Bandeau
Ancien pont de la Casserie Cours Cambronne

740

École Léon Blum


Le 17 juin 1870, la municipalité Dufour délibère en faveur de la création d'une école communale rue du Port-Communeau dans ce quartier du centre-ville. Également connu sous le nom d'école de la rue du Marais ou de la rue du Muséum, le futur établissement trouve sa place sur un terrain anciennement occupé par le muséum d'histoire naturelle.

Une ou deux écoles ?

À l'origine, le site devait accueillir deux écoles : celle des filles dont l'entrée se ferait par la rue Saint-Léonard, et celle des garçons accessible, côté Erdre, depuis le quai du Marais. Mais du fait de l'exiguïté de la parcelle et de l'impossibilité d'acquérir de nouveaux terrains, il est finalement proposé en 1871 de ne construire qu'une école de filles à quatre classes.

Le projet tarde à sortir de terre, car il faut attendre le déménagement du muséum dans son nouveau palais en 1875 puis la démolition de l’ancien hôtel, pour entreprendre les travaux de l’école. Le chantier débute en avril 1876. L'école ouvre le 1er septembre 1877 : on y accueille notamment les élèves de l'ancienne école de la rue du Trépied devenue vétuste.

À l’image des autres écoles de même génération présentées dans l’atlas de l’Exposition universelle de Paris, l’école communale de Port-Communeau reprend le modèle des écoles républicaines. La façade donnant sur le quai de l’Erdre (actuel cours des 50 Otages) est traitée avec monumentalité.

Sur trois niveaux, elle présente une porte d'entrée centrale, surmontée d'un imposte ouvragé et des armes sculptées de la Ville ainsi que de l'inscription « École communale de jeunes filles » courant sur trois travées. Côté rue Saint-Léonard, l’entrée se veut plus discrète mais elle se distingue par l'inscription « École communale de jeunes filles », et à l'étage par un fronton aux armes de la Ville.

S’agrandir malgré le manque d’espace

Dans la décennie suivante, devant l'afflux d'élèves, la Ville ouvre une cinquième classe provisoirement hébergée dans une annexe. En 1888, elle procède à des travaux de surélévation du bâtiment principal pour l'accueil de la cinquième classe et à la construction d'un ouvroir.

En 1909, devis est fait pour l'aménagement d'une cuisine pour la cantine scolaire. En 1919, la commune fait l'acquisition d'un immeuble au 7 rue du Port-Communeau, permettant l'agrandissement de l'école, avec le projet d'un réfectoire et d'une nouvelle conciergerie. De nouveaux aménagements sont effectués entre 1926 et 1929. À cette date, l'école comprend onze classes.

En 1986, la Ville engage un important programme de restructuration dans un bâtiment qui n’avait que peu changé depuis l’entre-deux-guerres. Tout le rez-de-chaussée et le premier étage sont repris et agrandis d'une nouvelle extension comprenant des salles d'activités et une salle polyvalente.

Le nouveau bâtiment qui les accueille développe sur la cour, une composition de façade qui tout en utilisant un vocabulaire architectural et des matériaux contemporains, s'inspire du classicisme.

Le restaurant scolaire qui était encore dans les murs de l’école, est transféré rue Armand-Brossard, dans un immeuble situé à quelques dizaines de mètres de l'établissement.

Une rue, une école : un même nom

Depuis 1877, l'école a changé plusieurs fois de nom, au gré des dénominations des rues avoisinantes : elle fut baptisée école du Marais, école du Muséum, du quai d’Erdre, du Port-Communeau. En 1951, la rue du Port-Communeau devient la rue Léon-Blum, en hommage à l’homme politique, figure majeure du socialisme et du Front populaire, décédé quelques mois plus tôt. Comme auparavant, l’école prend le nom de la rue qui l’accueille.

En 2006, la Ville de Nantes fait apposer une plaque commémorative sur le mur de l’école, en hommage à Jean Rigollet, maçon de 24 ans tué le 19 août 1955, cours des 50 Otages, lors d'une manifestation ouvrière qui intervient après plusieurs mois de conflit au sein des chantiers navals, à Nantes et Saint-Nazaire. L’école la plus proche du drame, – les faits se sont déroulés à une dizaine de mètres –, devient le lieu de commémoration et symboliquement de transmission de la mémoire collective.

Irène Gillardot
Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2022



Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En bref...

Localisation : Léon Blum (rue) 5, NANTES

Date de construction : 1877

Auteur de l'oeuvre : Girard Françoise (artiste)

Typologie : architecture scolaire

En savoir plus

Documentation

Pages liées

Nom des écoles

Jean Rigollet

Dossier : Architecture et histoire des écoles publiques nantaises

Tags

Architecture scolaire, universitaire et de recherche Armoiries et décorations Centre Ville Laïcité École

Contributeurs

Rédaction d'article :

Irène Gillardot

Témoignage :

Chanoine Durville

Vous aimerez aussi

Roquio Le Chantenay

Les incontournables/ Société et culture/ Architecture et urbanisme

Le roquio Le Chantenay a fait toute sa carrière dans les eaux nantaises en assurant le transport des passagers entre les rives nord et sud de la Loire. Classé monument historique, il...

Contributeur(s) :Gaëlle Caudal

Date de publication : 25/02/2019

2562

Habitat de la Prairie-au-Duc

Architecture et urbanisme

Dès 1841, la nouvelle paroisse des ponts est créée sur la Prairie-au-Duc par ordonnance royale et la construction d’une église est entreprise. Toutefois, l’île n’est pas pour autant...

Contributeur(s) :Julie Aycard

Date de publication : 18/03/2021

1574

Modèles de pales d’hélice

Architecture et urbanisme

En 2000, la fonderie Atlantique Industrie, communément appelée Nantaise de Fonderies, confie à Nantes Métropole un ensemble d’objets liés à la fabrication des pales d’hélice. En collaboration...

Contributeur(s) :Gaëlle Caudal , Élise Nicole

Date de publication : 04/03/2024

360