Bandeau
Nantes la bien chantée : Ah ! Les civelles ! Jacques Viot (1898 – 1973)

3073

Vezon


Le Vezon est un voilier de type dériveur construit par le chantier Blasse en 1887. Rapide, il est récompensé lors de nombreuses régates. En 1936, il est acquis par la famille Aubin qui en reste propriétaire jusqu’en 2014, date à laquelle elle en fait don à la Ville de Nantes.

En 1886, l'industriel Louis-Arthur Levesque fait l’acquisition d’un bateau déjà ancien mais toujours révolutionnaire : Rigolboche, construit en tôles de fer par le chantier Dubigeon en 1859. Ce bateau est un « flat-boat » de 8 mètres de long, très large, très plat et muni d’une dérive mobile, technique alors inconnue en Europe. Enthousiasmés par les performances de Rigolboche rebaptisé Viviane, ses frères Rogatien et Jules commandent au chantier Blasse en 1887 deux dériveurs en fer, pratiquement identiques : Vezon et Tracassin. Si le Vezon navigue encore aujourd’hui, Tracassin disparaît des registres en 1901.

La construction de Vezon au chantier Blasse 

La construction de Vezon s’est effectuée la quille en l’air, sur une carcasse de gabarits en bois ; la coque est bordée de trois tôles d'acier de 2 millimètres d'épaisseur de chaque bord, façonnées au marteau avant leur mise en place ; elles se chevauchent et sont assemblées à l’aide de plusieurs centaines de rivets espacés de trois centimètres. Le rivetage devant se faire à chaud pour obtenir un meilleur serrage des tôles au refroidissement, les rivets étaient passés d’abord au brasero. À noter qu'il n'y a aucun calfatage. 

La qualité de la construction est remarquable puisque les têtes de rivets sont pratiquement invisibles de l'extérieur. La coque a ensuite été galvanisée à chaud. Les renforts sont constitués de quelques cornières également rivetées. Six caissons en tôle de 75 litres chacun renforcent la structure tout en servant de réservoirs étanches pour maintenir le bateau à flot en cas de chavirage. La dérive en acier de 30 kilogrammes est pivotante. Comme c'est l'habitude à cette époque pour les bateaux de rivière, Vezon est extrêmement voilé (30,60 mètres carrés), avec une immense grand voile houari dont la vergue de six mètres est presque verticale et un foc amuré à l’extrémité d’un bout-dehors recourbé dépassant l'étrave de 1,80 mètre.

 <i>Vezon</i>  devant la Rizerie Lesvesque

 Vezon  devant la Rizerie Lesvesque

Date du document : 1893

Quelques régates de Vezon

Quoiqu'on puisse au premier abord le considérer comme un simple canot, la carène de Vezon se révèle à un examen plus attentif extrêmement fine et parfaitement conçue pour une grande vélocité, supérieure à bien des constructions classiques de son époque. Le palmarès et les nombreuses médailles obtenus en régate dès sa mise à l'eau en témoignent. Vezon est un concurrent redouté qui rafle bien des prix ...quand il ne chavire pas tant il est surtoilé ! C'est naturellement sur l'Erdre que Vezon navigue le plus souvent, disputant les régates du Sport Nautique de l'Ouest ou du Cercle Nautique de l'Erdre, mais il est aussi assidu sur la Loire aux régates annuelles de Trentemoult.

Ainsi, lors des régates de Trentemoult le 21 juin 1891, par un temps splendide et une jolie brise, dans la série au dessous de 1 Tx, Vezon gagne le premier prix devant Tracassin et Andrea. Le 30 septembre 1900,  aux régates de fin de saison du Cercle nautique de l'Erdre à Gachet, les trois premiers sont Galopin, Vezon et Tracassin.
Après 1907, les jauges de course écartent des régates ce bateau déjà ancien, et Vezon se borne désormais à la promenade. 

