Bandeau
Dockers Les saints patrons de la basilique Saint-Donatien dans les tableaux de Capparoni

918

26 juillet 1946 : le Grand Prix de Nantes


À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le nombre de Grands Prix automobiles explose en France. Dans ce contexte, Nantes organise en juillet 1946 sa propre course. Une course dont on se souvient encore aujourd’hui… mais plutôt pour les dangers qu’elle présentait que pour sa dimension sportive.

Dès septembre 1945, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, est organisé un Grand Prix (GP) automobile à  Paris. Celui-ci rencontre un franc succès en rassemblant près de 60 000 spectateurs. La réussite de ce GP de Paris entraîne, dès l’année suivante, l’explosion du nombre de courses automobiles dans toute la France : Marseille, Perpignan, Dijon… et Nantes.

Le 26 juillet 1946, l’Automobile Club de l’Ouest organise un Grand Prix automobile au nord de Nantes, dans le quartier de la Morrhonnière, autour de l’hippodrome du Petit-Port. Cette course est organisée au profit du centre d’accueil de la Turmelière (qui par la suite a été renommé centre Jean-Baptiste Daviais, fondateur de la Fédération des amicales laïques de la Loire-Inférieure et résistant, mort en déportation en 1944). Dès l’été 1946, ce dernier a accueilli 400 enfants nantais pour les vacances.

Le déroulement catastrophique de la course

Malgré un circuit de 4 kilomètres présenté comme étroit et bombé par les témoignages, le Grand Prix de Nantes attire des concurrents renommés. Parmi eux : Wimille, Pozzi, Trintignant…

Ce GP accueille deux courses : la Coupe du circuit de Nantes, réservée aux petits cylindrés, et le Prix des 24 Heures du Mans, dédié aux voitures plus grosses. La première est, selon les archives, la plus intéressante sportivement pour les spectateurs. En effet, on peut y observer un duel sous pression entre Amédée Gordini roulant sur Simca-Gordini 11, et Charles de Cortanze en Peugeot-Darlmat. De Cortanze sort finalement de la route au dernier tour, laissant sa deuxième place à Eugène Martin et la victoire à Gordini.

La deuxième course, réunissant les plus gros cylindrés, est celle que l’on retient, mais pas pour ses performances sportives. La veille de la course, Jean-Pierre Wimille domine les essais et obtient la pole position en 2’18’’6 , il bat aussi le record du tour en 2’11’’0 à bord de son Alfa Roméo 308. Le 28 juillet, 16 concurrents prennent le départ de la course. En effet, dès le troisième tour, Robert Mazaud est victime d’un grave accident, dont il décède peu de temps après le choc. Un sur-accident est également provoqué par un concurrent voulant éviter le corps de son adversaire qu’il aperçoit au dernier moment. Aussi, la course est marquée par de très nombreux problèmes moteurs ou mécaniques contraignant certains pilotes à l’abandon. L’un de ces incidents matériels coûte même la vie à une spectatrice décédée après avoir été percutée par un pneu perdu par un véhicule. Ces multiples dysfonctionnements blessent également plusieurs policiers.

Au final, sept concurrents parviennent à finir la course. La première place est remportée par « Raph » (de son vrai nom Georges-Raphaël Bethenod de Montbressieux) qui réalise les 45 tours en 1h47’28’’4 à bord d’une Maserati 6CM. Il est suivi par Pierre Levegh qui, avec sa Talbot-Lago T150C boucle les 45 tours en 1h48’15’’9. Le podium est complété par Louis Rosier qui réalisera 44 tours au volant d’une Talbot-Lago 150SS.

La couverture médiatique et la fin des Grand Prix à Nantes

Ce Grand Prix de Nantes a largement été couvert par la presse régionale et notamment par Ouest France et La Résistance de l’Ouest qui mettent surtout l’accent sur la dangerosité du circuit au profit de la performance sportive. Roger Labric, envoyé spéciale de l’Action Automobile, considérera même qu’il est temps que ce genre « d’épreuves-kermesses » cessent, car elles nuisent grandement à l’image du sport automobile.

Suite aux nombreux incidents et aux vives critiques qui perturbèrent ce Grand Prix, Nantes n’accueillera plus ce genre de manifestation.

Lorette Jacquet, Patrick Durand
2023



Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Bibliographie

Durand Patrick, « Le Grand Prix de Nantes 1946 », AMP MAG Nantes, décembre 2008 (réactualisé en décembre 2016)

Webographie

Pages liées

Hippodrome du Petit-Port

Tags

Nantes Nord Sport

Contributeurs

Rédaction d'article :

Lorette Jacquet, Patrick Durand

Anecdote :

Patrick Durand

Vous aimerez aussi

Rizerie

Architecture et urbanisme

La consommation de riz, attestée dès le 16e siècle à Nantes, reste totalement marginale jusqu’au 19e siècle, même si elle entre dans la ration des prisonniers de l’an 2, nécessité oblige....

Contributeur(s) :Alain Croix

Date de publication : 20/05/2021

1455

Port-Maillard

Architecture et urbanisme

Simple grève d’échouage jusqu’à l’époque moderne, le Port-Maillard est un maillon essentiel du dispositif portuaire nantais. Parallèlement au développement du port maritime, il perd...

Contributeur(s) :Julie Aycard

Date de publication : 07/04/2021

1876

En 2010, la Direction du Patrimoine et de l’Archéologie a réalisé une étude archéologique et architecturale préalable au ravalement d’une façade d’immeuble située à l’emplacement de...

Contributeur(s) :Mathieu Laurens-Berge

Date de publication : 15/10/2020

1160