Chemin de fer
Petit lycée de Chantenay, puis Trempolino

Située entre le coteau et la Loire, la gare de Chantenay a longtemps assuré la desserte des usines voisines. Aujourd'hui elle est presque exclusivement réservée au trafic de voyageurs. 

La question du prolongement vers Saint-Nazaire de la ligne de Paris à Nantes par Orléans, se pose dès son inauguration en 1851. A partir de 1856, des enquêtes publiques sont menées quant à l'emplacement de la gare de Chantenay. Après des projets d'implantation de la gare au niveau de l'îlot de la Piperie, le projet d’une station sur le chemin qui conduit de l'église Saint-Martin à la Loire est approuvé.

Une gare modèle de la Compagnie d’Orléans

Le bâtiment des voyageurs est réalisé selon un modèle commun aux gares moyennes de la ligne Nantes-Saint-Nazaire : Basse-Indre-Saint-Herblain, Saint-Étienne-de-Montluc et Donges. Ses façades, sur cour et sur quai, sont rythmées de 5 travées. Le corps principal, en maçonnerie enduite, couvert en ardoise, est prolongé de part et d'autre par deux ailes en rez-de-chaussée. 

Date du document :

Date du document :

L’aménagement de la cour des voyageurs

La construction de la gare est accompagnée de l'aménagement d'une cour au nord, dite « cour de la gare des voyageurs », puis « cour des voyageurs ». L'alignement de la rue des Usines au sud et la création du chemin de la gare (actuelle rue de la Gare de Chantenay) sont réalisés dans les années qui suivent. Vers 1959, une passerelle est créée pour remplacer le passage à niveau entre la rue Jules Verne et la rue Jean Faber. Elle a été déplacée plus à l'ouest, au niveau de la cour des voyageurs, en liaison directe avec la gare, pour assurer le franchissement de la voie vers le quai en direction de Nantes. Elle garantit aussi le passage piétonnier à la rue des Usines. 

Date du document :

Les halles de marchandises

La cour des voyageurs est prolongée par une cour des marchandises, donnant sur deux halles liées chacune à un quai de déchargement découvert. De ces deux halles il n'en subsiste aujourd'hui qu'une seule. Réalisée en maçonnerie enduite, elle est couverte d'un toit à double pente formant de larges débords, soutenu par une charpente en bois. La deuxième halle a été démolie vers les années 1960. Une grue fixe et un quai à charbon complètent le dispositif.

Date du document :

Date du document :

Les embranchements pour les industries de Chantenay

Le plus grand nombre des embranchements ferrés pénétrant sur les terrains des usines et parfois à l'intérieur des bâtiments est aujourd'hui désaffecté :  seuls Carnaud MetalBox, Georget, Joseph Paris conservent des bâtiments longeant la voie ferrée abritant parfois des quais de chargement. Au début du 20e siècle, quasiment toutes les usines ont des embranchements : quai Saint-Louis, entrepôts de la Chambre de Commerce, Anciens Chantiers Dubigeon, Menuiserie Lechat, Raffinerie, port du Cordon bleu, Levesque, société des Houilles et Agglomérés, Brissonneau et Lotz, Kuhlmann, centrale électrique, Blanzy-Ouest, Georget, Barbier et Turenne, Joseph Paris, Saint-Gobain, Papeterie Gouraud, quai de Roche-Maurice. Sur le plan de 1930 de la Ville de Nantes, le total cumulé de ces embranchements et des installations ferrées sur quais pour le matériel de levage et de déchargement des industries au plus fort de l'activité ferroviaire industrielle est ainsi de 20 km environ. 
Aujourd'hui, seul Sonastock utilise un embranchement relié au réseau ferroviaire. Le réseau ferré portuaire y est relié au niveau du quai de Roche-Maurice, avec 6 postes de déchargement du Port Atlantique Nantes-Saint-Nazaire.

Direction du Patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes / Nantes métropole
2018

Anecdote : Plaque mémorielle

À l'intérieur de la gare est apposée une plaque à la mémoire de René Tessier, agent de la SNCF tué par fait de guerre, pendant la Seconde Guerre mondiale.


Gaëlle Caudal Direction du Patrimoine et de l’Archéologie, Ville de Nantes / Nantes Métropole 2018

Anecdote : Un chef de gare à la descendance illustre

Le père de François Mitterrand, Joseph, travailla à la gare de Chantenay dans les années 1910.


Gaëlle Caudal Direction du Patrimoine et de l’Archéologie, Ville de Nantes / Nantes Métropole 2018



En bref...

Localisation :

Maréchal Juin (boulevard du) 8, NANTES

Date de construction :

1857

Typologie :

architecture civile publique et génie civil

En savoir plus

Bibliographie

Bernard, Jean, Sigot, Jacques, Nantes : le train, CMD, Montreuil-Bellay, 1997

Webographie

Site Patrimoines des Pays de la Loire

Pages liées

Gares

Chemin de fer

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Gaëlle Caudal

Anecdote :

Gaëlle Caudal

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.