Bandeau
Tramway Industriels

1406

1% artistique à la Manufacture des tabacs


En 1974, la SEITA (Société d'Exploitation Industrielle des Tabacs et des Allumettes) déménage sa production de tabacs de la manufacture du boulevard de Stalingrad vers sa nouvelle usine à Carquefou. La municipalité d’Alain Chénard décide alors de réhabiliter les anciens bâtiments industriels. Dans le cadre du dispositif du 1 % artistique dans la construction publique qui vise à promouvoir la création, plusieurs œuvres sont retenues en 1983 : un ensemble de sculptures réalisées par Gaston Watkin et Jacques Raoult ainsi qu'une exposition de photographies et d’artefacts du groupe d'artistes Boltanski, Fleisher et Vailhen.

Les sculptures en acier de Gaston Watkin

Gaston Watkin réalise deux œuvres dont une seule subsiste de nos jours dans le jardin des associations. Les compagnons de travail, une sculpture monumentale faite d’un alliage de cuivre et de tiges d'acier, représente deux chevaux harnachés, suivis par leur cocher. A contre-courant du groupe équestre traditionnellement utilisé en sculpture pour magnifier des faits guerriers glorieux, Gaston Watkin représente l'homme et les animaux unis dans une tâche commune. Il souhaite avec ce groupe équestre « exprimer la paix et le travail. » Dans son dossier de candidature, l'artiste présente son projet en ces termes :  « Les expressions populaires telles que : "donner un coup de collier", "blanchir sous le harnais", "s’atteler à une tâche", "travailler comme une bête de somme", etc. m’ont amené à imaginer ce groupe de deux chevaux de travail et de leur cocher, liés par le harnais de trait complet : colliers, bridons, mors, rênes, dossières, croupières, ... »  

Sculpture  <i> Les Compagnons du travail </i>  à la Manufacture des Tabacs

Sculpture   Les Compagnons du travail   à la Manufacture des Tabacs

Date du document : 1983

Jules Durand, la seconde sculpture réalisée en tiges d'acier, se situait devant l'entrée de la médiathèque. En 1990, la municipalité décide de démonter cette œuvre jugée trop fragile qui représente Jules Durand, un militant syndicaliste révolutionnaire originaire du Havre. Le cours situé devant la médiathèque porte son nom.

Gaston Watkin travaillant sur sa sculpture  <i> Jules Durand </i>  à la Manufacture des Tabacs

Gaston Watkin travaillant sur sa sculpture   Jules Durand   à la Manufacture des Tabacs

Date du document : 1983

Les sculptures de Jacques Raoult

« Le personnage, placé dans une attitude légèrement désinvolte, solidement campé, le poing sur la hanche, semble interroger le passant gravissant le podium ». Telle est la description qu'en fait le sculpteur Jacques Raoult lorsqu'il crée La Cigarière. Place de la Manu, il rend hommage aux ouvrières de la manufacture avec cette sculpture en bronze et alliage de fer. Sur le socle, réalisé en béton, tuffeau et granit, reposent des fragments de machines et des éléments des anciens bâtiments de la Manu.

Sculpture  <i> La Cigarière </i>  de Jacques Raoult à la Manufacture des Tabacs

Sculpture   La Cigarière   de Jacques Raoult à la Manufacture des Tabacs

Date du document : 14/02/2011

La Petite fille est une sculpture en bronze mesurant pas moins de deux mètres de hauteur avec son socle. Elle est située à la limite du jardin de la crèche contemporaine. Véritable symbole de l'histoire passée du lieu, elle rappelle davantage la vie du quartier, forgée autour de l'activité de la Manu. En effet, pour permettre aux ouvrières de travailler, une première crèche fut ouverte sur le lieu de travail. Avec cette œuvre plus intimiste, l'artiste a voulu créer « une relation entre l'espace fermé du jardin de la crèche et l'espace public extérieur ». Le sculpteur ajoute une dimension plus personnelle à son œuvre puisque ce n'est autre que sa fille Hélène, alors âgée de cinq ans, qu'il prend comme modèle.

Sculpture  <i> La petite fille </i>  de Jacques Raoult à la Manufacture des Tabacs

Sculpture   La petite fille   de Jacques Raoult à la Manufacture des Tabacs

Date du document : 1983

L'exposition photographique et les vitrines muséologiques

Les artistes Christian Boltansky, Alain Fleisher et Bernard-Xavier Vailhen proposent une intervention sur la mémoire du lieu. Leur intention est de « […] garder mémoire et faire bénéficier un espace bâti rénové de l’émotion que procure une trace humaine résultat de millions de gestes et d'instants vécus ». Pour cela, ils installent à différents endroits des bâtiments réhabilités de la Manu douze vitrines muséologiques présentant des fragments d'architecture et de décors de l'ancienne usine. Il s'agit plus précisément d'éléments renvoyant à l’histoire du lieu tels que des inscriptions, des marques d'usures, des commandes ou des éléments d'architecture de l'ancienne usine, placés sous des plaques de plexiglas ou de verre. Un éclairage met également en relief ces vestiges.

Détails d’une photographie de mécanicienne de la Manufacture des Tabacs

Détails d’une photographie de mécanicienne de la Manufacture des Tabacs

Date du document : 14/02/2011

Ils exposent également sept reproductions de photographies d'archives, présentant principalement des ouvriers à différents endroits de la manufacture. Ces photographies sont agrandies et recadrées de manière à ne montrer qu'un détail du cliché d'origine.

Anaïs Mailet, Aurélie De Decker
Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2018

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Pages liées

Manufacture des tabacs

Alain Chénard

Ouvriers de la Manufacture des tabacs

Tags

Architecture industrielle Art Malakoff - Saint-Donatien Reconversion

Contributeurs

Rédaction d'article :

Anaïs Mailet, Aurélie De Decker

Vous aimerez aussi

Enseignes

Société et culture

Entendues au sens de nom d’un magasin, et non pas à celui, matériel mais aujourd’hui désuet, du panneau suspendu perpendiculairement à la façade, les enseignes contribuent à faire une...

Contributeur(s) :Alain Croix

Date de publication : 22/02/2022

2127

Pont de Pirmil (4/4)

Architecture et urbanisme

Achevé en 1745, l’oeuvre de Jacques-Ange Gabriel remplit son office pendant tout le 19e siècle.

Contributeur(s) :Julie Aycard

Date de publication : 18/11/2021

2067

Maison ouvrière des Batignolles

Architecture et urbanisme

Fin du 20e siècle : le quartier nantais des Batignolles voit disparaître le patrimoine qui rappelle son passé ouvrier. Les habitants poussent la municipalité à bâtir la réplique d’une...

Contributeur(s) :Louis Le Bail

Date de publication : 08/04/2019

4632