Bandeau
Henri Michel (1947-2018) Stade Marcel-Saupin

3517

Nantaise de Fonderies


La Société de fonderie de fer et fonte est créée en 1895 par les frères Babin-Chevaye, fils du dirigeant et fondateur des Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL). D’abord installés sur l’île Gloriette, ils transfèrent en 1905 leur activité rue Dorgère sur la future île de Nantes. Ils sont alors spécialisés dans la robinetterie et la fabrication de vannes.

L’âge d’or des fonderies

En 1918, l'entreprise s'agrandit et une nouvelle société est créée : la Société nantaise de construction mécanique et de fonderies réunies et de construction mécanique, plus connue sous le nom de Nantaise de Fonderies. En 1937 avec le percement en cours de l'actuel boulevard des Martyrs, l’entreprise « glisse » vers l'est avec la création d'une fonderie de cuivre liée à la construction navale. La société se dote d'un four réverbère d'une capacité de 20 tonnes, ce qui la place parmi les premières fonderies françaises. La fonderie de cuivre se spécialise dans la fabrication d'hélices de bateau en alliage cupro-aluminium, alliage déposé sous le nom de « Nantial ». C'est avec cet alliage que sont fondues les hélices du paquebot France.

Façade de la nantaise de fonderie, boulevard des Martyrs Nantais de la Résistance

Façade de la nantaise de fonderie, boulevard des Martyrs Nantais de la Résistance

Date du document : 10-06-1947

Les reprises successives

Après de nouveaux agrandissement en 1952 et dans les années 1960, la Nantaise de Fonderies est touchée par la crise pétrolière et le recul de la construction navale en France et en Europe. En 1977, c'est le dépôt de bilan. Après diverses tentatives de reprise, le groupe britannique Langham Industrie, et sa filiale française, la Fonderie phocéenne à Marseille, reprend la société en ne gardant que l'activité « fonte de cuivre ». Cette activité est largement soutenue par le ministère de la Défense (Direction des Constructions Navales – DCN) puisque l'entreprise est la seule en France capable de fondre des hélices pour des grands bâtiments comme ce fut le cas pour les porte-avions Le Foch et Le Clemenceau.

En 1989, suite à la baisse d'activité Langham industrie cesse ces activités en France et l'entreprise devient Fonderie de l’Atlantique sur l'impulsion de salariés repreneurs. En mars 2000, la société est reprise par les Bronzes Industries et devient Fonderie Atlantique Industrie.

Intérieur de la Nantaise de fonderie

Intérieur de la Nantaise de fonderie

Date du document :

    Dans le contexte du projet urbain de l'Île de Nantes, la fonderie déménage en 2000-2001 dans les bâtiments de l'ancienne centrale électrique de Chantenay.

Le réaménagement du site : le jardin des Fonderies

Lors de la liquidation en 1980, les ateliers mécanique, modelage et les bureaux sont détruits. En 1987, le terrain est cédé à la Société industrielle des Automobiles de l'Ouest, qui y installe un garage Peugeot. Ce dernier est détruit en 2015 pour laisser la place à des immeubles.

Construction du jardin des fonderies

Construction du jardin des fonderies

Date du document : 08-02-2006

En 2009, l’ancien site des fonderies fait l'objet d'une restructuration d'ensemble qui s’articule autour du jardin des Fonderies. Conçu par le cabinet Doazan-Hirschberger, ce jardin de 3200 mètres carrés prend place sous les halles des anciennes fonderies réhabilitées. Il rassemble des végétaux exotiques, évocateurs des voyages au long court des navires nantais.

Jardin des fonderies

Jardin des fonderies

Date du document : 30-09-2012

Les traces patrimoniales

Des trois halles construites en 1924, 1937 et 1954, seules les parties de 1937 et 1954 ont été conservées partiellement. Elles ont été restaurées, peintes et couvertes en partie de bacs aciers et de plaques polycarbonate.

Jardin des fonderies, four de l'ancienne usine de la Nantaise de fonderie

Jardin des fonderies, four de l'ancienne usine de la Nantaise de fonderie

Date du document : 30-09-2012

Les fours d’une capacité de fonte de 6, 12 et 20 tonnes ont été également restaurés. Dotés d’une voûte intérieure de briques, ils concentraient la chaleur par réverbération, assurant ainsi la fusion des minerais. Le métal liquide alimentait des fosses circulaires où étaient coulées les hélices, soit de façon monobloc, soit élément par élément, pale par pale. Les fosses, encore visibles, ont été plantées de roseaux.

Gaëlle Caudal
Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2021



Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En bref...

Localisation : Louis Joxe (rue), NANTES

Date de construction : 1937

Typologie : architecture industrielle

Style dominant : Architecture industrielle

En savoir plus

Bibliographie

Archives de Nantes, Le quartier des Ponts, coll. Quartiers, à vos mémoires, Nantes, 2021

Rochcongar, Yves, Capitaines d'industrie au XXe siècle, éd. Coiffard, Nantes, 2018

Pages liées

Ancienne centrale électrique de Chantenay

Fonderies

Métallurgie

Dossier : Patrimoine industriel (2ème volet)

Tags

Architecture industrielle Beaulieu-Mangin Jardin public Métallurgie

Contributeurs

Rédaction d'article :

Gaëlle Caudal

Témoignage :

Robert Letoux

Vous aimerez aussi

Un marin exprime ses regrets d’avoir embarqué à bord d’un navire commandé par des officiers tyranniques. Le voyage vers La Nouvelle-Calédonie décrit l’âpreté de la vie des marins.

Contributeur(s) :Hugo Aribart

Date de publication : 21/08/2019

1363

Étudier l’architecture des écoles primaires publiques de Nantes, c’est s’attacher à un patrimoine du quotidien qui concerne chacun d’entre nous. Ancienne ou moderne, l’école, quelle...

Contributeur(s) :Irène Gillardot

Date de publication : 24/01/2023

766

En dépit des résultats obtenus à la suite des premiers travaux d’endiguement initiés par Magin, les problèmes d’accessibilité du port de Nantes demeurent, autant pour la navigation...

Contributeur(s) :Julie Aycard , Julien Huon

Date de publication : 15/02/2021

1139