Bandeau
Tailleuses nantaises au 18e siècle Benjamin Péret (1899 – 1959)

919

École élémentaire Ledru-Rollin et école maternelle Sarah Bernhardt


Le quartier sud de Nantes est resté longtemps sans école publique. Alors que les différents cantons de Nantes sont dotés en écoles dans les années 1870, il faut attendre la décennie suivante pour que le projet soit effectif dans le secteur de Saint-Jacques. Les écoles publiques Ledru-Rollin-Ripossière n’ouvrent qu’en 1888.

Les habitants de Nantes Sud réclament leur école publique !

En 1882, une centaine de signataires « habitant le quatrième canton de Nantes, ont l’honneur de vous exposer que jusqu’à présent, et malgré le nombre des écoles communales nouvellement construites dans la Ville, la partie rurale de ce canton s’en trouve complètement dépourvue. Ils viennent donc aujourd’hui, monsieur le maire, vous prier de vouloir bien faire construire une école de garçons et une école de filles, dans les environs du chemin de la Ripossière ou tout autre endroit qui permettrait aux habitants des villages de la Gilarderie, de Sèvres, du Lion d’Or, de la Côte Saint-Sébastien, des rues Dos d’Âne, Saint-Jacques de pouvoir envoyer leurs enfants à l’école, sans être obligés de leur faire parcourir plusieurs kilomètres matin et soir, comme ils l’ont fait jusqu’à ce jour ».

Cette pétition reçoit un écho favorable puisque le 13 février 1885, la municipalité décide de construire une école de garçons et une école de filles dans le quartier Saint-Jacques car « depuis longtemps déjà, les habitants de ce quartier réclament la construction de ces deux écoles (…). Afin de leur donner satisfaction, l’administration municipale a acquis de monsieur Garde un terrain d’une contenance de 3000 mètres carrés, situé à la rencontre de la rue Ledru-Rollin et du chemin de la Ripossière. Ce terrain qui se trouve placé au centre des groupes habités que les écoles sont appelées à desservir, a en outre l’avantage de permettre de séparer les entrées des écoles : l’une sur la rue Ledru-Rollin, l’autre sur le chemin de la Ripossière. La propriété de monsieur Garde est entièrement close de murs et elle renferme une petite habitation pour y établir le logement de l’un des instituteurs. (…) La construction de ces deux écoles, composées chacune de deux classes de 75 élèves, d’un préau couvert, d’un préau découvert, de water-closets, d’un logement pour le maître et d’un petit jardin clos donnera lieu à une dépense de 65 000 francs. »

1888 : ouverture des deux écoles publiques

La Ville achète un terrain de 3000 mètres carrés, à l'angle des rues Ledru-Rollin et Ripossière, au centre du quartier, à équidistance des lieux habités. Les travaux de construction ont lieu entre 1886 et 1887, les premiers élèves faisant leur rentrée scolaire en 1888. Les écoles de filles et de garçons comportent alors chacune deux classes, une cour avec préau, un logement de fonction pour l’instituteur ainsi qu’un logement de concierge pour l’ensemble.

La forme angulaire du terrain impose un plan spécifique pour les deux écoles de garçons et de filles, construites symétriquement de part et d’autre d’un axe central. Au centre, se trouvent les salles d'enseignement regroupées dans deux bâtiments parallèles d'un seul niveau, reliés par une galerie couverte servant de couloirs. L'élévation est constituée d'un soubassement enduit et dans sa partie supérieure d'une alternance de lits de brique et de pierre de taille, motif répandu dans l’architecture civile des années 1880.

Sous la corniche, de part et d'autre des portes d'entrée du bâtiment, se retrouve le monogramme républicain RF.

Les classes ouvrent sur des cours de récréation distinctes, autour desquelles sont disposés les bâtiments de direction et les logements ainsi que les préaux. Chaque école a son entrée latérale séparée, celle des garçons donnant sur la rue de la Ripossière, celle des filles sur la rue Ledru-Rollin.

