Nantes la bien chantée : Sur le pont de Nantes
Nantes la bien chantée : War bont an Naoned

Nantes la bien chantée : Le Prisonnier de Nantes

A

214


Un prisonnier parvient à s’évader avec la complicité de la fille du geôlier dont il est tombé amoureux. Il promet de revenir à Nantes pour l’épouser.

De toutes les chansons traditionnelles qui ont pour cadre la ville de Nantes, c'est sans doute la plus connue. L'amour entre un prisonnier et la fille du geôlier, son évasion spectaculaire  et ses promesses pour l'avenir ont été chantées sur tous les tons. Et pourtant il reste encore beaucoup à découvrir de ce fait divers romancé.
Si cette chanson est si populaire en France et au Canada, elle le doit aussi aux nombreux artistes de variété qui n'ont pas hésité à l'enregistrer. Depuis Yvonne Georges dans les années 1920 jusqu'à Nolwenn Leroy en 2010, sans oublier Yvette Guilbert, Édith Piaf, Édith Butler, Louise Forestier, Les Compagnons de la chanson, Nana Mouskouri, Colette Renard et les Tri Yann. Nos « Trois Jean de Nantes » ont marqué toute une génération avec une version acadienne des prisons de Nantes. Peut être auraient-ils été mieux inspiré de choisir une des nombreuses versions locales. Celle que nous vous proposons vient de la région de Châteaubriant où elle a été notée par Abel Soreau au début du 20e siècle.

 

Un fait divers entré dans la légende

Il est probable qu'à l'origine de toute chanson traditionnelle il y ait un fond de vérité. Il est généralement impossible de le retrouver, nous en avons déjà fait la démonstration avec d'autres chansons. Pour certains, cette chanson, apparue au 17e siècle, s'inspirerait de l'évasion au château de Nantes du cardinal de Retz, en 1654. Il est vrai que celui-ci donne dans ses mémoires quelques détails assez ressemblants. Il n'a pourtant rien du prisonnier solitaire dont la fille du geôlier s'est éprise. C'est son valet de chambre qui fait boire les gardes pour favoriser l'évasion. «  Ils s'amusèrent eux-mêmes à regarder un jacobin (un moine) qui se baignait et qui, de plus, se noyait ». Cette diversion permet à l'illustre opposant de s'échapper.
Les historiens du folklore (Davenson, Doncieux, Tiersot... ) sont restés plus prudents sur ce sujet. Ils se contentent de noter la prédominance du texte dans les provinces de l'ouest et, par conséquence, sa transposition au Canada.

 

Fameuses prisons

Quoi qu'il en soit les prisons de Nantes considérées du point de vue de la chanson traditionnelle font figure de passoires. Plusieurs autres chansons (La fille habillée en page, Les prisonniers sauvés par une chanson, Pierre et Françoise...) font état d'évasions de cet établissement carcéral ; avec à chaque fois une intervention féminine qui prouve que l'amour donne des ailes.
La prison dont il est question n'a rien à voir avec le centre pénitentiaire actuel. Le château en a fait office, nous l'avons vu, pour le Cardinal de Retz. Sous la révolution les lieux de détention ont été multiples. Mais la prison du Bouffay aurait aussi bien pu être le théâtre de cette évasion. Située à l'époque en plein centre ville, au bord de la Loire tout comme le château (c'était avant les comblements) elle a disparu au 19e siècle. La maison d'arrêt qui l'avait remplacée a elle même fermé, pour être transférée en périphérie nantaise.
Aujourd'hui la légende ne se vérifie plus. La spectaculaire prise d'otages de Georges Courtois en décembre 1985 n'échappe pas à la règle. Non plus une tentative plus récente d'un détenu avec barreaux sciés et draps de lit (un classique) qui lui a valu huit mois de plus.

