Anne de Bretagne (duchesse, Nantes 1477 – Blois 1514)
Jean-Émile Laboureur (Nantes, 1877 – Pénestin, 1943)

Charles Le Roux (Nantes, 1814 – Nantes, 1895)

A

27


Marie-Guillaume Charles le Roux, peintre paysagiste nantais proche de l’école de Barbizon, fut aussi maire de Corsept et député des Deux-Sèvres.

Son père, Marie-Joseph Le Roux, avocat, descend d’une lignée de tanneurs ; sa mère est quant à elle fille d’un négociant, ami des arts ayant contribué avec Jean-Joseph-Louis Graslin à la création du quartier éponyme.
Charles naît à Nantes le 25 avril 1814  ; il y grandit et y étudie pour devenir avocat. Il passe ses vacances dans la propriété familiale située au Soullier, près de Bressuire. C’est là, à la campagne, qu’il développe son talent de peintre paysagiste. Talent qu’il affine lors d’un séjour parisien auprès de ceux qui deviennent par la suite ses amis et hôtes : Camille Corot et Théodore Rousseau.

En 1844, il se marie à Maria Affilé, fille de médecin, avec laquelle il a trois enfants : Charles, Joseph et Laurence. De cette union il hérite une propriété à Corsept, Le Pasquiaud, qui alimente régulièrement son œuvre picturale. Face au fleuve, sa palette s’éclaircit, il retranscrit inlassablement les variations de la Loire et ses reflets. Un autre de ses thèmes favoris reste l’allée des châtaigniers du Soullier, voûte à la fois tortueuse et lumineuse immortalisée par Théodore Rousseau en 1839.

Le caractère bonhomme de Charles Le Roux, loué par Charles Baudelaire à l’occasion du Salon de 1846, explique peut-être son autre carrière, politique celle-ci. Maire de Corsept en 1852, il est élu trois fois député des Deux-Sèvres de 1860 à 1870.

Il décède le 27 février 1895 rue de l’Héronnière. Sa sépulture au cimetière Miséricorde est ornée d’un portrait en médaillon réalisé par Charles-Auguste Lebourg.

Quatre de ses toiles sont conservées au Musée d’arts de Nantes, qui lui avait consacré une exposition en 1939.

 

Direction du Patrimoine et de l’Archéologie, Ville de Nantes / Nantes Métropole
2019

Album photo

Bords de la Loire au printemps au moment de la pleine mer ; effet d'orage

1857

La Loire, une lumière, saisie par le peintre Charles Le Roux, huile sur toile.

Source en forêt

1869

L'Erdre pendant l'hiver

avant 1857

Prairies au bord de la Loire

fin 19e siècle

En savoir plus

Bibliographie

Ferronière, Georges, « Le peintre Charles Le Roux », Annales de la Société nantaise, 1903


Rauzeau, Léon, « Charles Le Roux, peintre nantais », Deux degrés ouest, mai 1974

Webographie

Charles Le Roux au Musée d'arts de Nantes

Pages liées

Association Charles Le Roux

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Aurélie Mathias

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.