Des écoles primaires en extension

La population ne cessant d'augmenter dans le quartier, il devient nécessaire dès 1898 d'agrandir l’école. Pourtant le projet est ajourné. En 1906, la situation est préoccupante : l’école de garçons reçoit 200 élèves, soit 67 de plus que l’année précédente, tandis que l’école de filles en accueille 178. Pour faire face à l’augmentation des effectifs, un terrain situé à l’arrière des écoles est acheté en 1908 au maraîcher Cassard. La campagne de travaux a lieu entre 1910 et 1912. Elle permet d’ouvrir deux classes supplémentaires par école et une classe enfantine.

Au cours des années 1930, un nouveau programme d'agrandissement de l’école de la Ripossière est lancé. Le programme prévoit la construction de deux classes supplémentaires afin de doter chaque école de huit classes ainsi que d’une infirmerie sur sous-sol à usage de cantines et offices. Les travaux d’agrandissement sont votés par le Conseil municipal en juillet 1929 et doivent être terminés pour la rentrée de Pâques 1932. Ces bâtiments sud seront à nouveau agrandis et reconstruits au début des années 1950, entraînant une modification profonde des élévations visibles du carrefour et une réorganisation complète des distributions intérieures.

Une école maternelle dans les années 1950 et les extensions après 1970

Il faut attendre 1956 pour que soit décidée la construction d’une véritable école maternelle, rattachée au groupe scolaire Ledru-Rollin-Ripossière. Donnant sur l’avenue Sarah-Bernhardt et située sur d’anciennes tenues maraîchères limitrophes de l’école élémentaire, elle ouvre ses portes en 1959. Construite dans le cadre d’une commande groupée, son architecture fonctionnelle et moderne renvoie à un modèle normé.

Le groupe scolaire s’étoffe, avec la réalisation d’un gymnase et d’un terrain de sports en 1970. Puis au début des années 1990, un restaurant scolaire commun aux écoles élémentaire et maternelle voit le jour, agrandi en 2013. Cette même année, est inauguré un centre de loisirs qui communique avec les bâtiments de l’école pour faciliter les passerelles pour les enfants fréquentant les deux structures.

Aujourd’hui le site est occupé par un ensemble de bâtiments de styles contrastés, illustrant près de 140 ans d’occupation.

Salomé Pavy, Irène Gillardot, Nathalie Barré
Direction du patrimoine et de l’archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole ; Archives de Nantes
2022

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En bref...

Localisation : Ledru-Rollin (rue) 47, NANTES

Date de construction : 1888

Typologie : architecture scolaire

En savoir plus

Bibliographie

Nantes Sud, entre mémoire et histoire, Bulletin n°7, 2013

Macé François, Les écoles primaires de Nantes, Nantes, ACMENELA, 2015

Documentation

Pages liées

Nom des écoles

Enseignement primaire

Dossier : Architecture et histoire des écoles publiques nantaises

Tags

Architecture scolaire, universitaire et de recherche Nantes Sud École

Contributeurs

Rédaction d'article :

Salomé Pavy, Irène Gillardot, Nathalie Barré

Vous aimerez aussi

Jacques Vaché et Jeanne Derrien

Personnalité nantaise

Jacques VACHÉ (Lorient, 1895 – Nantes, 1919) et Jeanne DERRIEN (Nantes, 1897 - Maubeuge, 1995) Jeune militaire blessé pendant la guerre, Jacques Vaché rencontre pendant sa convalescence...

Contributeur(s) :Chloé Voirin

Date de publication : 05/08/2019

2206

Niches et statuettes votives

Architecture et urbanisme

160 niches et supports sans niche ont été observés, sans être exhaustif, sur les façades d’habitation nantaises pour abriter une statuette qui représente le plus souvent la Vierge Marie,...

Contributeur(s) :Yves-Marie Rozé

Date de publication : 02/11/2021

4689

Ancien garage Citroën rue Alfred-Riom

Architecture et urbanisme

En 1985, l’annonce de la démolition du garage Citroën de la rue Alfred-Riom, fleuron du patrimoine industriel du 20e siècle, va provoquer un important mouvement de contestation. En...

Contributeur(s) :Philippe Bouglé , Tony Zampino , Jacqueline Rolland ...

Date de publication : 10/07/2019

3522