Bandeau
Nantes la bien chantée : Noël nantais Rues de la Haute-Saulzaie et Basse-Saulzaie

2156

Groupe scolaire de la Contrie


Le groupe scolaire de la Contrie est inauguré en 1937. Son histoire s'inscrit dans le développement des écoles publiques nantaises de l'entre-deux-guerres et de l'après-guerre.

Dans ses séances du 14 décembre 1931 et du 21 juin 1932, le conseil municipal arrête un vaste programme de constructions scolaires. Les écoles de Longchamp, du Plessis-Cellier, de Doulon et de la Contrie sortent de terre au cours de cette décennie. 

Le 1er juin 1932, Alfred Ollive, promoteur d’un lotissement autour du vélodrome Petit-Breton cède à la Ville un terrain en bordure de l’avenue de la Petite-Reine. Trois ans plus tard, l’architecte de la Ville, Camille Robida, présente son rapport. La conception de ce nouveau groupe est calquée sur celle du groupe scolaire de Longchamp inauguré en mars 1936.

Un vaste complexe scolaire

Le projet prévoit la construction d’une école de filles, d’une école de garçons et de classes enfantines. A terme, le groupe scolaire doit abriter dix classes par école, deux logements de concierge, les habitations du directeur et de la directrice, une infirmerie scolaire, des jardins. Un préau central, fermé et commun aux deux écoles, pouvant servir à la fois de réfectoire, de salle des fêtes, de cinéma et de gymnase complète cet ensemble. Le groupe scolaire de la Contrie est inauguré le 27 juin 1937 par le maire Auguste Pageot. 

Agrandir pour faire face au baby boom 

Réquisitionnée par les Allemands au cours de la Seconde Guerre mondiale, l’école ouvre à nouveau ses portes en 1945. L’augmentation de la natalité et la construction du groupe HLM de la Contrie obligent la municipalité à projeter un agrandissement en 1956. En effet, depuis sa réouverture, douze classes supplémentaires ont été aménagées dans les vestiaires, dans les salles de jeux ainsi que dans des baraquements provisoires. Le projet prévoit la transformation des préaux en huit classes pour l’école primaire (quatre de filles et quatre de garçons) ainsi que l’agrandissement et la surélévation du bâtiment de l’école maternelle afin de créer quatre nouvelles classes enfantines.

Reconvertir l'usage des classes en surplus

Au cours des années 1970, la généralisation de la mixité et la baisse des effectifs laissent une partie des trente-deux classes inoccupée. L’ancienne école de filles est alors mise à la disposition d’organismes de formation tels que le Centre de formation des apprentis qui occupa les lieux de 1978 à 2001.

Nathalie Barré
Archives de Nantes
2011



Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En bref...

Localisation : Jean Bouin (rue) 40, Petite Reine (rue de la) 19, NANTES

Date de construction : 1937

Auteur de l'oeuvre : Robida Camille (architecte de la Ville) ; Coutan Etienne

Typologie : architecture scolaire

En savoir plus

Bibliographie

Archives municipales de Nantes, De la Contrie à la Durantière, Ville de Nantes, Nantes, 2011 (coll. Quartiers à vos mémoires)

Bienvenu Gilles, Architectes et urbanistes à Nantes : 1892-1947, CERMA, Nantes, 1985

Caillaud Paul, L'oeuvre de la municipalité (1929-1935), Nantes, 1935

Ville de Nantes, Municipalité nantaise. Deux années d'administration : mai 1935 - juin 1937, Impr. du Commerce, Nantes, 1937
 

Pages liées

Dossier : Architecture et histoire des écoles publiques nantaises

Enseignement primaire

Stade - vélodrome Petit Breton

Cité HLM de la Contrie

Tags

Logement social et grand ensemble Reconversion École

Contributeurs

Rédaction d'article :

Nathalie Barré

Témoignage :

Yvonne Luce ,  Jacques Patron

Vous aimerez aussi

Grands magasins

Société et culture

Les grands magasins, associés aux enseignes internationales, sont désormais perçus négativement, ils n’incarnent plus la modernité commerciale. Pourtant, lors de leur apparition sous...

Contributeur(s) :Gillian Tilly

Date de publication : 13/09/2022

2656

Royal de Luxe

Société et culture/ Les incontournables

Lorsque que la Compagnie « Royal de Luxe », fondée par Jean-Luc Courcoult, déménage de Toulouse à Nantes, en 1989, avec l’appui financier de cette dernière, elle est estampillée...

Contributeur(s) :Marc Grangiens

Date de publication : 19/08/2019

10774

Sucre

Société et culture

En 2013, la raffinerie Béghin-Say n’assure plus que le conditionnement du sucre de canne : Nantes est donc bien près de tourner la page d’une activité sucrière qui remonte au 17e siècle.

Contributeur(s) :Olivier Grenouilleau

Date de publication : 18/02/2019

4328