de toute provenance et de toute époque de sa vie : ceux avec lesquels il fondera le « Groupe Régional Indépendant », première affirmation selon lui d'un « art régional authentique » ; ceux avec lesquels il mènera, fidèlement et avec passion, le combat pour la reconnaissance de « Nantes, ville bretonne » et qui explique qu'il ne voudra jamais, malgré les sollicitations, quitter sa ville natale.

Le Groupe Régional Indépendant organisa sept expositions entre 1934 et 1941 et c'est à cette époque que le critique d'art nantais Gavy-Beledin commença à parler d'une « école nantaise ».

Ce sont les galeries nantaises « Paul Goulet », « Mignon-Massart » et bien sûr Marie-Jo Marot dans sa galerie « Michel Columb » qui accueilleront la plupart de ces expositions.

Michel Noury présenta en 1954 au Palais de la Bourse un bilan de « vingt ans de peinture du Groupe Régional Indépendant » qui mettra en valeur les qualités de ces artistes « jamais éloignés de la nature et de la vie » attachés à une certaine figuration.

Très actif au sein de l’Association des Amis du Musée de Nantes, c’est également avec un autre de ses amis, Jean Lamarre, qu’il découvre le graveur nantais Emmanuel Phelippes-Beaulieux. Il fait don, au Musée de Nantes, de l’œuvre complet de cet artiste méconnu.

Il fut proche également de Jules Paressant avec lequel il échangera maintes correspondances.

« Le Rêveur éveillé »

C'est ainsi que l'appelaient ses amis, et il est vrai que pour Michel Noury, le rêve fut le compagnon quotidien et la source de son œuvre.

Suite à une maladie contractée dans son enfance, il était en effet sujet à des crises irrésistibles de sommeil qui pouvaient le plonger à n’importe quelle heure dans un état d’endormissement. Souvent, il se place dans un coin du tableau, propre spectateur de son aventure picturale qui est le reflet de sa vision poétique de la vie où les hommes et les bêtes fraternisent dans un mélange d’humour et de tendresse.

Nantes, « Ville Bretonne »

Breton engagé et militant, Michel Noury ne tombe jamais dans la « bretonnerie ». Si l'on aperçoit un drapeau breton ou un motif celtique dans certaines de ses toiles, cela reste rare. La Bretagne qu'il peint, ce n'est pas celle des cartes postales et des chansons de Théodore Botrel, les ajoncs en fleur, les coiffes de dentelle et les clochers à jour.

La Bretagne qu’il peint est celle dans laquelle il vit, le port de Nantes avec ses marins, les ivrognes, les prostituées, le tramway, les agents de police, les marchands de sardines au coin des rues, le carnaval de Nantes où se mélangent ouvriers et bourgeois.

Il peint aussi ce pays de Retz, qu'on appelait jadis la « Bretagne heureuse » et que certains feignent aujourd'hui de considérer comme un bout de Vendée.
 
Il arrive cependant que la Tradition de la Bretagne inspire très fortement telle ou telle de ses œuvres. C'est le cas de Notre Dame de Bongarant qu'il peint en 1942 et qu'il accompagne d'une légende en breton dans la manière de certains ex-voto de jadis.

L’illustrateur

Michel Noury a rarement dessiné pour la publicité, mais à l’occasion du Congrès Celtique International de 1974 qui s’était déroulé à Nantes, il avait illustré quelques pages du catalogue avec des publicités d'annonceurs nantais qui avaient accepté de soutenir financièrement la manifestation.

Parmi ces annonceurs plus ou moins prestigieux, on reconnaît les noms de quelques grandes sociétés qui constituent le patrimoine industriel de Nantes.

Le poète

Michel Noury nous a laissé quelques poèmes. Ils sont colorés comme ses tableaux, et émouvants lorsqu'ils évoquent les joies mais aussi la galère de sa vie de bohème :

« Violet, bleu, gris , vert, rouge, orangé
Mon petit pinceau se prodigue
De ma palette à ma feuille blanche de bristol,
Plonge dans un verre d’eau, s’y désaltère, s’ébroue tel un canard
Puis à nouveau, après le rouge, transporte un vert tendre.
Il va, vient, un peu maladroit mais tenace et volontaire
D’aventure, au réveil, je le trouve au travail.
En somme je n’ai qu’à le laisser faire
Et tranquillement je me rendors. »
Poème de Michel Noury

Frédéric Rivière de Précourt
2022



Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Bibliographie

Hervouët Philippe, Jules Paressant et le combat de l’ange, éd. Du Petit Véhicule, 2005

Hervouët Philippe, Nantes, de mémoire de peintres, éd. Société Nantaise d’Edition et de Réalisations, 2011

Rousseau Vincent, Nantes, Peinture Passion, éd. Bonneton, 1990

Webographie

Site internet « Michel Noury ou le Rêveur éveillé »

Page Wikipedia consacrée à Michel Noury

Filmographie

Hervouët Philippe, Nantes, l’inspiratrice, 2011 

Pages liées

Rapport à la Bretagne

Musée d'arts

Jean Chabot

Tags

Militant Peintre Peinture, art graphique

Contributeurs

Rédaction d'article :

Frédéric Rivière de Précourt

Témoignage :

David Guy-André, Norbert Lelubre, Vincent Rousseau

Vous aimerez aussi

Union Cycliste Nantes Atlantique

Société et culture

Fondée en 1909, l’Union Cycliste Nantes Atlantique était à l’origine un club de sport uniquement dédié au cyclisme. Il s’est ouvert au fil des années à d’autres disciplines, devenant...

Contributeur(s) :Hélène Mathé

Date de publication : 02/02/2024

640

Une jeune fille souhaite aller danser mais sa mère s’y oppose à cause du fleuve en crue. Le frère arrive et emmène sa sœur danser. Les eaux recouvrent les ponts et emportent le frère...

Contributeur(s) :Hugo Aribart

Date de publication : 04/02/2020

4681

Nantes, la ville où Jules Verne est né le 8 février 1828 et où il a passé sa jeunesse, a bercé son imaginaire. Nantes, la Loire et ses îles, le port et les bateaux, l'agitation du quai...

Contributeur(s) :Luce Courville

Date de publication : 11/03/2020

3694