Bandeau
Ancienne halle au blé 11 novembre 1918 : l'armistice de la Première Guerre mondiale à Nantes

4748

Église Saint-Clair


Juchée sur le mont Saint-Bernard, repérable à son clocher-porche, l'église Saint-Clair domine le haut-Chantenay depuis 1858.

En 1815, environ 430 personnes vivent dans les lieux-dits ou hameaux des Renardières, de la Priauté, de Grillaud, de la Fournillière et des Musses. L’église Saint-Martin est alors l’unique lieu de culte de la paroisse de Chantenay. Au milieu du 19e siècle, dans le sillage de l’industrialisation du quartier de la Ville-en-Bois, la population du Haut-Chantenay s’élève à 2 000 habitants. Cette augmentation justifie aux yeux des nouveaux Chantenaysiens la création d’une nouvelle paroisse dans le nord de la commune.
En 1853, l’évêque de Nantes, monseigneur Jacquemet, charge l’abbé Maillard, vicaire à Chantenay depuis 1843, de former une commission regroupant les notables de la future paroisse pour donner suite au projet.

L'église : un choix d'implantation stratégique

Le 16 juillet 1854, la première pierre de l’église Saint Clair est posée sur les hauteurs du Mont Saint-Bernard au lieu-dit la Salle-Verte. Le choix d’implantation du nouveau lieu de culte n’est pas laissé au hasard. Il s’agit en effet d’élever ce dernier sur un terrain qui présente les avantages de la hauteur du relief et de l’équidistance entre les principaux lieux habités de la future paroisse : la Fournillière, la Ville-en-Bois, les Garennes de Pilleux et la Chênaie.

Église Saint-Clair vue depuis la rue Ampère

Église Saint-Clair vue depuis la rue Ampère

Date du document : sans date

Une oeuvre de Gustave Bourgerel inaugurée en 1858

Le plan de l’édifice est l’œuvre de l’architecte Gustave Bourgerel. Ce dernier, ne cédant pas à l’engouement néo-gothique qui caractérise les églises construites au milieu du 19e siècle, se réfère à l’architecture paléochrétienne pour concevoir l’église. Le 4 avril 1858, le monument est béni par l’évêque de Nantes. Le 25 juillet suivant, un décret impérial promulgue la création de la paroisse et dans une ordonnance du 16 août, monseigneur Jacquemet érige le nouveau lieu de culte en église paroissiale sous l’invocation de saint Clair. Une quinzaine de jours plus tard, la fabrique acquiert le presbytère installé sur un terrain appartenant à madame de la Bassetière. En 1883, le jardin attenant est amputé par la percée du boulevard Pasteur conférant au presbytère une impression de suspension au-dessus de la nouvelle voie. 

Calvaire et presbytère de la paroisse Saint-Clair, rue Etienne-Dolet

Calvaire et presbytère de la paroisse Saint-Clair, rue Etienne-Dolet

Date du document : sans date

Un nouvel ensemble urbain autour de l'église

L’érection de l’église Saint-Clair et la création de la paroisse consolident la formation urbaine du Haut-Chantenay. Afin que ce nouveau lieu de culte devienne le pôle central du quartier, un plan d’aménagement urbain est conçu. Ce dernier s’inspire de l’opération menée par l’architecte Chenantais pour la paroisse Sainte Anne, créée en 1846. Le projet développé à Saint Clair propose la percée d’une avenue ouvrant une perspective sur la façade de l’église et se raccrochant à l’axe principal de circulation du quartier, le chemin de Nantes à Couëron. La pente de cette nouvelle avenue contribue à magnifier l’édifice au sommet du Mont Saint-Bernard.

Église Saint Clair, rue Général-de-Torquat

Église Saint Clair, rue Général-de-Torquat

Date du document : 03-04-2013

A partir de 1883, les intentions urbanistiques de ce nouvel ensemble sont contredites par l’ouverture du boulevard de ceinture qui déplace le pôle urbain du quartier vers le carrefour de la Chênaie. Seule la rue de la Ville-en-Bois et son prolongement par les rues de la Montagne et de la Convention conservent l’animation ancienne dont elles étaient le support au début de la formation du quartier, doublant ou complétant le rôle nouveau joué par la place Émile-Zola.

Nathalie Barré
Archives de Nantes
2013



Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En bref...

Localisation : Saint Clair (place)3, NANTES

Date de construction : 1854

Auteur de l'oeuvre : Le Prévôt de Bourgerel, Gustave (architecte)

Typologie : architecture civile publique et génie civil

En savoir plus

Bibliographie

Archives municipales de Nantes, Autour de la place Emile-Zola, Ville de Nantes, Nantes, 2013 (coll. Quartiers à vos mémoires)

Pages liées

Catholicisme

Place Émile-Zola

Rue de la Convention

Ville-en-Bois et rue de la Montagne

Tags

Bellevue - Chantenay - Sainte Anne Catholicisme Église

Contributeurs

Rédaction d'article :

Nathalie Barré

Témoignage :

Yves Chéné, Jacqeline Bouyer, Jacqueline Douillard ,  , 

Vous aimerez aussi

Marché de Zola

Société et culture

La création du marché en 1900 accentue le rôle central de la place Emile Zola dans la vie sociale du Haut-Chantenay et fait encore aujourd’hui sa réputation.

Contributeur(s) :Nathalie Barré , Willy Charlopeau , Jean-Louis Galais ...

Date de publication : 07/03/2019

4486

Parc floral de la Beaujoire

Architecture et urbanisme/ Géographie et biodiversité

À la croisée du plateau rocheux et du vallon de la Bretonnière, le parc floral de la Beaujoire offre de belles perspectives sur l’Erdre. Créé à l'occasion des Floralies Internationales...

Contributeur(s) :Direction Nature & Jardins , Ville de Nantes

Date de publication : 29/09/2022

1464

Ce chant populaire provient des recherches de Bernard de Parades pour son étude « Nantes la bien chantée », projet dont nous avons pris la suite. Le texte est issu d'un recueil...

Contributeur(s) :Jean-Louis Auneau

Date de publication : 20/12/2019

1691