Bandeau
Conditions de travail aux Anciens Chantiers Dubigeon Saupiquet

1931

Centre de vacances d'Aulon


À la sortie de la guerre, le curé de la paroisse Sainte-Madeleine, Raoul Boutet, crée une colonie de vacances dans les Pyrénées afin d’emmener les enfants du quartier des Ponts à la montagne. Implantée dans la vallée d’Aure, cette dernière se déploie progressivement sur cinq villages afin de pouvoir accueillir chaque été plus de 1000 jeunes Nantais.

 

Photographie souvenir d’une excursion au sommet du pic de Montfaucon

Photographie souvenir d’une excursion au sommet du pic de Montfaucon

Date du document : 07-1957

Les premiers départs

Le 25 juillet 1945, 130 enfants découvrent le village d’Aulon, à moitié vidé de ses habitants et dans lequel les maisons abandonnées ont été aménagées pour accueillir les premiers colons. L'année suivante, 250 petits Nantais sont de l'aventure. Garçons et filles sont alors séparés : les garçons restent à Aulon, les filles sont accueillies à Gouaux. En 1947, l'effectif croît à nouveau avec 400 inscrits. Les adolescentes sont hébergées dans un troisième village : Lançon.

Carte de la vallée d'Aure publiée dans le catalogue de présentation de la colonie

Carte de la vallée d'Aure publiée dans le catalogue de présentation de la colonie

Date du document : 1955

Mieux structurée, l’association Centre de Vacances d'Aulon établit son siège dans les locaux de la paroisse au 10, rue La-Tour-d’Auvergne. En 1948, afin de mieux organiser le ravitaillement, l’intendance générale, dénommée le Nid d'Aure, est installée dans un quatrième village : Guchen. En 1951, la colonie prend définitivement ses quartiers dans la vallée d'Aure avec l'ouverture d'un cinquième centre dans le village d'Ousten pour accueillir les plus jeunes garçons. Dix ans après sa création, l’augmentation continuelle des effectifs nécessite d’adapter chaque année les locaux dans les différents villages : acquisition de baraquements, de terrains et construction de nouveaux bâtiments.

Baraquements de la colonie de Gouaux

Baraquements de la colonie de Gouaux

Date du document : 1955

Une expérience marquante pour les enfants du quartier

Chaque année, la colonie bénéficie de nombreux soutiens, financiers et logistiques, de la part de commerçants et artisans nantais, et plus particulièrement ceux du quartier. Ainsi, dans les années 1960, le transporteur Jean Ripoche, établi rue La-Tour-d’Auvergne, assure le transport du matériel de la colonie, tandis que La Grande pharmacie de la Madeleine, place de la République, fournit les produits pharmaceutiques.

En 1963, l’affluence exige la création de deux séjours d'été de six semaines afin d’accueillir près de 1300 jeunes. Cette expérience de la montagne marque beaucoup d’entre eux. Aussi la destination des Pyrénées devient un lieu de vacances pour de nombreux Nantais ayant découvert la région enfants, au cours de leur séjour à la colonie d’Aulon.

Photographie souvenir de colonie

Photographie souvenir de colonie

Date du document : 1974

Le 5 octobre 1987, la rue Saint-Joseph devient la rue Abbé-Boutet (1914-1978), ancien vicaire de Sainte-Madeleine, « très estimé par les habitants de ce quartier et bien connu pour ses réalisations de centres de vacances. »

Nathalie Barré
Archives de Nantes
2022



Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Bibliographie

Archives de Nantes, Le quartier des Ponts, coll. Quartiers, à vos mémoires, Nantes, 2021

Pages liées

Dossier : le quartier République – Les Ponts

Tags

Association Loisir Republique-Les Ponts Solidarité

Contributeurs

Rédaction d'article :

Nathalie Barré

Témoignage :

Odile Guiho ; Nicole Badaud ; Anne Gicquel

Vous aimerez aussi

Rue Maisdon-Pajot

Architecture et urbanisme

Dans les années 1920, une nouvelle vague de lotissements poursuit l’urbanisation de l'ancien domaine de Grillaud sur les pentes de la butte granitique de l'ancienne terre noble.

Contributeur(s) :Philippe Bouglé , Jacqueline Douillard

Date de publication : 27/02/2019

2551

Pont Saint-Mihiel

Architecture et urbanisme

Le pont Saint-Mihiel enjambe l’Erdre. Il permet de relier la place Chateaubriand à la place de la Bonde. Il est le trait d’union entre le quartier Hauts-Pavés-Saint-Félix et celui de...

Contributeur(s) :Antoine Pouponneau

Date de publication : 20/02/2023

1273

Pendant plusieurs siècles, le presbytère et les bâtiments seigneuriaux furent les seules constructions de type urbain sur le territoire de Doulon. Le changement s’amorce au tout début...

Contributeur(s) :Julie Aycard

Date de publication : 10/06/2022

1176