L’acquisition par Baptiste Aubin en 1936

En 1936, Vezon est acquis par le célèbre constructeur Baptiste Aubin qui le restaure dans son chantier au pont de la Tortière. Il transforme ce voilier de régate survoilé en un bateau plus sage pour naviguer sur l’Erdre en famille. La surface de voilure est réduite d'un tiers, le mât est reculé, tandis que le bout-dehors est fortement diminué d'un bon mètre. Par ailleurs, s'inspirant sans doute du plan de pont du Tracassin, le sister-ship de Vezon, il met en place un pontage qui réduit encore le risque de chavirage, et offre aussi aux équipiers une confortable position assise. 

 <i>Vezon</i>  devant les chantiers Aubin

 Vezon  devant les chantiers Aubin

Date du document : 20e siècle

La guerre n'épargne pas Vezon qui est volé devant le chantier par les occupants ! Mais les jeunes fils Aubin se chargent de le récupérer nuitamment pour le cacher dans les marais.

Dans la foulée de Brest 92 et de l'incroyable engouement pour le patrimoine maritime suscité par cette imposante manifestation, Paul Aubin entreprend une superbe et complète restauration du bateau qui entraîne le 29 mai 1997 le classement de Vezon en tant que Monument historique dans sa version actuelle.

 <i>Vezon</i>  après restauration

 Vezon  après restauration

Date du document : 2017

La Ville de Nantes, propriétaire du bateau

Pour assurer l'avenir de ce bateau exceptionnel, Marie-Anne Aubin prend en janvier 2014 la décision généreuse d'en faire donation à la Ville de Nantes, à charge pour celle-ci ainsi qu'à l'Association Cercle de la Belle Plaisance Nantaise, de l'entretenir et de le faire naviguer.

 <i>Vezon</i>  après sa restauration

 Vezon  après sa restauration

Date du document : 10-05-2018

En 2017, la Ville de Nantes entreprend la restauration du bateau avec notamment des interventions sur la coque et le pont. La coque retrouve son noir d’origine en remplacement du gris apposé par Baptiste Aubin. Le Vezon restauré est inauguré le 2 septembre 2017 lors des Rendez-vous de l’Erdre au Sport nautique de l’Ouest à Carquefou, son club historique. Plusieurs membres de la famille Lesveque étaient présents pour cette remise à l’eau. Bruno Levesque, vice-champion du monde de voile en 1972, a pris la barre pour une première régate en compagnie de Vétille. Le bateau est depuis présent dans les rassemblements du patrimoine maritime.

François Puget
2018



Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Bibliographie

Puget François, « Le Vezon et son sister-ship Tracassin, 1887 », dans Yachting : histoire des yachts en fer : Nantes 1850-1902, Locus Solus, Châteaulin, 2017, p. 125-135

Webographie

Fiche Bateau du patrimoine sur le « Vezon » Lien s'ouvrant dans une nouvelle fenêtre

Page Facebook de Vezon Lien s'ouvrant dans une nouvelle fenêtre

Pages liées

Nautisme

Vétille

Tags

Bateau Chantier naval Monument historique Restauration Sport

Contributeurs

Rédaction d'article :

François Puget

Vous aimerez aussi

Michel Noury (1912 - 1986)

Personnalité nantaise

Michel Noury, est l’un des plus authentiques et des plus originaux artistes de la peinture nantaise.

Contributeur(s) :Frédéric Rivière de Précourt , David Guy-André , Norbert Lelubre ...

Date de publication : 10/02/2022

1992

Lorsque la Ville inaugure la Bourse du travail le 13 janvier 1923, les organisations syndicales attendent depuis plus d’une décennie de pouvoir intégrer les lieux. C’est que le projet...

Contributeur(s) :Xavier Nerrière

Date de publication : 06/09/2019

1737

Dans la ville de Nantes Il y a des ouvriers Qui bossent comme des dingues Et n’ont pas d’quoi bouffer Au mois de mai à Nantes Ils ont tous débrayé Ils ont pris leurs usines Et les ont...

Contributeur(s) :Texte anonyme

Date de publication : 23/09/2020

980