Bandeau
Jean Sarment (1897 – 1976) et Le Groupe de Nantes Moulins de la chaussée de Barbin

856

Société Académique de Nantes et de Loire-Atlantique


L’Institut départemental des Sciences et des Arts naît le 18 août 1798, sur le modèle de son aîné l’Institut national, créé par la Convention nationale en 1795.

Un institut héritier des Lumières

Les 31 hommes à l’origine de sa création portent les idéaux du siècle des Lumières qui s’achève. On y compte des noms familiers des Nantais comme Mathurin Crucy, Pierre-Louis Athénas, Guillaume-François Laënnec, Jean-Baptiste Darbefeuille, Julien-Anne Fouré, Pierre-Marie Renou, François-René Dubuisson, Louis Huette… Les professions médicales sont majoritaires. Les premières séances de l’Institut se tiennent d’ailleurs à l’amphithéâtre Saint-Côme de l’école de chirurgie, près de l’église Saint-Léonard, à Nantes. Les fondateurs y prônent un idéal de savoir encyclopédique symbolisé par l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert dont ils sont héritiers : un savoir partagé devant réduire les inégalités, une vision pluridisciplinaire du monde.

L’Institut, qui s’attache à développer une approche aussi bien théorique que pratique, s’organise ainsi en trois classes : les sciences mathématiques et physiques, dont le secrétaire est Athénas, directeur de la monnaie ; les sciences morales et politiques, dont le secrétaire est Huet de Coëtlisan, secrétaire général du Département ; et la littérature et les beaux-arts, dont le secrétaire est Pierre-Marie Renou, médecin. En 1799, le bureau est officiellement constitué : Olivier de Gay, ingénieur de marine, est président ; Guillaume-François Laënnec, médecin, est secrétaire général ; François Blanchard de la Musse, littérateur, est trésorier.

Affiche de la séance du centenaire de la Société Académique de Nantes et de Loire-Inférieure

Affiche de la séance du centenaire de la Société Académique de Nantes et de Loire-Inférieure

Date du document : 1899

Une société inscrite dans la vie de la cité

Témoin des événements politiques de son temps, l’Institut départemental des Sciences et des Arts est aussi impacté par les nombreux changements de gouvernements qui se succèdent au cours du 19e siècle. Dissout en 1815, il renaît le 28 janvier 1819 sous le nom de Société Académique de la Loire-Inférieure. À partir de cette date, les membres de la Société se donnent pour objectif de s’investir de façon plus prégnante dans la vie de la cité, dans une volonté de promotion de progrès technique et social. Ils y parviennent en accompagnant par leurs actions la vie intellectuelle, culturelle et scientifique de Nantes, de la poésie à l’archéologie, en passant par la philosophie, la peinture, la musique, la gravure, la géologie, l’agriculture… Portée par de nombreux érudits locaux et autres savants étrangers, la Société Académique se spécialise peu à peu en quatre sections pour appuyer ses travaux de recherche : la médecine ; l’agriculture, le commerce et l’industrie ; les lettres, sciences et arts ; enfin, les sciences naturelles.

Sa renommée toujours grandissante, la Société Académique publie ses Annales dès 1831 et se donne ainsi plus de visibilité.

1er volume des Annales de la Société Académique du département de Loire-Inférieure

1er volume des Annales de la Société Académique du département de Loire-Inférieure

Date du document : 1831

Elle insuffle également la création de sociétés nouvelles comme la Société industrielle et crée même un comité médical. Ses travaux donnent naissance à la Société de Géographie, à la Société d’Horticulture, ou encore à la Société des Sciences naturelles de l’Ouest à la fin du 19e siècle. En 1877, elle est reconnue d’utilité publique, marque de haute estime de l’administration centrale. À partir de 1894, elle se lance dans l’organisation de conférences publiques qui se tiennent alors dans les salles de la Société des Beaux-arts.

Valoriser l’histoire et les mémoires locales

Le 20e siècle voit s’essouffler l’action de la Société Académique telle que définit par les fondateurs. Mise en sommeil pendant la première moitié du siècle en raison des deux guerres mondiales, elle se réorganise après-guerre et oriente son action vers la valorisation du patrimoine nantais et de Loire-Atlantique, et la collecte d’une mémoire collective.

Carte de l’exposition Nantes en tête proposée en 2013 par la Société Académique de Nantes et de Loire-Atlantique au Musée de l’Imprimerie

Carte de l’exposition Nantes en tête proposée en 2013 par la Société Académique de Nantes et de Loire-Atlantique au Musée de l’Imprimerie

Date du document : 2013

Son activité embrasse aujourd’hui plus largement les idéaux d’éducation populaire et de démocratisation du savoir en maintenant la publication des Annales, devenues Neptuna, en organisant des conférences, des remises de prix d’histoire et de poésie, ou encore des expositions.

Société Académique de Nantes et de Loire-Atlantique
2022

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Pages liées

Littérature

Pierre Louis Athénas

Tags

Littérature Peinture, art graphique Personnalité nantaise Science et technique

Contributeurs

Rédaction d'article :

Société Académique de Nantes et de Loire-Atlantique

Vous aimerez aussi

École paroisse Sainte-Madeleine

Architecture et urbanisme

Avant la création de la paroisse Sainte-Madeleine, les enfants du faubourg des Ponts, qui fréquentent les écoles privées, doivent traverser le pont de la Madeleine. C'est en effet le...

Contributeur(s) :Nathalie Barré , Joëlle Granier ; Catherine Girault

Date de publication : 26/01/2023

881

Séminaire

Société et culture

En 1649, l’évêque Gabriel de Beauvau, prélat réformateur, fait appel à la Compagnie des prêtres de Saint- Sulpice fondée à Paris en 1642 par Jean-Jacques Olier pour créer le nouveau...

Contributeur(s) :Marcel Launay

Date de publication : 26/10/2020

1508

Toutes-Aides

Architecture et urbanisme

Ce quartier au nom étrange et à la sonorité exotique s’organise autour d’une église au style incertain figée dans la digestion lente d’une antique chapelle à demi dévorée. Celle-ci...

Contributeur(s) :Jean Bourgeon , Georges Gayrard

Date de publication : 09/11/2020

5467