Jean Meschinot (Monnières, vers 1420 - ?, 1491)

A


Écuyer de plusieurs ducs de Bretagne, puis maître d’hôtel de la reine Anne de Bretagne, Jean Meschinot est l’auteur de plusieurs recueils de poèmes dont Les Lunettes des Princes, un traité allégorique et moral.

Un écrivain au service des ducs de Bretagne

Issu d'une famille bretonne, Jean Meschinot naît aux Mortiers, dans la paroisse de Monnières, qui se situe à trente kilomètres de Clisson. Il assure la fonction d'écuyer « de corps et de chambre » de la maison ducale sous cinq ducs à partir de Jean V en 1442 et de François Ier.. Il est particulièrement apprécié par Pierre II et Arthur III, ancien connétable de Richemont, auprès de qui il assure la fonction d’écuyer et de poète de cour.

Date du document :

Après la mort de ce dernier en 1458, son successeur le duc François II lui confie une autre mission, celle de « gentilhomme de la garde » ou « homme d’armes », qui consistait à passer des revues « d’hommes d’armes, de recrues féodales et d’hommes de milice ». C’est sous son règne que Jean Meschinot devient le poète officiel de la Bretagne.

 

L’expression des idées par l’usage de la poésie

À côté de ses nouvelles fonctions, il compose en 1463 quelques vingt-cinq Ballades politiques contre le nouveau roi de France Louis XI qui veut mettre fin aux droits et prérogatives qui garantissent l’indépendance du duché de Bretagne, comme par exemple le privilège de frapper la monnaie. Il rédige quelques poèmes religieux qui sont soit des commandes, soit des réflexions personnelles, comme son « Rondeau de Nostre Dame a son enfant en faveur du pecheur ».

Date du document :

Vers 1470, il entre dans la maison de Gui XIV, comte de Laval et de Vitré, avec l’autorisation du duc et l’accompagne dans tous ses déplacements du château de Vitré à Châteaubriant ou à Nantes. L’année suivante, il obtient pour son fils la place de capitaine du château de Marcillé.
De 1486 à 1491, il est général maître des monnaies et dirige les ateliers monétaires de Rennes, Nantes, Vannes, Morlaix et Dinan.  
Parallèlement, en 1488, il devient le maître d'hôtel principal de la jeune duchesse Anne de Bretagne, alors âgée de onze ans.

Date du document :

Une œuvre majeure et singulière

Son œuvre principale, Les Lunettes des Princes (1461-1464), est un poème didactique moral mêlant prose et vers, imprimé après sa mort en 1493. Cet ouvrage est le premier livre imprimé par Étienne Larcher, considéré comme le premier éditeur nantais. Il sera réédité une trentaine de fois et très apprécié en particulier dans la première moitié du 16e siècle. Il y décrit la misère de la condition humaine, liée à la fuite du temps, à l’instabilité du bonheur, et à l’omniprésence de la mort. Il compose aussi des balades et des rondeaux, où il parle de la société de son temps et dénonce la domination de l’argent et le manque de charité de ses semblables.

 

Bibliothèque municipale

2019

Tags

En savoir plus

Bibliographie

Martineau-Genieys, Christine, Édition des lunettes des princes de Jean Meschinot : précédées d’une étude sur sa vie et son œuvre, et suivie de notes et d’un glossaire, Librairie Droz, Genèce, 1972


Gourcuff, Olivier de, Écrivains bretons. Vie de Jean Meschinot (1490). Jacques Corentin Royou (1749-1828), Eugène Lafolye, Vannes, 1890


Dhombres, Nicole, Le poète breton le plus célèbre de son temps, Jean Meschinot : 1493 – 1993, Ouest-France, Rennes, 1993

Webographie

Jean Meschinot à la Bibliothèque municipale de Nantes

Jean Meschinot sur BNF Data

Manuscrits de l’œuvre Les Lunettes des Princes (1461-1464) de Jean Meschinot

Pages liées

Rapport à la Bretagne

Anne de Bretagne

Contributeurs

Rédaction d'article :

Chloé Voirin