 

Un succès du répertoire

Il faudrait un ouvrage entier pour étudier toutes les interprétations de cette chanson. Rien qu'en pays   nantais plusieurs versions aux mélodies et aux refrains différents ont été collectées. Ce qui est remarquable c'est la quantité de refrains différents adaptés à ce texte. Au moins 70 dans l'ouest et plus de cent au Canada. La localisation change peu. Nantes est parfois devenue Rennes (en Ille et Vilaine) Avranches (en Normandie) ou encore Marmande (en vallée d'Ossau). En revanche la traversée de l'Atlantique, pourtant due aux marins nantais, a été fatale à la cité des Ducs de Bretagne. Les versions canadiennes qui situent l'action dans les prisons de Londres sont les plus nombreuses dans les interprétations maritimes, Nantes conservant son statut à l'intérieur des terres.  

Dastum 44
2018

[Forme]
Dans les prisons de Nantes
Lideri, lanli, lanla, lirela
Dans les prisons de Nantes
L'y a-t-un prisonnier (bis)

Personne ne va le voir
Lideri, lanli, lanla, lirela
Personne le va le voir
Que la fille du geôlier (bis)

    Etc.

[Texte complet]
Dans les prisons de Nantes l'y a-t-un prisonnier
Personne ne va le voir que la fille du geôlier
Elle lui porte à boire, à boire et à manger
Un jour, il lui demande : qu'est-ce que l'on dit de moé ?
La nouvelle que j'apporte, vos beaux yeux vont pleurer
On dit de par la ville que demain vous mourrez
Puisqu'il faut que je meure, déliez-moi les pieds
La fille charitable, les pieds lui a déliés
Le garçon fort alerte, dans la Loire s'est jeté
Les Bourgeoises de Nantes sont à le voir nager
Elles lui ont dit : Antoine, vous allez vous noyer
Ne craignez rien, mesdames, c'est pour ma vie sauver !
De la première plongea au fond il est allé
De la seconde plonge, la Loire a traversé
Quand il fut dessus l'île, il se mit à chanter
Vive les dames de Nantes, vive la fille du geôlier
Si je retourne à Nantes je l'épouserai.

En savoir plus

Bibliographie

Coirault, Patrice, Répertoire des chansons françaises de tradition orale, Bibliothèque nationale de France, Paris, 1996-2006
Le prisonnier de Nantes et la fille du geôlier (Traverses - N° 01427) : 43 versions référencées
Laforte, Conrad, Le catalogue de la chanson folklorique française, Presses de l’université de Laval, Québec, 1977-1987
Le prisonnier de Nantes (I, B-17) : 133 versions référencées
Guériff, Fernand, Le trésor des chansons populaires recueillies en pays de Guérande, volume 4 ; Les danses, le répertoire enfantin, Dastum 44 / Parc naturel régional de Brière, Nantes, 2013,  page 236
Radioyes, Louisette, Tradition et chansons de Haute-Bretagne, G.C.B.P.V., Redon, 1997, page 115

Discographie

Tri Yann : Tri Yann An Naoned, Kelenn, 1972, plage 9
Loïc Valdor: Je danse en Bretagne, plage N° 2
Marie-Noëlle Le Maphihan : Dastum N°4 – pays de Loudéac, Dastum, 1986, plage N° 9
Yann-Fanch Kemener : Roué Gralon, Ni O Salud, Keltia Musique, 1993, plage N° 13
Jean Rivalant : Chant et veuze en presqu’île guérandaise, Dastum, 1994, plage N° 2
Marie et Thérèse Gilbert : Aux sources du patrimoine oral, vol. 8, L’Epille, 2003, plage N° 13
Les 4 Jean, A Nantes la grande ville, Alain Pennec Editions, 2004, plage N° 1
Les Baragouineurs : De sang, de sueur et d’amour, Autoproduction, 2005, plage 7
I.M.G. : Interdit de cracher gallo !, Mass productions, 2012, plage N° 7
Marie Possémé : Pays de Ploërmel, chanteurs, sonneurs et conteurs traditionnels (Dastum, 2017), plage N° 29 (CD 2)

Version sonore

Jean-Louis Auneau, le 29 août 2018 à Nantes, d’après la version recueillie par Abel Soreau à Châteaubriant (44), auprès de F. Ledevin, le 29 janvier 1895

Pages liées

Dastum 44

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Jean-Louis Auneau

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.