Situé dans le quartier Hauts-Pavés – Saint-Félix le marché couvert de Talensac, lieu d'approvisionnement bien connu des Nantais est aujourd'hui le plus ancien et l'unique marché couvert de Nantes. Lieu de convivialité, au cœur de la gastronomie nantaise il est ouvert 6 jours sur 7 (fermeture le lundi) jusqu’à 13h30.  D’importants travaux au début des années 2000 ont permis une remise aux normes de cet équipement municipal. 

Un marché construit sur le site des abattoirs 

Le 8 janvier 1937,  Auguste Pageot, maire de Nantes de 1935 à 1940, inaugure le marché couvert de Talensac, situé sur un terrain acheté par la ville en 1810 et initialement occupé par les abattoirs de 1829 à 1933. La réalisation de ce marché est permise par le transfert des abattoirs à Pirmil pour des raisons d'hygiène et de nuisances liées à cette activité en centre-ville. Les marchés extérieurs existant alors à proximité sont supprimés (Feltre, Saint Similien et Talensac -le long des abattoirs-) et les commerçants sont invités à rejoindre le nouveau bâtiment et ses abords. 

Non-Autoris�

Non-Autoris�

En décembre 1993, l'appel à projet pour la construction est ouvert par la municipalité, douze projets sont déposés par des entreprises de bâtiments et travaux publics. Le 25 mai 1934, le conseil municipal retient le projet de MM. Vié et fils et Desfontaines architectes et de l'Entreprise Jean Le Guillou, constructeur, pour un prix global et forfaitaire de 2 800 000 francs et une durée de chantier de 24 mois. 

Commencés en juin 1934, les travaux de construction -retardés par les grèves nationales de 1936-  sont accompagnés d'importants travaux de voirie sur les rues Talensac et Basse-Porte. Des platanes sont également plantés pour border la place élargie et les becs à gaz sont remplacés par de hauts lampadaires électriques.

Non-Autoris�

Une architecture remarquable 

Considéré comme l'un des derniers vestiges nantais de l'architecture « béton » des années 1930, le bâtiment est labellisé « Patrimoine du XXe siècle » en 2014.
Long de 160 m et large de 16 m, le marché possède un sous-sol de 1 145 m² qui permettait initialement aux commerçants d'avoir des caveaux (glacières) individuels. L'ossature en béton armé et la couverture parabolique du bâtiment dégagent totalement l'espace central. La pose d’un enduit bitumineux noir sur le toit -prouesse technique pour l’époque- en assure son étanchéité. Dix portes, dont sept de plain-pied, assurent l'accès à la halle qui s’étend sur trois niveaux pour répondre à la pente naturelle du terrain. Un auvent de neuf mètres de large se déploie sur le pourtour du vaisseau central. 

Non-Autoris�

Un grand marché central avec plusieurs espaces de ventes 

Le bâtiment et l’aménagement du marché sont définis par Léopold Cassegrain, maire de 1929 à 1935 : « L'emplacement laissé libre par les abattoirs sera aménagé en vaste esplanade comprenant, à l'extrémité Ouest, du côté de la rue Bel Air, une partie couverte et fermée garnie de tables et affectée à la boucherie et à la charcuterie et, sur le reste de la surface, un large terre plein pour moitié couvert et pour moitié en plein air où s'installeront les marchands de légumes et de poissons et les petits producteurs. »

Les étals à l'intérieur, sont donc initialement, réservés aux bouchers et charcutiers et ce jusqu’en 1967. Cette année-là, des travaux sont réalisés et désormais crémiers, boulangers-pâtissiers et poissonniers peuvent avoir un étal à l’intérieur. 

En 1975, un projet d’espace commercial doublé d’un parking de 500 places menace le bâtiment  de destruction. Un comité de défense est mis en place par les commerçants du marché de Talensac, ils s’opposent à ce projet sur plusieurs points et notamment refusent la réduction de la surface dévolue au marché matinal quotidien. La municipalité abandonnera finalement le projet. 

Aujourd’hui les étals sont d’une grande variété et aussi nombreux à l’intérieur qu’à l’extérieur : jusqu’à 170 commerçants au total peuvent y vendre leurs produits. 
S’y trouvent : poissonneries, boucheries, crémeries-fromageries, boulangeries-pâtisseries, marchands de fruits et légumes, fleuristes, une presse-librairie sans oublier les artisans, vendeurs de vêtements, bijoux, chaussures et autre articles de confection. 
Concierge et placière veillent sur le bon fonctionnement du marché. Pour les commerçants non-abonnés c’est le tirage au sort pour le placement avec les jetons de la placière. 

Le marché a fêté en 2017 ses 80 ans, de nombreuses animations ont été proposées aux Nantais et notamment l’exposition de tirages photographiques grand format présentant les portraits des commerçants et des vues du marché depuis sa construction issues des documents conservés aux Archives de Nantes. Des visites patrimoniales grand publics et scolaires ont permis de découvrir l’histoire de ce lieu depuis les abattoirs jusqu’au fonctionnement actuel du marché. 

Groupe Mémoire
2018

Marché de Talensac en images

En bref...

Localisation :

Talensac (rue) ; Bel-Air (rue) ; Basse-Porte (rue) ; Jeanne d'Arc (rue), NANTES

Date de construction :

1937

Auteur de l'oeuvre :

Vié (architecte) ; Desfontaines (architecte) ; Le Guillou (entrepreneur)

Typologie :

architecture artisanale, commerciale et tertiaire

En savoir plus

Bibliographie

Association Nantes Talensac, L'histoire du marché de Talensac de la Révolution à nos jours, vue par les habitants du quartier de l'association Nantes Talensac, à partir des plans et photos des Archives municipales de Nantes, Association Nantes Talensac, Nantes, 2007

Bienvenu, Gilles, « Dictionnaire du patrimoine. Talensac (Marché de) », Place publique Nantes Saint-Nazaire, n°38, mars-avril 2013, p. 74-75

Bloyet, Dominique, Blondeel, Cédric (ill.), Talensac : le bonheur est au marché, Association des commerçants, Nantes, 2017

Pages liées

Marché de Zola

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Delphine Gillardin