Jean-Émile Laboureur (Nantes, 1877 – Pénestin, 1943)
Jean Bruneau (1921, La Baule – 2001, Nantes)

Jean-Émile Laboureur (Nantes, 1877 – Pénestin, 1943)

A

32


Peintre et sculpteur, Jean-Émile Laboureur excella surtout comme graveur dans des œuvres proches du cubisme.

Portrait de Jean-Émile Laboureur

Portrait de Jean-Émile Laboureur

Date du document : vers 1900

Des débuts prometteurs dans le domaine de l’art

Fils d’un grossiste en mercerie nantais et d’une mère parente de Jules Grandjouan, Jean-Émile Laboureur part faire des études de droit à Paris, mais les abandonne vite au profit d’études d’anglais et d’allemand. Il s’inscrit aussi à l’Académie Julian, une école privée de peinture et de sculpture fondée à Paris en 1866 par le peintre français Rodolphe Julian (1839-1907). Il est initié à la gravure par Auguste Lepère et expose ses premières œuvres, des gravures sur bois, au Salon de 1896. À Paris, il rencontre ainsi des artistes célèbres dans le monde littéraire et artistique, comme Guillaume Apollinaire, ou encore Henri de Toulouse-Lautrec, qui l’initie à la lithographie.  Alphonse Lotz-Brissonneau, mécène et collectionneur nantais, l’encourage dans cette voie.

Le bord du vieux canal

Le bord du vieux canal

Date du document : vers 1938

En 1898, revenu à Nantes pour effectuer son service militaire, il participe à l’illustration de la Revue  nantaise littéraire et artistique dont son cousin Jules Grandjouan est le directeur artistique.
Dans le but de compléter sa formation artistique, il séjourne en Allemagne de 1899 à 1902, où il consulte les collections d’estampes de plusieurs musées. De 1903 à 1908, il reste aux États-Unis et effectue des voyages dans plusieurs lieux comme à Londres, au Canada, en Grèce et en Turquie.

 

Des activités d’enseignement et d’illustrations

En 1912, il retourne en France et s’installe à Paris, où il fait davantage usage de l’eau-forte. Ses dessins se rapprochent un peu plus du cubisme.  Il collabore aussi à des revues comme la Gazette du Bon Ton et La Revue musicale.
Dans son atelier parisien, il enseigne l’art de la gravure à ses élèves, comme Marie Laurencin et André Dunoyer de Segonzac.
En 1919, il s’occupe de l’illustration de L’Appartement des jeunes filles de Roger Allard, ce qui inaugure la série de quelques 70 livres illustrés dont il s’occupera tout au long de sa carrière. Il illustre ainsi Suzanne et le Pacifique de Jean Giraudoux, et des livres de Colette,  André Gide, ou encore François Mauriac.

Le départ du transatlantique

Le départ du transatlantique

Date du document : 1907

Le départ du transatlantique

Le départ du transatlantique

Date du document : 1907

La promotion de la gravure

À côté de ses activités, il s’engage dans la pérennité du statut d’artiste. En 1923, il fonde le groupe des Peintres graveurs indépendants, dont fait partie par la suite des artistes tels que Chagall, ou Dufy. En 1929, il préside le Comité de l’art français indépendant, et est membre de plusieurs section de l’Exposition universelle de 1937. Cette année-là, il décore le bureau de Léon Jouhaux à la Maison du Travail, et réalise une fresque pour l’École de navigation de Paimpol. L’année suivante, il participe à la création du Comité national de la gravure française, visant à promouvoir et à étudier l’estampe.

 

Bibliothèque municipale
2019

En savoir plus

Bibliographie

Branland, Marine, David, Gaëlle, Jean-Émile Laboureur, images de la grande guerre, les Éd. Château des ducs de Bretagne, Nantes, 2014
Jean-Émile Laboureur : illustrateur, Bibliothèque municipale, MeMo, Nantes, 1996

Webographie

Jean-Émile Laboureur à la Bibliothèque municipale

Jean-Émile Laboureur sur BNF Data

Jean-Émile Laboureur au Musée d’arts

Contributeurs

Rédaction d'article :

Chloé Voirin

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.