Berceau de l’industrialisation du faubourg des Ponts, les prairies de Grande et de Petite Biesse, séparées par la boire de Toussaint, ont conservé leur caractère industriel jusqu’aux années 1970.

Les manufactures de textiles et les raffineries de sucre ont ancré cette histoire industrielle jusqu’au milieu du 19e siècle. Leurs bâtiments sont réinvestis par d’autres activités, tandis que de nouvelles usines s’implantent vers la fin du 19e siècle. Sur la rive nord de la boire, l’ancienne Raffinerie des Ponts est vendue en 1890. Une partie est occupée au cours des années 1910 par la scierie Gerson et Huteau, tandis qu’une nouvelle industrie s’implante à l’ouest de la rue Conan-Mériadec : les engrais chimiques Ridel et Lanfrancki.

Plan du quartier des implantations industrielles aux abords des boires

Plan du quartier des implantations industrielles aux abords des boires

Date du document : 1912

Les activités implantées sur la rive nord

À partir de 1918, les Ateliers de construction Lescop et Cie vont progressivement se déployer sur la totalité du site compris entre la rue Grande-Biesse et le boulevard Victor-Hugo. Rebaptisée Ateliers de construction de l’Ouest en 1923, l’entreprise est spécialisée dans la construction mécanique pour la fabrication de papier, puis dans la production de machines-outils et de machines électriques de toutes tailles. L’architecte Henri Vié conçoit les plans du bâtiment de direction, construit vers 1920 à l’angle des boulevards Victor-Hugo et Gustave-Roch (aujourd’hui occupé par l’entreprise Rexel).

Façades des bâtiments industriels des Ateliers de Construction de l’Ouest

Façades des bâtiments industriels des Ateliers de Construction de l’Ouest

Date du document : vers 1926

À la fin des années 1930, la société se sépare de son patrimoine. Les bâtiments sont alors investis par diverses entreprises qui s’en servent comme entrepôt : des produits chimiques pour Louis Montfort et Cie, un garage pour un concessionnaire Citroën et une succursale de l’entreprise de matériel agricole et de tracteurs, Cima-Wallut.

Façades des bâtiments de l'entreprise de machines agricoles Cima-Wallut et des transports Citroën

Façades des bâtiments de l'entreprise de machines agricoles Cima-Wallut et des transports Citroën

Date du document : 24-03-1947

Le secteur, impacté par les bombardements, est reconfiguré après la guerre.

Travaux de comblements de la boire près de l'usine de Savonnerie A.Biette

Travaux de comblements de la boire près de l'usine de Savonnerie A.Biette

Date du document : début du 20e siècle

La Cooper de Melun achète le terrain qui borde la rue Grande-Biesse pour y déménager sa succursale nantaise, tandis que la propriété Montfort et l’entrepôt Citroën sont inscrits au plan de Reconstruction comme terrain réservé pour un édifice public. Ce dernier est affecté à la construction du groupe scolaire Gustave-Roch et en 1949, la Cooper de Melun cède son terrain à l’évêché pour la construction de la nouvelle église. Seule la société Cima-Wallut reste en activité avant de céder la place au magasin de matériel électrique Revimex qui, devenu Rexel en 1983, est le dernier témoin de cette longue occupation industrielle de la rive nord de l’ancienne boire de Toussaint.

Façades des bâtiments de l'entreprise Rexel

Façades des bâtiments de l'entreprise Rexel

Date du document : 14-09-2018

Sur la rive sud, deux entreprises vont développer leurs activités durant près de 80 ans : la savonnerie Biette et la chaudronnerie Coyac.

Archives de Nantes
2021

 

En savoir plus

Bibliographie

Archives de Nantes, Le quartier des Ponts, coll. Quartiers, à vos mémoires, Nantes, 2021

Pages liées

Bombardements

Savonnerie-parfumerie Biette

Raffinerie des ponts

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Nathalie Barré

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.