Contrie
Ecole Marcel Callo

Le cinéma Le Concorde situé boulevard de l'égalité, a fêté ses 100 ans en 2018. Un des rares cinémas de quartier toujours en place et bien connu des Nantais.

Les débuts du cinéma à Nantes

La première projection officielle à Nantes du cinématographe Lumière a lieu le 28 décembre 1895. Mais, pendant des années, ce sont les forains qui vont populariser cette nouvelle attraction. Le cinéma fait les riches heures des champs de foire, l’hiver place Bretagne, l’été sur les cours Saint-Pierre et Saint-André. Ce n’est qu’à partir de 1908 qu’il commence à se sédentariser. Les premières salles permanentes apparaissent en centre-ville : l’ « American Cosmograph » ouvre le 19 mars 1908 rue des Carmélites, le cinéma « Pathé » rue de l’Industrie et l’ « Apollo Théâtre » rue Racine en 1912, l’ « Omnia Dobrée » rue de Flandres en 1913, « Le Palace » rue Scribe en 1914.

Un cinéma de quartier

À Chantenay, l’ancienne conserverie Deffès de la Petite rue Danton est réputée avoir abrité la première projection cinématographique au tout début du 20e siècle. Mais c’est à quelques pas de là, à l’angle de la rue de la Convention et du boulevard de l’Égalité, dans la salle de danse Pellerin où des troupes locales donnent occasionnellement des représentations théâtrales, qu’un certain Labourdaize sollicite en septembre 1916 l’autorisation d’ouvrir « un petit cinématographe. (…) Étant mobilisé et père de six enfants en bas-âge, je souhaite cette faveur pour subvenir à nos besoins. » Pellerin, le propriétaire des lieux reprend l’idée à son compte et, le 2 février 1918, il inaugure une salle de mille places baptisée « Grand Cinéma National ». 

En 1931, un répertoire des cinémas nantais mentionne « Le National, boulevard de l’Égalité, appartenant à Mme Pellerin et exploité par elle-même ». Mais la salle ne compte plus que six cent cinquante places. En 1934, un changement de directeur occasionne un changement de nom, le cinéma devient alors « Le Moderne ».

org.nuxeo.client.objects.blob.FileStreamBlob cannot be cast to org.nuxeo.client.objects.user.User

Une salle Art et essai

A partir de 1946, le cinéma est dirigé par Noël Destombes, un commerçant du quartier, bien connu des Chantenaysiens. Ce dernier l’exploite en son nom propre pendant trois ans, date à laquelle l’établissement intègre la Société des cinémas modernes de l’Ouest jusqu’à sa reprise en 1973 par un indépendant, Claude Champmont. Il le rebaptise « Concorde », le dote de deux cent trente-cinq fauteuils-clubs et le transforme progressivement en complexe multisalles : trois salles au printemps 1977, une quatrième à l’été 1978. Le nouveau directeur personnalise le lieu en organisant des cycles, des festivals, des rétrospectives où il invite des figures du 7e art : Bernard Blier, Depardieu, Truffaut, Noiret, Resnais, Charles Vanel, Michèle Morgan…  En juillet 1984, Gérard Clochard, un ex-fonctionnaire des PTT passionné de cinéma, reprend les rênes du « Concorde », le modernise et confirme son orientation art et essai. 

org.nuxeo.client.objects.blob.FileStreamBlob cannot be cast to org.nuxeo.client.objects.user.User

Alors que tant de cinémas de quartier ont disparu, pas question de clap de fin pour la salle centenaire du boulevard de l’Égalité, qui a su évoluer et diversifier ses activités. 

Groupe mémoire
2013


Témoignage : Reprendre un cinéma…

« Être gérant de cinéma, c’est une opportunité qui s’est présentée au moment où j’avais envie de changer de métier. Avant, j’étais technicien aux PTT à Nantes. Le hasard a voulu, qu’à l’époque, des salles de cinéma étaient à vendre comme celle de Couëron...

Propos de Gérard Clochard recueillis par les Archives de Nantes et le groupe mémoire du quartier Dervallières- Zola en 2012 dans le cadre de la collection "Quartiers, à vos mémoires"

Témoignage : Un cinéma de quartier

« Le Moderne », c’était le cinéma du quartier. Monsieur Destombes programmait des films familiaux. J’y allais toute seule le dimanche. Ma mère et ma tante allaient voir des films le samedi et elles me donnaient l’autorisation d’y aller le lendemain si...

Propos de Eliane Barazer recueillis par les Archives de Nantes et le groupe mémoire du quartier Dervallières - Zola en 2012 dans le cadre de la collection "Quartiers, à vos mémoires"


En bref...

Localisation :

Egalité (boulevard de l') 79, NANTES

Auteur de l'oeuvre :

Ménard, René et Ferré, Maurice (architectes reconstruction partielle 1934 - 1937)

Typologie :

architecture de culture recherche sport ou loisir

Tags

En savoir plus

Bibliographie

Archives municipales de Nantes, Autour de la place Emile-Zola, Ville de Nantes, Nantes, 2013 (coll. Quartiers à vos mémoires)

Aumont, Yves, Daguin, Alain-Pierre, Les lumières de la ville : Nantes et le cinéma, 2e éd. rev. et augm., L'Atalante, Nantes, 1995

Pages liées

Cinéma Pax

Salles de cinéma

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Philippe Bouglé

Témoignage :

Gérard Clochard ,  Eliane Barazer

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.